Des usages de l’entretien

« L’entretien » est fréquemment cité et sollicité dans les murs du Rize, au sein du pôle Recherche, que ce soit dans les travaux des étudiants conduits en sociologie, en anthropologie ou également en histoire, puis au-delà du pôle via les collectes de « témoignages » évoqués parfois sous la forme de « mémoire orale ». S’il se présente ainsi comme un outil saisi par plusieurs acteurs, il constitue en sciences sociales une méthode à part entière qui recouvre par ailleurs différentes façons de le conduire. Aux diverses manières de faire, plus ou moins directives, sont rattachées des manières de l’envisager. Le recours à cette méthode amène à se poser un certain nombre de questions. Au service de quelle(s) intention(s) la démarche d’entretien est-elle mise ? Qu’espère-ton recueillir ou atteindre à travers son matériau ? Dans quelle mesure ses défauts réduisent-ils la consistance de ce que l’on peut en extraire ?

Conduire des entretiens avec ses « enquêtés » implique d’avoir un questionnement de recherche et avec lui certaines hypothèses en tête qui vont s’affirmer ou s’affaiblir au fil de l’enquête. Globalement, l’entretien en sociologie apparaît comme un recueil, celui d’expériences, de points de vue, d’histoires, qui s’effectue auprès d’un certain nombre d’individus en vue de saisir au sein du monde social des modes d’être, de faire, dans leur récurrence.

La « méthode biographique »

« La méthode biographique permet de lier narrativité, réflexivité et action et, donc, d’accéder au monde vécu ».[1]

Dans la perspective d’entretiens dits « biographiques » – car s’attachant à revenir sur des parcours de vie – rejoignant par-là la démarche des « récits de vie »[2] – dans la mesure où ceux-ci sont un recueil d’épisodes biographiques racontés par un interlocuteur, – quelques objectifs peuvent être énoncés.[3] Des entretiens conduits avec des femmes migrantes s’imposant comme « informatrices »,[4] constituent une porte d’entrée vers des cadres de socialisation, des pratiques et des représentations. Plus précisément, dans le cadre de la recherche qui est la nôtre, ils permettent l’identification de manières de voir, de normes collectives, et d’expériences communes venant caractériser les dynamiques de la vie conjugale en situation migratoire. Le matériau recueilli fait ainsi jaillir des traits communs aux femmes rencontrées et cela, au-delà d’une grande diversité de profils et de parcours (raisons du départ, pays d’origine, situation matrimoniale à l’arrivée en France…). Par ailleurs, a contrario, les décalages éventuels entre les unes et les autres aux profils a priori similaires invitent à s’interroger sur les variables et les éléments de parcours à considérer afin d’en rendre compte.

Par les échanges divers et le matériau fourni qu’elle produit mais aussi par les rencontres humaines qu’elle occasionne, c’est là une méthode riche et stimulante. C’est aussi une méthode à laquelle est associé le danger de « l’illusion biographique »[5] rappelant que les récits de vie sont des reconstitutions a posteriori. Ainsi, venant s’ajouter à ses trous de mémoire, peut venir peser du côté de l’informateur un souci de cohérence de sens et de trajectoire qui le pousse à redessiner sa biographie dans le sens d’une meilleure linéarité au détriment de la « vraie » histoire. S’il convient de ne pas fermer les yeux sur les différents biais introduits par ce type de méthode (comme il existe d’autres biais ailleurs), de cette « matière subjective » récoltée peuvent être extraites bien des informations en termes d’évènements vécus et de sens qu’ils revêtent pour chacun(e) à un instant précis de sa vie. Et puis, comment sinon accéder à ces parcours individuels sans passer par leurs protagonistes principaux ?

Les échanges suscités au pôle Recherche du Rize à ce sujet ont montré que si l’entretien est modelé par la méthode et la discipline à laquelle il est rattaché, il l’est aussi, individuellement, par la personne qui le conduit, et par les interactions dans lesquelles elle s’engage avec ce qu’elles ont comme part de fortuit.

Nadia Mounchit

 

[1] Roulleau-Berger Laurence, Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, La Tour-d’Aigues, Editions de l’Aube, 2011, p. 35

[2] Est retenue ici la définition « minimaliste » posée par Daniel Bertaux autorisant alors à parler de « récit de vie » sans qu’ait été nécessairement abordé lors de l’entretien l’ensemble des étapes biographiques d’un individu et dans ses différentes sphères, de son enfance jusqu’au moment de l’enquête (ce qui est davantage l’objet de l’autobiographie écrite) : « Une conception minimaliste [en italique dans le texte] du récit de vie sera proposée : il y a du récit de vie dès qu’il y a description sous forme narrative d’un fragment de l’expérience vécue. »

Bertaux Daniel, L’enquête et ses méthodes. Le récit de vie, Paris, Armand Colin, coll. « 128 », 2010 (3e édition), p. 14

[3] C’est en ces termes qu’est pensée ma démarche méthodologique dans le cadre de la thèse que je conduis au Rize autour des réaménagements touchant la sphère conjugale en situation migratoire chez des femmes ayant quitté un pays d’Afrique subsaharienne pour venir vivre en France depuis au moins dix ans (et résidant ou ayant résidé dans la commune de Villeurbanne).

[4] Je reprends ici au féminin le terme utilisé par Daniel Bertaux pour désigner les personnes interrogées dans le cadre de l’entretien, terme rappelant qu’elles détiennent des « connaissances pratiques » dont a précisément besoin le chercheur pour mieux pénétrer, par son enquête, le monde social auquel elles appartiennent.

[5] Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 62-63, juin 1986, pp. 69-72

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *