Les enfants d'origine italienne du quartier de la Croix-Luizet à Villeurbanne : familles et parcours scolaires, 1945-1955

25 avril 2012
Par

Par Manon ASSENAT

Master 2 Mathilda (Université Lumière Lyon 2, en résidence au Rize)

Etudiante en master 2 Matilda Histoire Européenne des Femmes et du Genre, mon travail de recherche porte sur les élèves italien-ne-s ou d'origine italienne de l'école primaire de Croix-Luizet (aujourd'hui Armand) à Villeurbanne.

Les sources utilisées proviennent en grande partie des archives de ce groupe scolaire et ont déterminé les bornes chronologiques du sujet. Elles se composent notamment de registres matricules et cahiers des effectifs (documents qui recensent les élèves de l'école et donnent diverses informations sur eux-elles), mais aussi cahiers des maîtres et maîtresses ou encore registres d'appel. Le recensement de 1946 m'a permis de constituer une base de données qui contient environ 200 fiches d'élèves avec diverses informations dont l'année de naissance, la nationalité ou encore la profession de chaque membre du foyer. Enfin, des entretiens avec d'ancien-ne-s élèves de l'école complètent ces sources administratives et donnent un aperçu des expériences vécues par ces enfants italien-ne-s ou d'origine italienne. Les sources du groupe scolaire sont malheureusement cantonnées à l'école des garçons pour ma période. Cependant, grâce aux entretiens et à la littérature, je pense pouvoir pallier ce manque et mener une étude en termes de genre des parcours scolaires des filles et des fils d'immigré-e-s italien-ne-s de Croix-Luizet.

Les travaux en sociologie et en histoire de l'éducation ont démontré l'influence majeure du milieu social d'origine sur la réussite scolaire des enfants, ainsi la première étape de ce travail de recherche est de dresser le profil de la population italienne du quartier : les parcours migratoires sont variés, mais leurs catégories socio-professionnelles et leurs conditions de vie montrent un groupe plutôt homogène. Dans un second temps, les problèmes spécifiques des enfants italien-ne-s ou d'origine italienne à l'école sont observés, et notamment la question de la langue et le contexte des années de l'immédiat après-guerre. La dernière partie de mon travail se propose d'appréhender les parcours scolaires de ces enfants pour tenter de savoir s'ils se différencient de ceux des autres élèves ou non. De même, il sera aussi question de leurs parcours post-primaires, éclairés par les entretiens et la littérature.

Manon ASSENAT


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Portraits de recherche, Résidences passées

Laisser un commentaire

Liens