La résidence au Rize : un dispositif qui fonctionne !

Le Rize propose un dispositif de résidence d’étudiant-e-s dans le cadre de leur Master 2 en Sciences Humaines et Sociales depuis maintenant 3 ans. A cet effet, l’établissement possède en son sein une aile de son bâtiment où les étudiant-e-s en résidence peuvent travailler dans 4 bureaux individuels (Voir photos ci-dessous). Le Rize propose, en plus, un système original de financement dès le Master 2 car les étudiant-e-s, sélectionnés chaque année, sont indemnisés pendant 6 mois afin de produire leur mémoire de recherche.

Concrètement, les étudiants sélectionnés sont inscrits en Master 2 Recherche en sciences humaines et sociales dans une Université française ou étrangère et ils consacrent le premier semestre à la validation de leurs UE. Ils intègrent la résidence au début du second semestre (généralement en janvier), sous la forme d’un stage pour produire leur mémoire de recherche. Un doctorant en résidence, chargé notamment d’animer le pôle de recherche où ils travaillent, fait office de maître de stage. Mais le pôle de recherche est un service qui dépend directement du directeur du Rize. L’intérêt essentiel de ce système est d’une part de travailler dans des conditions optimales afin de produire un travail original et de qualité, et d’autre part de travailler dans un établissement culturel tourné vers le public. Ce dernier point est important car les étudiant-e-s qui passent par la résidence au Rize sont nécessairement amenés à réfléchir à l’utilité de leur recherche pour un public non spécialiste et à penser des formes de valorisation de leur recherche par des actions culturelles.

Couloir Pôle de recherche – Rize. Photo BRL

Couloir Pôle de recherche – Rize. Photo BRL

Couloir Pôle de recherche – Rize. Photo BRL

Bureau – Pôle de recherche – Rize. Photo BRL

  • La procédure de recrutement

La procédure de recrutement se déroule en deux phases :

– La première phase consiste en la sélection des dossiers. 3 éléments sont alors pris en compte : l’adéquation du projet de recherche avec les problématiques du Rize, la qualité du dossier du/de la candidat-e, et la lettre de recommandation du/de la directeur/trice de recherche. Un dossier n’ayant pas de lettre de recommandation est considéré comme irrecevable. Tout simplement car le sujet de recherche a dû être validé scientifiquement en amont par le/la directeur/trice de recherche.

– La deuxième phase consiste en des entretiens avec les candidats pré-sélectionnés. La faisabilité du projet de recherche durant les six mois de résidence est alors appréciée. Il est évident qu’un-e candidat-e ayant déjà consulté les sources disponibles, ou qui connaît déjà son terrain de recherche sera remarqué-e. C’est important car la résidence de 6 mois afin de produire le mémoire de recherche est en réalité très courte. Je répète souvent cela aux étudiant-e-s en résidence et à chaque fois ils constatent que c’est bien le cas. Au moment de l’entretien, il est donc logique que les recherches préparatoires soient avancées et que des pistes soient soulevées. On demande alors, non pas une problématique car elle sera formulée bien plus tard, mais on demande au moins la question de départ. La motivation est un critère important. Il ne s’agit pas seulement de manifester sa motivation au moment de l’entretien, cela est plutôt logique quand on postule. Plus fondamentalement, un mémoire de Master 2 recherche est un diplôme Bac + 5 et le niveau exigé est élevé. Si la recherche est une activité qui nécessite une très grande ouverture d’esprit. Cette activité est aussi solitaire et exigeante, et elle nécessite d’être capable de gérer son temps et ses moyens de façon optimale. En conséquence la motivation des candidat-e-s est importante car elle conditionne l’aboutissement du projet de recherche.

  • La validation scientifique : une alliance avec l’Université

La validation scientifique du travail de recherche des étudiant-e-s est le fait de leur directeur/trice tout au long de l’année, et surtout de leur jury de soutenance. Le Rize est donc indépendant de la validation scientifique des recherches effectuées en son sein car c’est le système universitaire qui la sanctionne. L’établissement ne propose donc que des  fonctions de support à la recherche.

La réussite de nos étudiant-e-s en résidence compte pour nous. Elle est de leur fait et mérite d’être soulignée.

Ainsi, depuis 3 ans, la moyenne des mémoires soutenus s’élève à 15,7/20. Nous comptons, jusqu’à aujourd’hui, 7 mémoires soutenus dont 4 en histoire contemporaine, 1 en psychologie sociale, 1 en anthropologie sociale et 1 en sciences politiques. Parmi ces 7 mémoires, 4 ont eu la note de 17/20.

Cette réussite est celle de nos étudiant-e-s, soutenus par leur directeur/trice, et nous avons le plaisir de constater que notre dispositif de résidence fonctionne très bien.

Boris de Rogalski Landrot