Élaboration, pérennité et adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires, les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle.

Le bâtiment public ordinaire du XXe siècle est aujourd’hui confronté à de nouveaux enjeux économiques, normatifs, énergétiques et patrimoniaux qui questionnent son entretien et son devenir. Les politiques publiques de l’Etat semblent à la recherche d’une vision globale qui permettrait d’articuler les différentes stratégies concernant les bâtiments des collectivités territoriales, avec la façon dont ceux-ci sont édifiés ou transformés pour y répondre.

Et d’un point de vue plus général, après un vingtième siècle où l’on a beaucoup construit, dans un contexte de nécessaire transition de notre environnement et de nos modes de vie, l’évolution des constructions existantes devient centrale dans la réflexion collective des acteurs du bâtiment, de la ville et des finances publiques. Le cadre bâti est alors souvent appelé patrimoine. Mais ce terme est utilisé de façon très différente par les personnes pratiquant la « gestion patrimoniale » (au sens propre d’un patrimoine immobilier ou financier) et les personnes se préoccupant des enjeux de « patrimoine naturel et culturel » collectif (au sens figuré d’un bien qui présenterait un intérêt pour la collectivité des citoyens, sans nécessairement lui appartenir au sens propre).

Cette situation place le « patrimoine public » dans un statut ambigu : approche immobilière publique ou approche culturelle et environnementale se réclament toute deux d’un « patrimoine commun » à une collectivité territoriale, nationale, voire humaine. Elles n’appellent cependant pas toujours les mêmes réponses opérationnelles face à la question de l’adaptation des édifices publics déjà construits.

Parallèlement, la recherche sur l’architecture et l’urbanisme du XXe siècle se pose peu la question du bâtiment public ordinaire, si on compare cet objet de recherche au logement, amplement traité, ou aux édifices remarquables, publics ou privés, qui constituent le principal objet de l’histoire de l’architecture.

La nécessité d’adapter les édifices publics n’est pourtant pas nouvelle : du fait de leurs missions d’intérêt général, ils sont structurellement en transition perpétuelle. La transformation progressive des parcs d’édifices publics au gré de l’évolution des besoins des territoires traverse tout le XXe siècle. Elle est intrinsèque à la fonction de ces équipements, censés s’adapter aux différentes formes de l’action publique et du service rendu aux populations. Pourtant, ces réseaux d’édifices gérés par des collectivités présentent aussi une certaine permanence urbaine. Chaque génération de gestionnaire est donc amenée à réinvestir l’héritage construit de la collectivité pour répondre à des besoins contemporains et anticiper l’avenir. L’édifice public est donc constamment en prise avec des temporalités différentes qu’il s’agit de coordonner pour le conserver et l’adapter. Et ce phénomène ne peut que s’accélérer du fait des mutations rapides que traversent nos sociétés contemporaines.

Quelles sont les capacités d’adaptation et les conditions d’évolutivité d’un réseau de bâtiments publics communaux construit au XXe siècle ?

La thèse se propose de travailler cette question autour du cas particulier d’un parc de 165 établissements recevant du public (ERP) gérés par la Ville de Villeurbanne, sur une centaine d’années. Construite au fil du XXe siècle, cette série d’édifices présente des caractéristiques architecturales très variées, sur les plans fonctionnel, morphologique, technique, visuel, et constitue, à ce titre, un échantillon représentatif.

En procédant à une analyse typo-morphologique, mais aussi historique, technique, géographique et parfois sémiologique, il s’agit de comprendre comment et pourquoi les bâtiments publics villeurbannais ont été édifiés puis transformés, sur l’ensemble du XXe siècle. La thèse tentera aussi d’apporter un éclairage nouveau sur le bâtiment public ordinaire, en adoptant à l’échelle architecturale des méthodes déjà utilisées à l’échelle urbaine pour comprendre la fabrique de la ville ordinaire, en convoquant dans le champ du banal les méthodes d’analyse récentes du patrimoine bâti remarquable du XXe siècle, mais aussi en s’appuyant sur les résultats de recherche existants concernant certaines typologies d’édifices publics. Les considérations morphologiques pourront compléter les recherches existantes sur les formes des villes durables. Et la typologie établie, ainsi que la description matérielle du corpus contribueront à structurer un type de données qui fait aujourd’hui défaut, malgré le caractère stratégique des édifices publics dans les transitions de nos sociétés contemporaines.

Nolwenn Le Goff, qui sera inscrite à la rentrée 2017 en Doctorat à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *