Histoire et représentations : les ouvriers en France

Gervex, Le coltineur de charbon

Etudier un objet pour un historien n’est pas se cantonner à utiliser et analyser uniquement les sources issues des archives relatives à ce thème. Pour se saisir pleinement d’un sujet, étudier l’histoire des représentations est un avantage, c’est un moyen de le rallier au contexte d’époque et donc, de mieux comprendre un objet d’étude éloigné de l’actualité contemporaine de l’historien.

C’est la raison pour laquelle, étudier la cité ouvrière Château-Gaillard à Villeurbanne construite à l’initiative patronale de l’entreprise Gillet dans les années 1920 m’a conduite à m’intéresser à l’évolution de l’image des ouvriers dans la société. En effet, me situant notamment dans la perspective de l’histoire sociale, je cherche à comprendre le groupe ouvrier en tant que groupe social. En vue de cerner la vision renvoyée par la société sur un groupe social perçu en tant que tel, observer les productions d’art que celle-ci en fait peut constituer une bonne entrée.

À travers les diverses œuvres qui seront évoquées, il ne s’agit pas de comprendre quel regard porte une société sur le monde ouvrier à un moment donné. Cela n’existe pas, il n’y a pas de représentation unique, ni d’opinion unanime. Mais il s’agit plutôt de saisir une des manières de représenter l’ouvrier dans des temporalités précises dans le contexte français. On observe toujours diverses interprétations d’un même sujet, que l’on peut toujours ensuite rattacher à un contexte, à un courant de pensée. Ce sont les liens entre la représentation, son origine et son but qui offrent une analyse riche sur un objet.

Mais comment définir le mot « ouvrier » et ses évolutions dans le temps ? De quoi parle-t-on vraiment ? Du monde ouvrier ? De la question ouvrière ? Des ouvriers ? Mais alors lesquels ? En effet les origines des ouvriers remontent à l’antiquité, il s’agit de ceux qui transforment la matière, qui œuvrent, qui travaillent. Il n’est ainsi pas surprenant ou illogique de relier le terme ouvrier à celui de « travailleur ». L’ouvrier de l’ancien régime est cependant différent de l’ouvrier de la période contemporaine, et le XIXème et XXème siècle voient la croissance du nombre d’ouvriers dans le monde du travail avec l’industrialisation.

Revenons donc à cette période contemporaine, le XIXème siècle représente un tournant dans l’histoire du travail et de la production en France. C’est également le moment de la mise en place des grandes idéologies : Saint-Simon, et sa vision sociale, Marx et Engels mettent en place le communisme, et Proudhon, davantage lié à l’anarchisme, sont vus comme les trois penseurs sociaux du XIXème siècle et de la nouvelle société industrielle. Au début du siècle, la France traverse la période post-révolutionnaire instable qu’on lui connaît. Dans le domaine politique, la question ouvrière, ou dirons-nous des travailleurs (en effet l’ouvrier est défini dans les premiers congrès syndicaux par « celui qui vit de son travail »), devient un objet de débat, on peut en voir une illustration dans un dessin de presse qui illustre la confrontation de deux classes sociales en 1848 : bourgeois et ouvriers[1]. Les ouvriers ne peuvent alors pas voter, leur statut citoyen au sein de la société est donc assez restreint, mais ils effraient suite au soulèvement populaire de 1848. C’est aussi un temps de transformation du travail, il s’agit d’un temps de grande déqualification : d’artisans maîtrisant un savoir-faire on passe à des ouvriers plus mobiles dont la tâche ne demande plus autant de spécialisation. Dans ce dessin d’actualité, on perçoit ces éléments de transformation de la société et du regard porté sur cette classe sociale.

Du côté de l’histoire de l’art, de nouveaux genres sont exploités : le réalisme et le naturalisme, dont Courbet se fait l’investigateur à travers son œuvre Un enterrement à Ornans [2]. Sur cette toile, apparaissent pour la première fois des gens pauvres peints sur un grand format habituellement réservé aux sujets nobles, scènes mythologiques ou historiques. Le scandale que déclenche ce tableau traduit l’aspect novateur de ce type de représentation, et aussi les mentalités de ce temps. La littérature suit et investit ce style naturaliste, Zola, Balzac décrivent les pauvres, les petits travailleurs, etc. Les ouvriers et « petites gens » deviennent donc un objet artistique, mais il est le fruit d’une démarche engagée de la part de l’artiste au XIXème siècle.

Le second empire (1850-1870) est un temps de modernisation et d’industrialisation du pays. Et à partir des années 1880, tout s’accélère, Villeurbanne en est un bon exemple, c’est la décennie du chemin de fer et de l’implantation des plus grandes usines (canal de Jonage, textile etc) D’ailleurs, la modernité est représentée dans les tableaux, on peut citer Le coltineur de charbon[3] de Gervex. On remarque que nous sommes à la vue de ce tableau (en illustration principale de ce billet), très proches de l’ouvrier, et que les conditions de travail difficiles sont mises en avant. De plus l’idée de modernité est présente à travers la tâche représentée : il s’agit d’un homme transportant du charbon, qui est alors la matière qui permet le progrès et les avancées techniques.

Dans le même temps les travailleuses deviennent également un sujet exploité dans l’art, tantôt sublimées, tantôt peintes de manière un peu triviale. On peut retenir certains tableaux de Degas peintre du geste et de l’attitude représentant des repasseuses[4], que l’attitude distingue de celle des jeunes femmes plus nobles qu’il peint également, comme danseuses. On observe aussi que ce sont toujours des travailleuses liées aux métiers ménagers qui sont représentées : des repasseuses blanchisseuses, c’est là une vision quelque peu tronquée car une part importante des femmes étaient employées au XIXème siècle dans les industries textiles et pourtant, les femmes à l’usine ne sont jamais représentées.

La décennie 1880 est aussi le temps des mobilisations sociales, des organisations syndicales et des grandes grèves dont on trouve de nombreuses représentations à travers les cortèges de grève par exemple. C’est le temps de la prise de conscience des ouvriers, de l’autorisation des syndicats. Et ainsi au XXème siècle la classe ouvrière va se constituer à travers les organisations comme une classe à part entière, unifiée. On trouve alors la représentation photographique qui, dès le début de l’élaboration de cette technique, s’est employée à saisir le travail des ouvriers, ce sera le média de prédilection de leurs représentations.

Et puis le temps du triomphe ouvrier en politique arrive avec le Front Populaire en 1936. Evidement cette date est parlante pour l’histoire ouvrière française et donne lieu à des représentations photographiques, les ouvriers sont saisis dans les moments de joie collective lors des grèves ; et si on veut bien considérer l’affiche comme un art, on peut s’intéresser aux affiches des syndicats[5] datant de 1936, qui participent à la sublimation de la classe ouvrière et de la lutte à travers l’usage d’un parti ou d’un syndicat. On retrouve une esthétique soignée et singulière. Après la seconde guerre mondiale, la classe ouvrière est à son taux le plus haut de représentation au sein de la population active française. L’image ouvrière suit les évolutions culturelles de la société, et les ouvriers sont surtout représentés à travers des photos publicitaires.

Par le prisme des représentations, il est possible de toucher aux temps clefs de l’histoire de la classe sociale ouvrière. Puis l’on peut continuer, et observer par exemple les représentations cinématographies actuelles. S’y mêlent fantasmes liés à l’ouvrier des années 1930 et clichés sur un monde ouvrier actuel qui peine à retrouver une visibilité et une unité en France. Parallèlement, des documentaires biens menés tendent à explorer les difficultés et l’histoire de cette « classe » ouvrière qui n’est plus visible dans les médias.

Ces exemples ici succincts, représentent une matière intéressante pour l’historien, selon le commanditaire du tableau, le peintre et ses convictions et la manière de représenter un ouvrier à un moment donné, on peut tendre à percevoir l’importance que cette classe sociale pouvait revêtir au cours de la période étudiée.

Aliénor Wagner-Coubès

[1] Le bourgeois et l’ouvrier, estampe de Jean-Pierre Moynet, 1848 © Photo RMN-Grand Palais – Bulloz
[2] Un enterrement à Ornans, Gustave Courbet, 1849, huile sur toile, musée d’Orsay Paris France
[3] Le coltineur de Charbon, Henri Gervex, 1882, Palais des beaux-arts de Lille
[4] Repasseuses, Edgar Degas, vers 1884-1886, huile sur toile (Musée d’Orsay)
[5] Affiche 1er mai 1936 Anonyme – CGT


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *