En quête d’informations. Le programme de rétablissement des liens familiaux de la Croix-Rouge

De la Méditerranée, en passant par la mer Égée, aux côtes Atlantique ou encore aux bordures terrestres de l’Europe, les situations ne manquent pas aujourd’hui pour témoigner les épreuves auxquelles les migrants sont confrontés pour traverser des espaces qui s’érigent comme autant d’obstacles à franchir. Les politiques sécuritaires et le renforcement des contrôles aux frontières s’avèrent inefficaces pour éviter les circulations et dissuader les traversées, permettant de constater à quel point ces déplacements sont devenus des épreuves de survie et parfois, associés à des drames. Dans ce contexte où le déplacement est synonyme de risques, de danger et de séparation, se mettent en place quelques dispositifs d’aide à la recherche des personnes désignées comme disparues. Je me propose d’étudier plus particulièrement le programme de Rétablissement des Liens Familiaux (RLF) au sein de la Croix-Rouge1 et notamment le travail d’accompagnement et de suivi des personnes en recherche d’informations de leur(s) proche(s).

Mon travail méthodologique consistera à décrire et à analyser les pratiques de collecte d’informations menées par les acteurs bénévoles engagés dans ce programme. Un accent particulier sera accordé au protocole mis en place pour prendre en charge cette activité d’investigation (bases de données, archives, objets, photographies, lettres) visant à renseigner les caractéristiques de la personne recherchée. Des observations seront également à prévoir sur les rencontres et les interactions entre les bénévoles et les personnes qui sollicitent ce dispositif. Des entretiens individuels permettront aussi de comprendre les logiques sociales et de spécifier les compétences et les savoirs à l’œuvre pour entretenir des liens et de la mémoire avec des personnes dont on ignore où elles sont et ce qu’elles sont devenues.

Parler en termes de « rétablissement des liens familiaux » invite à comprendre comment opère la thématique du proche dans la manière de publiciser et de partager l’inquiétude face à l’absence de nouvelles de l’un(e) de ses membres. Le recours à cette sémantique permettra enfin d’analyser comment s’actualise dans le monde social des épreuves morales qui attestent de « ceux à qui on tient » et de « ce par quoi on tient ».

Les procédures de recherches de traces, les invocations mémorielles et les formes de solidarités aux liens qui se manifestent dans l’enquête des personnes « disparues » amènent à envisager la façon dont l’absence de nouvelles devient une question collective, publique voire juridique et interroge une écologie de la mémoire dans des situations où les liens se voient altérés/affectés par la puissance que transporte la sémantique de la « disparition ».

 

Charlie Duperron, Master 2 Socio-anthropologies Appliquées du Développement Local, Lyon 2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *