Les sources orales en histoire par Manon Assénat

En histoire, on appelle « sources orales » les matériaux recueillis par enregistrement lors d’entretiens avec des témoins. Longtemps boudées par les sciences sociales du fait de leurs caractère provoqué et du poids de la tradition écrite, elles sont aujourd’hui considérées comme des sources à part entière et sont largement utilisées par les historien-ne-s.

La construction des sources orales en histoire passe par trois étapes : la recherche de témoins tout d’abord (via des institutions, associations, ou bien un réseau) et la prise de contact. Vient ensuite le moment de l’entretien proprement dit, et la première rencontre avec le témoin est fondamental puisque c’est à ce moment-là qu’un « contrat » est passé et que la confiance s’installe ou non. Si le/la chercheur-e expose clairement ses objectifs et que le/la témoin accepte de coopérer, la relation peut s’avérer très fructueuse. Les discussions sont alors enregistrées pour ensuite être retranscrites lors d’une opération qui constitue la troisième étape du recueil des sources orales. Le/la chercheur-e va alors procéder à l’écriture de l’entretien grâce à l’enregistrement. Ces trois étapes accomplies, le travail d’analyse critique de ces sources et leur utilisation dans une recherche pourront alors commencer.

Rigoureusement analysés, ces témoignages oraux peuvent donc constituer des sources à part entière pour appuyer un argument, et/ou venir compléter des sources d’autres natures dans le travail de l’historien. Leur caractère spécifique de matériau « vivant » et lié à la mémoire des témoins les rend d’autant plus intéressantes. Le documentaire Au coeur des Poulettes, réalisé par le conseil de quartier Buers Croix-Luizet et renseigné par les seuls témoignages des habitant-e-s laisse entrevoir à quel point les sources orales peuvent être un objet de recherche en elles-même. On voit dans le documentaire la façon dont peut fonctionner la tradition orale (par exemple lorsque les habitant-e-s expliquent d’où vient le nom « poulettes »). La nature même du documentaire – rassembler des témoignages des habitant-e-s sur le quartier – invite à la réflexion puisque cette initiative semble poursuivre la construction de l’identité du quartier et l’on voit alors le rôle de la mémoire dans un tel processus.

Ainsi, si le concept de mémoire est difficile à manier en histoire car utilisé parfois à mauvais escient, il reste que l’histoire racontée par les témoins, et donc à travers leurs mémoires, peut être à la fois une source riche d’enseignements, et un objet à part entière.

Références :

BEAUD Stéphane, WEBER Florence, Guide de l’enquête de terrain, Paris : La Découverte, 2003, 356 p.

BOURDIEU Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 62-63, juin 1986, pp.69-72

DESCAMPS Florence (dir), Les sources orales et l’histoire. Récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Rosny-sous-Bois : Bréal, 2006, 287 p.

SCHWEITZER Sylvie, cours « Méthodologie des sources orales », 2012

SIRNA Francisca, « L’enquête biographique : réflexions sur la méthode », in AGGOUN Atmane (dir), Enquêter auprès des migrants. Le chercheur et son terrain, Paris : L’Harmattan, 2009

VOLDMAN Danièle, « L’histoire orale entre science et conscience », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, No. 25, janviers-mars 1990, pp. 113-115

 

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. DJOBOLA dit :

    C’est bien mais j’ai besoin plus d’explication dans mes recherche sur ce thème

  2. yao dit :

    seulement que toute societe a des date a elle

  3. NKASHAMA dit :

    Personnellement je suis content de cet article qui défient certains chercheurs qui ne reconnaissent pas la valeur des sources orales. dans l’exemple du quartier Buers, les choses sont peut-être faciles en ce qui concerne la chronologie en sources orales, par le fait que les habitants de ce quartier sont capables de fixer les dates. Mais dans les sociétés sans écriture, malgré la fiabilité des sources orales, la chronologie manque sérieusement. Que faire en cas pareil?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *