Le Palais du Travail au Rize du 20 octobre 2011 au 25 février 2012

Le Palais du travail est le premier élément du vaste ensemble urbain que constitue aujourd’hui le quartier des Gratte-Ciel à Villeurbanne. Créé à l’initiative de Lazare Goujon, maire socialiste de Villeurbanne de 1924 à 1935, le Palais du travail s’inscrit dès son origine dans un ambitieux projet politique, influencé par l’hygiène sociale, et soucieux de l’amélioration des conditions de vie des travailleurs.

Entrée de l’exposition du Palais du Travail. Photo BRL

Vue de la salle principale de l’exposition. Photo BRL

Fonctions centrales du Palais du Travail – Plan en coupe Nord-Sud du Palais du Travail 1934 – Photo BRL

Conçu par l’architecte Morice Leroux, le Palais du travail abrite une salle de spectacle et une brasserie, des locaux dédiés aux associations et aux syndicats, mais aussi une piscine et un dispensaire. Il est envisagé comme un « véritable temple laïque, centre d’activité intellectuelle, artistique et morale ».

En 1957, l’arrivée de Roger Planchon marque un tournant dans l’histoire de ce bâtiment. Il y fonde le Théâtre de la Cité, porté par l’ambition d’un théâtre de création décentralisé. En 1972, Roger Planchon, Patrice Chéreau et Robert Gilbert prennent la direction du Théâtre national populaire (TNP), que l’État décide de transférer de Paris à Villeurbanne.

Comme un fondu-enchaîné, l’histoire du Palais du travail s’est effacée des mémoires au profit de celle des Gratte-ciel et du Théâtre national populaire. Le projet politique de Lazare Goujon mérite d’être sorti de l’oubli et remis en lumière. Il s’agit aussi de montrer comment la population villeurbannaise s’est appropriée, au sein du Palais du travail, les différentes activités, les services – tels le dispensaire – et les lieux de réunion et d’organisation des solidarités ouvrières. La période est un moment-clé du développement des « municipalités-providence » (expression de Renaud Payre) qui prennent en charge, à Villeurbanne comme dans les autres villes des banlieues populaires en France et en Europe, l’amélioration des conditions de vie et l’éducation des populations ouvrières.

À l’occasion de la réouverture du TNP le 11 novembre 2011, le Rize propose une exposition sur cette histoire du Palais du travail.

Le commissariat scientifique de l’exposition est assuré par Michelle Zancarini-Fournel, professeure en histoire contemporaine à l’université de Lyon, Lyon 1, et avec la collaboration de Jean-Luc Pinol, professeur d’histoire contemporaine à l’école normale supérieure de Lyon, et de Boris de Rogalski-Landrot, doctorant-Cifre à l’école normale supérieure de Lyon, en résidence au Rize ; tous trois membres du Larhra (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes).

L’exposition a fait l’objet d’une convention avec le Larhra et a bénéficié de l’aide de la bibliothèque nationale de France (département des arts du spectacle) et de l’Ina.

Reportage France 3 – Cliquez sur le lien

Reportage TLM – à partir de 7’50 jusqu’à 10’30 minutes

Hygiène et Santé -Le dispensaire d’hygiène et la piscine du Palais du Travail- Photo BRL

Coopération – Conférence et Université Populaire du Palais du Travail – Photo BRL

Loisirs – Le théâtre de Villeurbanne. Photo BRL

Démontage de l’exposition – photo BRL



Citer ce billet
Rédaction (2011, 12 décembre). Le Palais du Travail au Rize du 20 octobre 2011 au 25 février 2012. Mémoires et Société. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rdwo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search