Cuisine et Migration : Pratiques culinaires et alimentaires de femmes d’origine algérienne à Villeurbanne

Le territoire villeurbannais est souvent caractérisé par les origines étrangères et multiculturelles de sa population. Parmi ces groupes d’immigrés, les villeurbannais d’origine algérienne sont largement représentés.
En observant et en questionnant les pratiques des habitants d’origine algérienne, je souhaite renouveler le regard sur les parcours de migration en mettant au jour l’articulation des répertoires et des pratiques culinaires qui s’inscrivent dans un cadre urbain, ici à Villeurbanne. Il ne s’agit pas de corréler de manière linéaire un certain degré d’intégration en fonction de l’abandon ou de la résistance des pratiques alimentaires mais plutôt d’éclairer la complexité des processus d’identification et les multiples bricolages mis en œuvre par les migrants dans la construction de leurs pratiques.
Mes travaux s’inscrivent dans une vision de la migration comme circulation et rencontre dans un monde globalisé et connecté. Ainsi, les influences sont multiples et réciproques entre les sociétés d’émigration et d’immigration.
Les pratiques culinaires et alimentaires se situent au niveau le plus ordinaire de la vie quotidienne. En s’y intéressant, on interroge des processus économiques, sociaux, culturels et politiques mais pas seulement. L’alimentation comprend une forte dimension sensible, corporelle et émotionnelle. C’est à travers des activités corporelles, sensorielles et mémorielles que se matérialisent, à table et dans les cuisines, les processus de constructions des pratiques, entre un ici et un ailleurs, présent et passé.

J’irai d’abord à la rencontre des femmes – encore largement dominantes dans la sphère culinaire – sur les marchés et dans les commerces, observant ainsi les parcours et les pratiques d’approvisionnement sur le territoire villeurbannais. Dans un deuxième temps, c’est à l’intérieur des cuisines, en faisant la cuisine avec elles, que j’espère saisir les processus complexes d’identifications à l’œuvre dans leurs activités culinaires.

 

Lara Bonsirven, Master 2 en Anthropologie, Lyon 2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *