La pratique du supportérisme au basketball : enquête au sein des « 3A »

Le supportérisme en sociologie a souvent été étudié dans le monde du football. Ce projet de recherche de Master 2 va alors s’intéresser à un autre sport majeur – bien que moins médiatisé – dans le paysage sportif français : le basketball.

Le basketball fait partie des sports les plus pratiqués en France et est au centre de l’image sociale de Villeurbanne puisque l’équipe de l’ASVEL est une figure de proue du basketball national. L’équipe, forte de ses résultats, a une grande côte de popularité nationale et régionale et est encouragée par deux associations de supporters officielles, dont une historique nommée les « 3A » (Association des Abonnés de l’ASVEL), créée en 1995. C’est au sein de cette association historiquement et légitimement installée au cœur des tribunes depuis plus de vingt ans que nous allons mener notre enquête afin d’étudier son organisation et son influence sur la vie du groupe et ses membres. Nous partons, pour cela, du postulat que l’organisation structurelle de l’association de supporters détermine également les décisions, actions et interactions de ses différents membres. Il s’agira alors ici de s’intéresser à la vie sociale du groupe et ses répercussions sur les supporters en l’analysant en fonction de la structure et de l’organisation associative comme le suggère Ludovic Lestrelin.[1] Nous porterons pour cela une attention toute particulière aux socialisations et trajectoires biographiques de la direction et des membres de cette association qui seront analysées en fonction des responsabilités occupées.

De plus, ce club si important pour l’image de la ville de Villeurbanne, est un puissant indicateur d’identification locale et un espace d’expression culturelle et de socialisations privilégié pour ces supporters qui ont l’habitude de se retrouver avant, pendant et après les rencontres au sein de l’infrastructure de l’Astroballe. De ce fait, nous pouvons nous demander quels attachements et significations représente ce lieu symbolique qu’est l’Astroballe ? Est-ce qu’ils assimilent directement le club de l’ASVEL à la ville de Villeurbanne ? De même, comment s’identifient-ils à une équipe au sein d’un sport qui a pour particularité de connaître des changements soudains d’effectifs très fréquents ?

Nous pouvons également nous demander si cette association ne représente pas plus qu’un simple rassemblement de supporters. Il semble, en effet, important pour les membres d’appliquer une portée sociale et solidaire à leur association. Le prix de l’abonnement est par exemple à moitié prix pour les demandeurs d’emplois et les étudiants. En quoi ce supportérisme pourrait alors se rapprocher d’une mobilisation sociale et politique locale ?

Pour tenter de répondre à ces questions, nous utiliserons une méthodologie visant à recueillir des témoignages, parcours biographiques et représentations des différents membres sur leur pratique afin de les réinscrire dans des logiques d’actions et d’engagements. Abonné à l’association pour cette année, j’aurai ainsi l’occasion de multiplier les entretiens et observations participantes (d’octobre 2016 à juin 2017). J’espère ainsi obtenir une dizaine d’entretiens avec la direction de l’association et d’autres membres des « 3A » ainsi que plusieurs observations durant les matchs, déplacements, assemblées générales et autres rassemblements officiels et officieux qui me permettront de saisir les dits (et les non-dits) et d’observer la pratique du supportérisme en train de se faire.

Hugo Mastrodonato, Master 2 en sociologie, Lyon 2

 

[1] Lestrelin L., « De l’avantage de comparer les carrières supportéristes à des carrières militantes », Sciences sociales et sport, n° 8, 2015/1, p. 51-77

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *