Transmettre ses recherches à un public non-spécialiste : intérêts et enjeux

Pinçon-Charlot2En accueillant des jeunes chercheurs de sciences humaines en « résidence » au sein de son équipe, le Rize encourage les relations entre le secteur académique et le secteur culturel et favorise les échanges entre la recherche et le grand public. Les chercheurs sont incités à valoriser leurs travaux lors de conférences, à l’occasion des expositions et temps forts de la programmation culturelle ou par l’intermédiaire du site internet Rize + et du présent blog. Cette opportunité de transmettre ses recherches en dehors du cadre universitaire est assez rare, en particulier au niveau des études de master. Elle constitue une source de motivation particulière dans les travaux de recherche et permet, en début de parcours, de s’interroger sur le sens que l’on veut donner et que d’autres donnent à nos recherches.

Au delà de la motivation qu’elle apporte au jeune chercheur, la reconnaissance de l’intérêt pour l’étude amorcée, la valorisation – aussi souvent appelée vulgarisation – des recherches auprès d’un public de non-spécialistes s’avère très enrichissante pour le travail de recherche en lui-même. La formalisation en termes clairs et explicites des buts de la recherche et des principaux résultats, qu’elle intervienne en cours de recherche ou bien à son terme, est fructueuse à plusieurs égards. Il s’agit de transmettre ses propres recherches selon un langage et des pratiques distinctes du langage académique. Chercher les mots non jargonnant mais justes est un exercice intéressant. D’autres fois, le cadre de diffusion des travaux propose une thématique, une entrée particulière, et amène à accentuer sa présentation sur un aspect secondaire ou avec un autre point de vue qu’initialement. Les fausses « questions bêtes » sont à ce titre souvent très instructives.

La plupart du temps, la valorisation implique un effort de synthèse. Une présentation orale ne doit pas excéder un certain temps – généralement mois d’une demi-heure -, une exposition implique un nombre de cartels limités, un article de presse ne peut contenir plus que les points essentiels d’une thèse. Si ces pratiques impliquent des choix – qui s’apparentent parfois à des sacrifices – elles permettent de s’interroger réellement sur ce qui nous tient à cœur et sur ce que l’on considère comme important à transmettre. En conséquence, on questionne aussi l’intérêt de ce que l’on ne transmet pas[1].

Les questions posées par la transmission des recherches à un public de non-spécialistes s’avèrent utiles pour réfléchir aux modalités de la transmission au sein du champ académique. On réalise par exemple l’impact de la forme d’écriture sur le sens même que l’on donne aux recherches. La mise en mot et le format imposé déterminent la façon de penser un sujet. La forme stricte imposée par un mémoire de master ou même un article scientifique impose aussi des manières de poser une question, d’envisager une thématique. Changer de perspective permet d’en prendre conscience.

Malgré l’intérêt de l’acte de transmission, le chercheur comprend vite les difficultés qu’il y a à faire passer les résultats d’une recherche ou expliciter une démarche à un public non averti. Des difficultés qui deviennent vite des freins à la diffusion grand-public. La simplification extrême des termes d’une thèse, les raccourcis et autres anachronismes destinés à rendre un propos accessible peuvent mener à une mauvaise interprétation des travaux, voire pervertir le sens d’un travail. Quand une recherche fait écho à un fait d’actualité dans des articles de presse, la question est d’autant plus cruciale, et de nombreux spécialistes regrettent de se voir dire ce qu’ils ne pensaient pas[2]. C’est pourquoi il s’agit de choisir le moment et la forme. Toutes les recherches ne se prêtent pas à une valorisation immédiate. On peut les comparer à des petites pierres d’un édifice bien plus vaste. Dans ces nombreux cas, rendre accessibles et « démocratiser » les recherches devient une injonction dangereuse si elle est obligatoire[3]. Il faut penser la valorisation des recherches à long terme et ne pas corréler les recherches aux attentes et possibles valorisations immédiates. Diffuser en premier lieu la démarche de la recherche pour réduire le fossé souvent dénoncé entre le champ académique et « la société » semble une démarche salutaire et à encourager.

On peut aussi favoriser une collaboration étroite entre chercheurs et professionnels de la valorisation dans le secteur culturel sur le long terme. Dans le cadre de collaborations avec le milieu artistique, on peut citer de nombreux exemples de projets fructueux, par exemple l’association DAJA (des acteurs culturels jusqu’aux chercheurs et aux artistes) montée par Gérard Noiriel. Historien reconnu de l’immigration, il a cherché à transmettre ses recherches et notamment les apports de la socio-histoire à travers le théâtre. Le spectacle Le Massacre des Italiens est issu d’un de ses livres, et permet de diffuser à un tout autre public l’histoire des évènements et les thèses développées dans ses travaux. La démarche des Pinçon-Charlot, couple de sociologues qui s’intéressent depuis plus de trente ans à la grande bourgeoisie, est également intéressante. Pour valoriser leurs recherches auprès d’un large public, ils ont choisi d’éditer leurs ouvrages dans une maison d’édition grand public, de publier une BD (Riche, pourquoi pas toi ?) et se sont prêtés au tournage d’un documentaire lors de l’élaboration de leur ouvrage Les ghettos du Gotha. Dans ces deux cas, « démocratiser » et transmettre le fruit de recherches est passé par le travail de collaboration à long terme entre chercheurs et artistes. Dans ces deux cas, il s’agit pourtant de chercheurs reconnus, ayant « fait leurs preuves » dans le monde académique. Les bénéfices de la valorisation pour le travail de recherche et pour l’accessibilité des travaux récents donne envie de multiplier les initiatives et les passerelles auprès des jeunes chercheurs.

Manon Duret

 

 

[1] Cela renvoie à un autre débat, celui de l’utilité des « données brutes » et des analyses quantitatives une fois la recherche achevée, publiée, diffusée. Voir à ce sujet les réflexions comme celles de Sophie DUCHESNE et Guillaume GARCIA, « Partager des recherches en sciences sociales », HAL-SHS, 2005, et les tentatives de partages des données de la recherche, comme La banque d’enquête qualitative en sciences sociales.

[2] Voir à ce propos Olivier Zeller, « Historien dans la cité, les pièges de la vulgarisation », in Philippe Fritsch, Implication et engagement, hommage à Philippe Lucas, Lyon, PUF, 2000.

[3] On pense ainsi aux politiques de la recherche qui valorisent les « recherches-actions », le « terrain », et évaluent  les laboratoires à l’angle de leur visibilité, la diffusion des travaux au grand public légitime alors une recherche.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *