Les sciences humaines dans le débat politique et social : retour sur le « modèle français d’intégration »

Lors de cette réunion séminaire, nous avons abordé la question du modèle français d’intégration des étrangers, à travers le prisme d’une musique engagée du rappeur Kery James, Lettre à la République. Cette porte d’entrée nous a permis de faire le lien entre cette question et l’actualité, la recherche scientifique et le monde artistique. Nous avons d’abord fait le constat que dans la presse française, et en particulier dans Le Monde, le terme « intégration » est trop souvent utilisé de manière imprécise et indifférenciée[1]. Or, cette imprécision renvoie toujours à un même ensemble : l’étranger, qui doit forcément « s’intégrer » à la société française. Mais ce sentiment imprécis relégué par les médias ne donne pas, par le fait même de l’imprécision employée, la réponse au « comment », et répand l’idée que l’intégration se fait comme ça. Pourtant, quand on regarde de plus près, il ne semble pas y avoir de consensus académique sur la question. Dans l’actualité, la « crise des migrants » et l’animation régulière autours des banlieues relancent régulièrement le débat sur l’accueil des étrangers sur le territoire national. Le monde politique, surtout dans le cadre d’une année électorale, utilise et instrumentalise la question de l’intégration. Or, le monde artistique s’est également saisi de cette question. Dans sa lettre à la République, le rappeur Kery James ne mâche pas ses mots, et critique avec une certaine amertume ceux qui instrumentalisent la question des immigrés, en dénonçant « l’hypocrisie » de la République vis-à-vis de l’intégration des étrangers et de leurs descendants en France, en dénonçant ce qu’il nomme lui-même « une illusion républicaine ».

Dès lors, pour y voir plus clair, nous avons dans un premier temps décrit et précisé ce qu’on entend par le « modèle français d’intégration », en détaillant ses origines, ses différents sens et son évolution dans le temps. « L’intégration » renvoie à un « processus (ni naturel, ni éternel) au cours duquel un individu ou un groupe, par exemple, s’insère avec ses caractéristiques sociales propres et trouve sa place dans la communauté politique »[2]. En ce sens, elle diffère de « l’assimilation », qui désigne quant à elle « une logique […] d’adoption de la langue, des valeurs et des principes du groupe dominant ou de la communauté politique dominante. Dans l’adoption il y a abandon, contraint ou délibéré, de ses anciens schèmes de perceptions et d’action »[3]. La vision durkheimienne de « l’assimilation » faisait de cette notion un concept tout à fait progressiste par rapport aux idées dominantes de la fin du XIXe siècle, qui voulaient que seuls puissent faire partie de la nation française ceux qui lui étaient liés par toute une généalogie. Là où l’ancienneté sur le sol de France légitimait seule l’état de Français, l’éducation, par sa faculté de transmission directe de l’histoire et des valeurs du pays aux générations d’étrangers leur permet de s’assimiler beaucoup plus vite à l’entité nationale. Néanmoins, cette vision assimilationniste est constamment remise en cause au fur et à mesure du XIXe et surtout du XXe siècle, notamment par la Gauche. On lui reproche notamment une certaine « déculturation », causée par l’adoption de toute l’histoire de la société française. Ainsi, on passe au fur et à mesure d’une vision « assimilationniste » à une vision plus « intégrationniste » du concept, sans pour autant que le vocabulaire s’adapte aux évolutions dans le temps. Tant et si bien qu’on ne sait plus ce qu’on demande aux étrangers lorsqu’on parle d’intégration : leur demande-t-on de s’assimiler, ou juste de s’adapter à la nouvelle société ? C’est cette tension entre les mots, leur sens et leur utilisation qui explique en partie le rejet à la fin du XXe siècle du mot « intégration », lui-même devenu connoté.

L’histoire particulière de l’immigration française, combinée aux valeurs portées par la Révolution française et celles portées durant la colonisation, explique en partie le discours des autorités publiques, qui ont pendant longtemps encouragé et encouragent parfois encore les étrangers à « s’intégrer » ou à « s’assimiler ». L’autre devrait devenir « le même » dans le cadre de la patrie républicaine. Néanmoins, malgré ces incitations, certains historiens ou sociologues comme Gérard Noiriel[4] ou  Smaïn Laacher[5] reprochent aux autorités de ne jamais avoir pris en considération la question de l’intégration dans le cadre des politiques migratoires. C’est également le constat que dresse Kery James[6], qui dénonce dans sa chanson le contraste entre les discours sur la République accueillante et la situation réelle des étrangers et de leurs descendants dans le territoire. Ce contraste entre le discours et les faits a pu laisser penser qu’il y aurait « une crise » de l’immigration en France. Si l’idée qu’il existe des difficultés récentes liées à l’immigration peut être entendue[7], parler de « crise » nécessite d’admettre qu’auparavant la situation et l’accueil des populations étrangères en France étaient meilleurs, ce qui est loin de faire l’unanimité chez les chercheurs, comme en témoignent Gérard Noiriel ou Smaïn Laacher. C’est pourquoi l’idée de crise de l’immigration, si elle est souvent défendue, doit être discutée. Les revendications en faveur des droits des étrangers, qui se sont surtout développées à partir de Mai 68 et plus particulièrement dans les années 1980, ont permis de faire émerger le problème dans la sphère publique, ce qui a pu renforcer l’idée d’une « crise ». Mais si on parle plus des difficultés liées à l’accueil des populations étrangères en France, cela ne veut pas dire que ces difficultés n’existaient pas par le passé. C’est pourquoi, en définitive, nous avons invité à réviser la notion de « crise », en ouvrant sur la question suivante : l’utilisation de la notion de « crise », par nature anxiogène pour la population, ne desservirait-elle pas les étrangers eux-mêmes, déjà en proie à des difficultés d’intégration ?

 

Adrien Miachon

 

[1] Simone Bonnafous, « Le terme “intégration” dans le journal Le Monde : sens et non sens », Hommes et Migrations, 1992, vol. 1154, no 1, p. 24‑30.

[2] Smaïn Laacher (ed.), Dictionnaire de l’immigration en France, Paris, France, Larousse, 2012, 461 p.

[3] Ibid.

[4] Gérard Noiriel, « Immigration : le fin mot de l’histoire », Vingtième Siècle, revue d’histoire, septembre 1985, no 7, p. 141‑150.

[5] Smaïn Laacher (ed.), Dictionnaire de l’immigration en France, op. cit.

[6] Kery James « Lettre à la République », issu de l’album 92.2012, Believe Recordings, 2012

[7] Jean-Claude Sommaire, « La crise du “modèle français d’intégration”, une proposition d’outil », Vie sociale, avril 2006, no 4, p. 13‑25.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *