L’impact du choix lexical sur les perceptions des enquêtés en entretien

S’intéresser à la question de l’invisibilité des ouvriers aujourd’hui à Villeurbanne suppose nécessairement de s’interroger sur la transformation de leur désignation en tant que groupe, homogène ou non. L’exposition au Rize de février à septembre 2015, « Et ils sont où les ouvriers ? » proposait ainsi de questionner certaines évolutions, y compris sémantiques : « le mot ouvrier est-il tabou ? ». Abandonner un terme du vocabulaire politique et médiatique, n’influence-t-il pas sa disparition symbolique d’abord et réelle ensuite ? En sciences sociales, de nombreux travaux ont démontré les effets performatifs du langage sur la réalité sociale et symbolique. De quelle manière les évolutions linguistiques procèdent-elles d’une transformation idéologique ?

Aujourd’hui en France, dans le discours, « l’ouvrier spécialisé » est devenu un « opérateur » ou un « agent de production », la « chaîne de montage » – supposant ainsi au travail, un lien de subordination – s’est transformée en « ligne »[1]. L’importation de termes anglais dans le monde du travail, comme « job » à la place de « travail », contribue à adoucir, en apparence, les relations de travail. Ces dernières semblent dès lors désormais davantage considérées comme des relations d’affinité de sorte qu’en cas de difficultés au travail, l’approche psychologique semble de plus en plus privilégiée, plaçant ainsi le travailleur dans une position de victime[2]. Ce type d’approche entérine la rupture avec des moyens d’actions plus collectifs, susceptibles de remettre en cause l’organisation du travail.

Par ailleurs, les médias accélèrent également ce processus de « dé-collectivisation » du travail. La grève s’est transformée en mouvement social, le rôle des syndicats se résume à l’action du dialogue social, enfin, la souffrance au travail est devenue un « risque psychosocial ». Nous pouvons également citer l’exemple du MEDEF (mouvement des entreprises de France) qui a remplacé le CNPF (le Conseil National du Patronat Français). Or, le terme « entreprise » en droit englobe autant les actionnaires, la direction que les travailleurs. Ce flou linguistique n’incite-t-il pas à brouiller les rapports de domination au sein de la sphère du travail ?

Dans le cadre d’une enquête menée auprès de travailleurs intérimaires à Villeurbanne[3], repérer les logiques d’identification sociales de ceux-ci suppose, au préalable, de maîtriser avec précision les contours des catégorisations de leur espace social[4]. Face à une individualisation accrue des relations de travail, questionner l’usage des mots et de leur impact sur les perceptions individuelles du travail semble fondamental.

Cette enquête ethnographique conduite, pour l’essentiel, par le biais d’entretiens semi‑directifs, donc dans un registre discursif, a dû faire l’objet d’une attention soutenue sur les effets du langage adopté. Pour identifier si les travailleurs revendiquaient, ou non, une appartenance au groupe ouvrier, l’enquêteur devait utiliser avec précaution certaines notions. Relancer les enquêtés en employant des termes tels que « classe sociale », « groupe ouvrier » ou encore « revendications collectives », induit nécessairement des réponses orientées. Formuler ce type d’énoncé peut contribuer à faire émerger une réalité sociale qui n’existait jusqu’alors peut‑être pas dans la construction mentale des enquêtés. A l’inverse, ne pas poser clairement le cadre de l’enquête aurait pu entraîner la perte d’un certain nombre d’éléments fondamentaux lorsque l’on s’attelle à comprendre les classifications sociales à l’œuvre dans l’imaginaire collectif et individuel.

Evidemment, il appartient à chaque chercheur de choisir selon ses intentions, le vocabulaire adopté. Toutefois, faire preuve d’une certaine honnêteté envers les enquêtés, en expliquant par exemple en fin d’entretien, les réticences à utiliser telle ou telle dénomination a pu conduire à plusieurs reprises à d’intéressants échanges sur la transformation sémantique du monde du travail et contribuer ainsi à rendre plus perceptible l’importance ou non de la qualification dans l’identification sociale au groupe de travailleur. Nous proposons ici de présenter un extrait d’entretien assez significatif à cet égard. Il a été conduit avec Michaël[5], manœuvre intérimaire âgé de 36 ans :

 

J’avais une autre question qui est plus bizarre…mais alors dans le bâtiment, on est catégorisé comme ouvrier, et est-ce que toi c’est un mot que tu emploies ?

M : Moi j’ai aucun souci avec le mot ouvrier.

Parce que tout à l’heure, tu parlais d’artisans …?

M : […] Moi je vais t’expliquer. J’ai bien compris qu’on était du consommable. Bon je vais t’expliquer avec mes mots parce que c’est plus simple. Mais moi tu peux me passer la pommade que tu veux, c’est de la branlette psychologique. Quand on dit manutentionnaire ou manœuvre. Le plus important c’est le boulot que tu fais. […] Après ils passent de la pommade dessus…mais ça change rien.

Et tu ne penses pas que les mots ont leur importance ?

M : Arrivé à un certain point…peut être sur des gens qui sont susceptibles oui. Mais regarde moi par exemple j’ai commencé au Casino j’étais « portier » et j’ai fini, j’étais « contrôleur aux entrées ». Mais tu vois, ça passe mieux auprès de l’administration, des gens, pour eux c’est moins péjoratif. Tu vois « portier », ça faisait videur de boite de nuit, voilà ils se sentaient pas…mais en fait c’est le même boulot, alors tu peux l’appeler come tu veux ! A un moment, il faut appeler un chat un chat ! Si les gens se sentent mieux, tant mieux, s’ils se sentent plus valorisés mais tant mieux ! Moi ça n’a rien changé à ma vie. Pendant 6 mois je faisais du ménage, on me disait « agent de propreté », non mais ça veut dire quoi ? « Agent de production » ! On fait de la promo de gens avec des mots ! Mais ça change rien aux conditions de travail ! C’est le même boulot quoi !

 

Saphia Doumenc

 

[1] Cela avait particulièrement été discuté lors d’une rencontre organisée le 19 mars 2015 par le Rize, autour des ouvrages : Grain de sable sous le capot d’Hubert Truxler et Putain d’usine de Jean-Pierre Levarray.

[2] Sur ce point, voir notamment les travaux de Philippe Davezies.

[3] Il s’agit ici d’un mémoire de recherche de Master 2 dirigé par Sophie Béroud et intitulé : « Quelles précarités dans les logiques d’identifications sociales des ouvriers intérimaires ? Enquête dans le BTP à Villeurbanne ».

[4] Sur l’importance des catégorisations sociales, nous renvoyons à l’article de Jérôme Deauviau, d’Etienne Pénissat, de Cécile Brousse et de Cyril Jayet, « Les catégorisations ordinaires de l’espace social français. Une analyse à partir d’un jeu de cartes », Revue française de sociologie, 2014/3, Vol. 55, p.411-457.

[5] Par souci d’anonymat, le prénom de l’enquêté a été modifié.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *