Quand Marseille renseigne Villeurbanne : pour une sociogenèse de l’engagement politique et syndical en milieu précaire. Enquête auprès de travailleuses et travailleurs du nettoyage

La recherche doctorale en cours propose de renseigner les logiques d’un recours à l’engagement syndical, voire à une mobilisation collective, de la part de travailleurs et travailleuses à l’épreuve de différentes formes de dominations : en termes de rapports de classe, de genre, d’origine ethnique, etc. En choisissant deux terrains d’étude différents, ce travail insistera également sur la dimension spatiale de ce qui rend possible la/les mobilisation(s).

Afin de saisir d’éventuelles spécificités  territoriales, il semble intéressant de mettre en perspective le terrain villeurbannais avec un terrain secondaire, la ville de Marseille. À Villeurbanne, les personnes constituant l’échantillon de la recherche sont relativement  peu mobilisées, ce qui laisse davantage de place à la reproduction des dominations, tandis qu’à Marseille où les mobilisations s’organisent de manière régulière et récurrente depuis la fin de l’année 2015, les dominations sont à la fois davantage repérées et dénoncées. Or en termes de représentativité sociologique, la configuration villeurbannaise semble être plus ordinaire et, donc, plus illustrative des logiques de domination au sein desquelles les travailleuses et les travailleurs précaires se trouvent pris. Ainsi, cette enquête multi-située permettra de renseigner le cas ordinaire de Villeurbanne par une mise en perspective avec un phénomène extra‑ordinaire : la mobilisation de femmes et d’hommes de ménage à Marseille.

Cette enquête est menée auprès de femmes et hommes de ménage ayant dans leur trajectoire professionnelle rencontré la possibilité d’un engagement syndical. En proposant de suivre ces travailleuses et ces travailleurs durant plusieurs années (l’enquête de terrain a débuté en décembre 2015), je souhaite, dans une perspective génétique, décrire les conditions locales de possibilité et de non possibilité de l’engagement politique – entendu au sens large du concept – en milieu social précaire.

En effet, le secteur du nettoyage est emblématique de la précarisation du travail et de l’emploi : socialement dévalorisé, il repose sur une division sexuelle et ethnique du travail. Les salarié.e.s du nettoyage subissent, du fait de la tertiarisation et des processus d’externalisation, des temps partiels décalés et des conditions de travail pénibles la plupart du temps non reconnues comme telles.

J’ai choisi une entrée par l’engagement syndical de certain.e.s de ces travailleur.e.s en considérant le recours au syndicat comme une ressource à la fois symbolique et matérielle pour faire face à la précarité. Mais, si cette recherche propose de décrire les processus menant certains individus (partageant des situations de travail identiques) à s’engager dans une action collective, dans une posture comparative, il apparaît crucial pour décrire comment certains s’engagent, de décrire également comment d’autres ne s’engagent pas ou s’engagent ailleurs ou dans autre chose. Ainsi, je souhaite identifier d’autres types de ressources (associatives, familiales, religieuses etc.) pouvant jouer comme autant de manière de composer avec cette précarité.

Saphia Doumenc, doctorante en Sciences politiques, Triangle, Lyon 2

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *