Temps de travail – temps hors travail : liens ou ruptures dans les pratiques sociales au sein des classes populaires ?

« Et ils sont où les ouvriers ? » Le temps fort de l’année 2015 au Rize soulève de nombreuses interrogations. En effet, on peut questionner le fait que ce groupe social qui, autrefois revendiquait une culture commune relativement forte et ancrée urbainement, apparaît aujourd’hui quelque peu fragilisé, morcelé, voire absent du paysage urbain. Alors qu’encore près d’un quart des Français-es sont ouvriers-ères aujourd’hui en France (selon les chiffres de l’Insee 2010), lorsqu’on évoque cette catégorie sociale, c’est davantage leur invisibilité qui apparaît. Dans ce travail de recherche, je souhaite questionner le rapport au temps hors travail des classes populaires à Villeurbanne. Dans l’éventail des classes populaires, j’inclus ici, à l’instar des travaux d’Olivier Schwartz[1], les ouvriers-ères mais également une partie des salarié-e-s des services et d’une manière générale, l’ensemble des catégories les moins dotées en capital culturel, social et économique de la société[2] et subissant au travail une forte subordination.

Ce travail de recherche en sociologie repose sur une démarche monographique, localisée et ethnographique, réalisée par des observations, mais également des entretiens approfondis. En choisissant un quartier de Villeurbanne et plusieurs établissements à l’activité variée (grande distribution, aide à domicile, BTP etc…) je souhaite comprendre l’articulation entre le temps de travail et le temps hors travail, en étudiant les pratiques culturelles, de loisirs et de sociabilité d’un certain nombre de travailleurs-euses.

De nombreux auteurs ont déjà travaillé sur la question du rapport des classes populaires à leur environnement social en choisissant notamment comme point d’appui les lieux de résidence, ou les lieux de sociabilité. En conservant un questionnement similaire, je souhaite dans cette étude me focaliser davantage sur le travail en tant que condition de la socialisation des individus. Comment les situations de travail, intériorisées ou non, se répercutent-elles dans la vie privée des salarié-e-s ? Quelles pratiques sociales ces individus partagent-ils ? Ont-ils par leur expérience de travail, développé la conscience d’appartenir à une classe ? Une des questions qui me semble importante à aborder est celle de savoir s’il existe aujourd’hui en France, une culture des précaires, celle que Robert Castel a nommé, le « précariat »[3], ou ceux que Sarah Abdelnour qualifie de « nouveaux prolétaires »[4]. En allant à la rencontre de travailleurs-euses, par le biais de leur lieu de travail, je souhaite comprendre les liens ou au contraire les divisions qui se créent entre eux et avec leur environnement social.

 

Saphia Doumenc, Master 2 en Sociologie politique, Lyon 2

[1] O. Schwartz, « Peut-on parler des classes populaires ? », La vie des idées, 13 septembre 2011, p. 1-49
[2] Il va de soi que ces catégories détiennent une forme de capital social et culturel mais, selon les thèses de Pierre Bourdieu, il ne s’agit aujourd’hui pas des capitaux reconnus comme légitimes dans la société contemporaine. Cet éloignement des cultures perçues comme légitimes conduisent à une forme de relégation des classes populaires en France.
[3] R. Castel, La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Editions du Seuil, coll. « La couleur des idées », 2009.
[4] S. Abdelnour, Les nouveaux prolétaires, Coll. Petite encyclopédie critique, Textuel, 2012.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *