De l’exil politique à l’engagement associatif local : le cas de l’AFAL à Villeurbanne (1979-2015)

       Comment, à partir d’une situation de déracinement, d’exil, en vient-on à s’implanter durablement dans un lieu nouveau, et à s’engager dans la vie civique et associative de l’espace dans lequel on arrive ? L’étude de l’AFAL (Association France-Amérique latine) fondée en 1979 à Villeurbanne, peut constituer une entrée pour apporter des éléments de réponse à cette question. Cette association, créée par des exilés des dictatures latino-américaines (notamment chilienne), s’applique depuis les années 1980 à transmettre à Villeurbanne, et dans l’agglomération lyonnaise plus largement, une vision alternative de l’Amérique latine, à distance des images stéréotypées qui peuvent circuler en général en France. L’AFAL s’applique également à transmettre la mémoire des dictatures sanglantes mises en place avec l’aide des Etats-Unis à partir de la fin des années 1960 dans presque tous les pays du Cône Sud et de l’Amérique centrale ; dictatures qui ont conduit à la mort de milliers de personnes, ou à l’exil de milliers d’autres, dont une partie est venue se réfugier en Europe, et notamment en France. On le voit bien : l’engagement de cette association est lié au passé de ses membres, qui ont connu le déracinement et veulent témoigner, par le biais de l’association, de ce qu’a représenté, pour eux, la mise en place des dictatures en Amérique latine.

      Ce sujet lie donc des problématiques d’histoire et de mémoire, et interroge : quelles sont les conditions qui conduisent des « déracinés », des exilés, à se réimplanter dans un lieu nouveau, et à s’y engager? Dans quelle mesure cet engagement est-il une réponse, un moyen de faire face au traumatisme de l’exil et du déracinement ?

     Pour répondre à ces questions, il convient de porter un regard sur les différents faits qui ont conduit à l’installation de l’association à Villeurbanne : contexte dans les pays d’origine, mais également contextes français et villeurbannais, qui ont pu présenter un terreau favorable à l’engagement citoyen de ces populations déracinées. Mais plus encore que l’installation, c’est l’enracinement de cette association dans l’espace de Villeurbanne qu’il est intéressant d’observer. Par l’étude du fonds d’archives de l’association récemment déposé au Rize, complétée par des témoignages oraux de ses membres, on cherchera à replacer l’AFAL dans le réseau associatif et militant de la commune. On tentera également de voir en quoi les actions de l’association reflètent un engagement citoyen qui vise à la dénonciation des conditions de répression des dictatures. Cela permettra de voir si les latino-américains de l’AFAL ont réussi, par le biais de l’association, à renouer un lien avec leur région d’origine, quand bien même les autorités de ces pays s’étaient appliquées à les éloigner de la scène politique et sociale du continent. Ainsi, étudier les actions menées par l’AFAL – et la vision qu’elle présente de l’Amérique latine – apparaît être une manière de rendre compte de ce qu’est l’exil, et de ce qui permet de supporter cette épreuve et de s’y adapter. Par la fondation même de l’AFAL, les exilés ont pu continuer à revendiquer leur culture et leur origine, tout en les inscrivant dans un cadre nouveau, celui de Villeurbanne. L’association sert donc de liant à deux mondes, celui de l’origine, et celui de l’arrivée.

     Ainsi, par l’étude approfondie de l’AFAL, de ses origines, de ses membres, de ses actions et de son évolution, on peut rendre compte des modalités de l’exil et des réponses trouvées par des déracinés pour se réimplanter dans un lieu nouveau, pour continuer à être latino-américain en France.

Adrien Miachon, Master 1 en histoire, mention Construction des sociétés contemporaines, Lyon 3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *