L’immigration portugaise dans l’Est lyonnais, de 1963 à 1974

Sous la direction de Philippe Rygiel, je travaille sur l’immigration portugaise qui s’est implantée dans l’Est de l’agglomération lyonnaise, entre 1963 et 1974. Par ce mémoire de recherche, j’espère mieux comprendre un phénomène migratoire de grande ampleur et qui n’a paradoxalement été que très peu étudié à des échelles locales.

Plus précisément, ma recherche s’intéresse aux différentes institutions, étatiques ou associatives, qui encadrèrent la population portugaise arrivant massivement dans ces communes dès le milieu des années 1960. Les bornes chronologiques que j’ai choisies renvoient à des critères contextuels. En effet, un bureau de l’Office National de l’Immigration s’installe en 1963 à Lisbonne, ouvrant largement la porte vers la France aux travailleurs portugais, et en 1974, à la suite de la crise économique provoquée par le premier choc pétrolier, les frontières françaises sont fermées pour toutes les populations étrangères cherchant à venir travailler en France.

Les questions que soulève cette étude concernent d’une part l’immigration et sa prise en charge par les autorités administratives, une immigration qui connut son apogée en 1968, soit un moment de grande instabilité politique en France. D’autre part, ce travail appellera à une réflexion sur le vécu communautaire des portugais. Se sentaient-ils part d’une diaspora ou vivaient-ils leur migration plus individuellement ? Je m’interrogerai donc sur l’agency des individus, soit leur capacité d’être acteurs de leurs trajectoires migrantes à l’échelle individuelle et familiale.

Pour réaliser cette recherche, je m’appuie en priorité sur les Archives Départementales du Rhône ainsi que sur les Archives Municipales des communes concernées : Villeurbanne bien sûr, mais aussi Lyon et d’autres communes de l’Est lyonnais comme Vaulx-en-Velin et Vénissieux. Pour pouvoir mieux comprendre le processus d’individuation de ces parcours migratoires, je vais prochainement réaliser des entretiens avec des acteurs de ce phénomène, pouvant être des membres d’associations ou des personnes ne présentant pas de réel engagement dans leur communauté. Le concept d’individuation, dans ce sens, permettrait de mieux étudier la place prise individuellement par les différents acteurs dans un contexte qui prend place à une plus grande échelle.

Louis Verger, Master 2 en histoire, parcours Construction des sociétés contemporaines, ENS de Lyon


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *