(En)jeux des relations chercheur/terrain: ce qu’implique l’enquête ethnographique

Quand la méthode donne naissance à une discipline

On assiste en 1922 à une cassure dans les sciences sociales du point de vue de la méthodologie. Si la philosophie est la matière reine jusqu’à la fin du 19ème, début du 20ème, Bronislaw Malinowski révolutionne les sciences sociales. Issu d’une formation de philosophe, il se retrouve dans un concours de circonstance à élaborer une méthode d’enquête tout à fait révolutionnaire. Alors qu’il séjourne en Australie en 1914 avec l’Université dans le cadre d’une étude, la Première guerre mondiale éclate. En tant que ressortissant de l’empire austro-hongrois – ennemi de l’Australie –  l’État australien l’envoie sur l’archipel des Trobiand pour une mission d’évangélisation. B. Malinowski enclenche un travail de terrain de longue haleine, jusqu’en 1918 il retournera trois fois sur ces îles. Il approche alors les tribus indigènes réputées pour être cannibales, apprend leur langue, vit avec eux. En 1922, il publie un ouvrage phare : Les Argonautes du Pacifique occidental[1]. La toute première étude anthropologique et non philosophique, se basant quasi exclusivement sur des observations ethnographiques est née. On assiste alors à une nette distinction entre la philosophie, science humaine non empirique d’un côté et le reste des sciences sociales de l’autre. Néanmoins, une autre distinction se fait jour. Si l’ethnographie est placée au centre de la palette des méthodes de l’anthropologie, la sociologie prend pour emblème méthodologique l’enquête statistique, notamment par questionnaires. Au fil des années, la méthode sociologique évolue. Au niveau des cloisonnements disciplinaires (sociologie, anthropologie, ethnologie etc.), on observe aujourd’hui une porosité croissante des méthodes d’enquête et d’analyse.

Si lors de la réunion-séminaire au Rize nous avions évoqué rapidement les héritages des pères fondateurs de la sociologie et les différents courants sociologiques, nous ferons ici l’économie de cette présentation afin de revenir davantage sur nos terrains d’enquête respectifs. Nos deux travaux sont conduits par enquête ethnographique. Dans un article célèbre, Olivier Schwartz[2] note que « la qualité ethnographique peut s’appliquer à tout type d’enquête qui repose sur une insertion personnelle et de longue durée du sociologue dans le groupe qu’il étudie ». Il ajoute que « cette insertion peut d’abord permettre d’observer directement les conduites des individus dans des circonstances variées et d’avoir accès à des fragments de vie quotidienne » […] « la réussite de l’enquête accroît aussi les chances, pour l’enquêteur, d’assister à des “évènements” ». Ce texte propose de présenter certains usages et mésusages de l’outil ethnographique.

 

Le chercheur travaillé par son terrain
Le cas d’une enquête au sein d’une association de supporters de basket

Cette étude, menée en 2017, porte sur les conditions sociales de la pratique du supportérisme au basketball au sein d’une association de supporters de l’ASVEL. Nous nous demandons notamment ce qui est socialement susceptible de déterminer les pratiques et conceptions du supportérisme des membres.

Il s’agit d’une enquête de type ethnographique. De « type » ethnographique seulement parce que nous n’avons pas le temps nécessaire à notre disposition pour prétendre réaliser une enquête réellement ethnographique. Cependant certains codes de cette méthode de travail ont été repris, notamment l’immersion au sein d’un groupe social. Pour cela, des entretiens semi-directifs et des observations participantes ont été menés.

Plusieurs points sont alors à relever par rapport à ce travail d’immersion. Le fait d’être inscrit au sein de l’association de supporter et d’être de ce fait un « membre à part entière » octroie un double statut particulier de chercheur-adhérent et de ce fait génère une double attente de la part des membres : d’un côté de fournir un travail de recherche[3] et de l’autre de partager leur passion[4]. Ainsi, afin d’intégrer efficacement ce groupe social, il a fallu se construire une certaine culture du basketball, notamment pour pouvoir échanger avec eux en tant que membre de l’association et ainsi tenter de gommer au maximum l’étiquette de chercheur. De ce fait, même si je ne leur ai pas caché mon désintérêt initial pour le basketball, j’ai depuis rattrapé un certain retard et je me prends désormais au jeu des résultats.

Cela inclut donc aussi un effet sur le chercheur. Le fait de m’intéresser et d’être partie prenante des échanges d’avants et après matchs a un effet socialisateur sur moi. Dans les mauvais côtés (lors des observations durant les matchs, mon regard est parfois attiré par le terrain plutôt que par les tribunes) comme dans les bons (j’ai l’impression de mieux comprendre les actions et réactions de mes enquêtés en rapport à ce sport et ses propres codes et valeurs). De même, l’accueil chaleureux des membres et la bonne ambiance au sein de l’association tendent à jouer sur mon raisonnement de chercheur qui peut parfois s’effacer derrière les sentiments de l’individu que je suis.

En effet, lors d’une enquête ethnographique, l’expérience du chercheur est hautement incarnée puisque les sentiments peuvent interférer avec le raisonnement au fur et à mesure des affinités qui se créent avec les enquêtés. De ce fait, l’idée centrale est de mettre la situation de l’enquêteur et ses effets au cœur même de l’analyse sociologique. Il faut avoir une lecture réflexive des matériaux, être critique et analytique.

De ce fait, nous pouvons dire que l’image très durkheimienne du chercheur neutre et totalement objectif est ici mise à mal. Lors d’une démarche ethnographique, le chercheur est pris par son terrain et doit composer avec les effets que provoque son objet de recherche sur lui. En ce sens le journal de terrain prend ici toute son importance. Le fait d’extérioriser et de mettre en mots les situations vécues et les différents sentiments qui nous traversent pousse le chercheur à rester réflexif sur ces phénomènes intangibles susceptibles d’influencer les résultats et les analyses de la recherche. Le journal de terrain joue ainsi un rôle de médiateur et permet de rendre palpable le travail d’introspection nécessaire du chercheur.

Usages et mésusages de l’outil ethnographique
Entre observations participatives et observations intensives au sein d’un syndicat

Dans le cadre d’une étude sur les conditions sociales de possibilité d’un (non)-engagement syndical de personnes travaillant dans le secteur du nettoyage (en ce qu’il est emblématique de la précarisation du travail et de l’emploi), la recherche propose de suivre les travailleur‑se-s durant plusieurs années. En effet, l’approche diachronique permet de saisir  d’éventuelles variations de comportements et d’appréhender si celles-ci sont, ou non corrélées à l’engagement syndical. Pour cela, l’enquête est menée selon la méthode ethnographique.

Ce travail de recherche est par ailleurs basé sur deux terrains d’enquête : à Marseille où des mobilisations de femmes de chambre se déclenchent de manière récurrente depuis la fin d’année 2015 et à Lyon/Villeurbanne où les dynamiques d’action collective dans ce secteur d’activité ont subies un fort ralentissement.

A la rentrée scolaire 2016, le syndicat CNT-Solidarité Ouvrière a lancé une campagne de syndicalisation dans le secteur du nettoyage sur l’ensemble du département du Rhône. C’est dans ce contexte que j’ai obtenu un travail au sein du syndicat et tant « qu’assistante de développement » pour assurer les permanences au local. Immergée quotidiennement dans mon terrain d’enquête six mois durant, cette expérience a été l’occasion d’une part d’identifier les raisons pour lesquelles les individus se rendent au syndicat, et d’autre part, de « recruter » des enquêté-e-s. Néanmoins cette double casquette suscite un certain nombre de questionnements. Ce court texte est l’occasion de présenter les apports et les contraintes de l’immersion prolongée du/de la sociologue sur son terrain d’enquête.

Durant cette activité, j’ai eu l’occasion de nouer des relations privilégiées avec certain-e-s adhérent-e-s. Pour éviter de créer des gênes du fait de la double casquette « militante/syndicaliste » et étudiante en sociologie, j’ai favorisé la création de liens – sur plus ou moins long terme – dépassant la simple sphère syndicale. Néanmoins, bien que depuis le début mon objectif avait été présenté aux personnes rencontrées, certaines n’avaient en réalité pas réellement saisi ma démarche[5]. En effet, tout ce travail de construction d’une relation « pour se faire une place » entretient finalement un flou. Le cas d’Assaitou[6] est assez illustratif de cette gêne pouvant être occasionnée.

Extrait du cahier de terrain :

J’ai connu Assaitou dans un premier temps au syndicat puis notre relation a évoluée. Je me suis occupée d’un certain nombre de ses papiers, de l’accompagner à des rendez-vous, puis je l’ai aidé à chercher du travail, nous avons écrit des lettres de motivation, des CV, j’ai aussi donné des cours de soutien scolaire à sa fille, nous avons pris du temps pour manger, boire des cafés. Si j’ai, depuis le début, dit à Assaitou que je souhaitais écrire un livre sur les femmes de ménage basé sur des témoignages, notre relation a pris une tournure d’amitié. Assaitou est une de mes « alliées » sur le terrain, mener un entretien enregistré avec elle semble lui avoir paru déplacé.

Lorsque nous commençons l’entretien je la sens distante et assez mal à l’aise puis elle s’offusque presque : « Ah, mais tu veux que je te raconte ma vie en fait ? »

Ce court extrait du cahier de terrain permet de comprendre la difficulté de conserver la « bonne » distance sur son terrain. Le travail de construction de sa place sur le terrain rend parfois encore plus étonnant, aux yeux des enquêté-e-s, le fait que je sois présente en tant que chercheuse. A certain moment, l’immersion sur le terrain fragilise ou du moins ne facilite pas la position de chercheur-euse.

Néanmoins, s’il est parfois délicat de savoir garder cette « bonne distance », réussir à être suffisamment proche des enquêté-e-s permet, dans le cadre d’une étude sur les mobilisations collectives, d’éviter certains écueils. Le cas de Virginie, est à cet égard très significatif.

Parmi les personnes venant régulièrement au local syndical, j’ai rencontré Virginie, 36 ans. Salariée d’une grande entreprise de propreté, elle nettoie les sanitaires d’un centre commercial de la ville de Lyon. La première fois que je la rencontre, au mois de septembre, cette salariée est très réservée. Elle parle peu et ne jamais toute seule au local, elle est systématiquement avec une collègue ou avec ses enfants. Au mois d’octobre, le syndicat organise une première action sur le site de travail. Si Virginie fait partie de la délégation des deux salariées porte-parole, elle ne prend qu’une fois la parole durant le temps de négociation et laisse à sa collègue et à la permanente syndicale, le soin d’exposer les griefs.

Par la suite, Virginie reste globalement en retrait, elle ne vient me parler que pour évoquer des points précis de son dossier. En décembre, une seconde action et menée au centre commercial. Entre temps, Virginie a pris un peu d’assurance, la salariée qui était porte-parole avec elle lors de la première action s’est faite licenciée, c’est donc à Virginie d’assurer la négociation. Lorsqu’elle sort de cette épreuve qui avait était assez pénible pour elle la première fois, Virginie m’interpelle : « Saphia ! Tu aurais dû être là ! Il faut le voir pour le croire, j’ai pris la parole et tout ! J’ai pas eu peur et Monsieur X [directeur de l’agence de nettoyage] il en revenait pas ! »

Ainsi, la longue durée et l’observation intensive permet dans bien des cas de dépasser une simple observation empirique à un moment t. En effet, si je n’avais pas suivi plus en détail le parcours syndical de Virginie, je n’aurais pas eu l’image d’une salariée en plein « apprentissage syndical ».

Lors de la réunion-séminaire du 09 mai 2017 organisée au pôle chercheur du Rize, nous avons essayé avec ce rapide détour sur nos terrains d’étude respectifs, de donner à voir à la fois les apports et les limites d’une enquête ethnographique.

 

Hugo Mastrodonato et Saphia Doumenc

 

[1] Bronislaw Kaspar Malinowski, Les argonautes du Pacifique occidental, 1922.

[2] Olivier Schwartz, « L’empirisme irréductible », postface à Anderson N. (1993), Le Hobo, sociologie du sans‑abris, Paris, Nathan, pp.265-308.

[3] Les enquêtés ont souvent tendance à regarder mes réactions lorsqu’ils s’expriment et n’oublient pas la raison première de ma présence.

[4] Ils m’ont par exemple offert un t-shirt de l’ASVEL pour que je l’enfile lors des matchs.

[5] Sans doutes pour beaucoup du fait de la rareté de cette situation pour moi comme pour les personnes rencontrées.

[6] Pour assurer l’anonymat des personnes, tous les prénoms ont été modifiés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *