Des logements ouvriers à Villeurbanne : l’ilôt urbain de la rue Flachet

Dans le cadre de mon mémoire de recherche, je m’intéresse à l’histoire urbaine et sociale de Villeurbanne à travers l’étude d’un ensemble d’immeubles construit rue flachet (du numéro 2 au numéro 22) à la fin des années 1920 à l’initiative des patrons de l’usine Gillet.

Cette usine d’ennoblissement textile installée à Villeurbanne depuis 1889 se situe dans la rue Flachet (aujourd’hui rue du 1er mars 1943) à l’emplacement de l’actuelle Perralière. Le groupe « Gillet et fils » avait déjà construit à l’aube du XXème siècle des logements rue Camile Koechelin, et d’autres cités se sont multipliées aux alentours de l’usine (Rue Cacard, Rue Basch, rue flachet…). Ces initiatives répondent à une logique patronale chrétienne et à un besoin social. Gillet était dans l’entre-deux-guerres le premier employeur villeurbannais avec près de deux mille employés en 1930 dans une ville où la problématique du logement ouvrier était alors un enjeu primordial.

L’objet de ma recherche est focalisé en premier lieu sur les immeubles de la rue Flachet, qui sont agrémentés de jardins ouvriers et complétés par un ensemble de maisons individuelles construites également pour les employés de l’entreprise (rue Gillet, rue Henry Balay, rue Lazare Drut, rue de la Prévoyance et rue Henri de Pressenssé). Mon étude va s’axer d’abord sur les origines de ces bâtiments : Qu’est-ce que cela représentait pour les usines Gillet ? Quel était le but réel de cet investissement ? Quels ouvriers bénéficiaient de ces logements ? Y restaient-ils longtemps ? Et quelles étaient les habitudes de ses habitants ? A l’issue de ce premier questionnement sur l’histoire industrielle et sociale, j’aimerai m’intéresser à l’histoire du bâti, à l’architecture de ces immeubles, leurs équipements, leur confort, mais aussi à leur implantation urbaine. A travers ces premières interrogations, il s’agira par ailleurs d’observer l’évolution de la vie de cet ensemble, et donc de toucher à la problématique de la mémoire ouvrière.

Pour apporter des réponses à ces questions, je vais interroger diverses sources : des recensements villeurbannais ; les études effectuées sur l’entreprise Gillet ; des documents provenant des archives municipales comme les documents issus du bureau d’hygiène de Villeurbanne ; il me faudra aussi me rendre sur le terrain et interroger la mémoire vivante des habitants de ces immeubles et maisons. En effet, ce travail ne peut se faire sans un lien avec les habitants qui ont impulsé cette recherche en lien avec le RIZE dans un processus de valorisation de leur lieu de vie. Je serai donc en charge de la partie patrimoniale et historique, qui sera l’une des clefs de compréhension de la vie au sein de ces habitations.

Aliénor Wagner-Coubès, Master 1 en Histoire contemporaine, Lyon 2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *