Quel héritage industriel pour le renouveau du quartier Grandclément aux horizons 2026 ?

Le quartier de Grandclément a été depuis la fin du 19ème siècle et jusqu’au milieu du 20ème siècle un territoire à forte dominante industrielle. Le déclin progressif des industries dès les années 60 a laissé place à un quartier dévitalisé, et comme figé dans son temps. De nombreuses friches industrielles sont encore à l’abandon laissant transparaître les derniers vestiges d’une époque industrielle révolue. Aujourd’hui au centre des préoccupations de la ville, le quartier fait l’objet d’un grand projet de rénovation. Le cabinet architecte urbaniste Michelin (ANMA) associé à la métropole de Lyon a d’ores et déjà commencé l’élaboration d’un plan guide venant définir les axes structurants du projet urbain pour les dix prochaines années. Les grandes orientations sont tracées et ce ne sont pas moins de 45 hectares qui vont passer entre les mains d’experts urbanistes et architectes pour façonner le paysage urbain de demain. La volonté apparente de conserver d’anciens bâtiments industriels en souvenir d’un quartier ouvrier offre une excellente occasion d’interroger le passé industriel de la ville.

C’est donc à partir du projet de rénovation que mes premiers questionnements émergent. Quelle image veut-on donner au quartier ? Quels types de bâtis sont envisagés ? Mais surtout quelle place est donnée à l’ancienne identité industrielle du quartier ? Est-elle conservée, modifiée, délaissée ? Et comment ?

Pour répondre à ces premières questions, je cherche d’abord à accéder à une meilleure compréhension du quartier par une étude de son histoire. Avec l’aide de photographies, de comptes rendus municipaux, de plans cadastraux je me replonge dans le passé du quartier pour comprendre ses bâtiments et ses habitants.
A partir d’une analyse approfondie du programme de rénovation, je m’attache par ailleurs à saisir les principaux enjeux du projet. Dans cette perspective, je m’appuierai sur le programme du cabinet urbaniste en charge du projet, l’analyse du Plan Local d’Urbanisme, sur des entretiens avec les responsables urbanistes et des observations de terrains afin d’appréhender l’atmosphère ambiante et découvrir l’ensemble des facettes du capital bâti.
Enfin, une dernière partie de mon travail porte sur la dimension patrimoniale du projet à travers une perspective humaine. Un recueil de témoignages inter-générationnels émanant d’anciens ouvriers d’usines, de personnes ayant grandi au cours de l’industrialisation et de leurs enfants permettra de mettre en lumière ce qui fait patrimoine à leurs yeux et ce qu’ils voudraient conserver dans leurs paysages de demain. Cette dernière partie est véritablement au cœur de la recherche puisqu’elle va lier les Hommes et leurs mémoires, l’espace et l’histoire, permettant ainsi d’aborder le lien entre histoire sociale/mentale et l’espace concret.

Camille Jean-Baptiste, Master 1 en Géographie et aménagement, Lyon 3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *