Les projets de reconversion architecturale à Villeurbanne: un développement urbain durable qui valorise le passé industriel est-il possible ? Le cas du projet Grandclément-gare.

L’urbanisme et l’architecture d’une ville sont le reflet de son histoire. Dans le cas de Villeurbanne, les traces matérielles laissées par l’industrialisation du début du XXe siècle sont néanmoins très diffuses. Les projets de renouvellement urbain, en mettant constamment en œuvre la méthode de la tabula rasa, ont effacé une grande partie du passé industriel qui a été fondamental pour le développement de la ville. Cependant, l’identité ouvrière est toujours présente dans les discours des acteurs politiques villeurbannais, même si les lieux auxquels ces mémoires sont associées disparaissent progressivement et de manière très rapide. Conserver le bâti industriel désaffecté constitue un obstacle pour les objectifs de densification et de transformations urbaines d’aujourd’hui, tandis que sauvegarder une mémoire ouvrière dissociée du lieu ne contraint ces objectifs. De plus, la ville se trouve dans un contexte de fort renouvellement de la population communale, dont une grande proportion n’a pas connu le Villeurbanne d’avant la désindustrialisation des années 1960-1970 [1].

Mais qu’adviendra-t-il de cette mémoire sociale ouvrière, qui définit l’identité de la ville, une fois que les lieux seront effacés du territoire? Est-ce que les générations futures connaîtront et se réapproprieront cette mémoire? Est-ce que la mémoire peut vraiment survivre sans être ancrée au lieu qui l’a engendrée? Est-ce que cette démarche mémorielle peut aboutir à un processus de patrimonialisation? Comment pourrait-on avancer vers un avenir durable pour Villeurbanne qui prenne en compte les nécessités de la population sans oublier son passé, ses origines, son histoire? Les projets de reconversion et de recyclage architectural sont une manière de valoriser le passé industriel et ouvrier en même temps que de réfléchir sur la ville de demain. Pour cette raison, les questions de mémoire et d’aménagement urbain doivent être réfléchies ensemble; les politiques du patrimoine ne peuvent plus être comprises sans tenir compte des politiques urbaines publiques [2].

Cette recherche se divise en deux parties. Premièrement, une étude des reconversions architecturales réalisées jusqu’à présent sera effectuée. Cette étude comparative poursuit deux grands objectifs: réaliser un état des lieux des changements d’usages des bâtiments d’époque industrielle les plus importants et les analyser dans une perspective patrimoniale et sociale. Afin de réaliser cette partie, je vais principalement m’appuyer sur les Archives municipales de Villeurbanne et les principaux ouvrages concernant la ville. La deuxième partie s’inscrit dans le cadre d’une recherche action dont le terrain est le quartier à caractère fortement industriel de Grandclément, qui est actuellement l’objet d’un grand projet urbain de réaménagement. Un Plan Guide du projet a déjà été réalisé par un cabinet d’experts et le nouveau PLU-H au niveau de la ville sera également approuvé en 2018. Ces deux documents institutionnels “dessinent” l’avenir du quartier, mais qu’est-ce que les habitants souhaitent? Quels sont leurs besoins? Quelle est leur position à l’égard du bâti existant? Pour ce faire, je vais consulter la presse locale et je vais aussi étudier les législations urbanistiques et le Plan Guide du nouveau projet. Il me faudra évidemment me rendre sur le terrain pour échanger avec les différents acteurs impliqués (une attention très spéciale sera portée à la population villeurbannaise, protagoniste de cette deuxième partie).

Marta Robles, Master Dyclam (dynamiques des paysages culturels et gestion du patrimoine), Université Jean Monnet, Saint-Étienne

[1] V. Veschambre (2014), « Production et effacement des lieux de mémoires dans une commune-centre anciennement industrielle : le cas de Villeurbanne (France) », Journal of Urban Research, Special issue 5

[2] “Heritage policies can no longer been understood without taking into account cities’ public policies”.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *