La semaine de l’Anthropocène au Rize

Du lundi 24 janvier 2022 au dimanche 30 janvier 2022

Anthropocène

Définition

“Ce que l’on propose de nommer « Anthropocène », c’est ce moment historique qui s’ouvre après 1945 avec l’enclenchement de la phase de l’urbanisation généralisée de la planète lors duquel il devient incontestable que les activités humaines ont des impacts de plus en plus forts sur les systèmes biophysiques. On observe, partout, ces bouleversements tout à la fois globaux et locaux. À tel point que l’habitabilité de la terre pour les humains et les non humains est mise en question.”

Michel Lussault, géographe, professeur à l’ENS de Lyon, directeur de l’École urbaine de Lyon.

Université ouverte sur le changement global

Pour sa 4ème édition, qui s’est déroulée du 24 au 30 janvier 2022, l’École Urbaine de Lyon a organisé la semaine « À l’École de l’Anthropocène » : une Université ouverte, sensible, citoyenne sur le changement global, au titre de « Villeurbanne 2022, capitale française de la culture » et sera accueillie dans l’un de ses lieux emblématiques, Le Rize.

Les soirées au Rize

Lundi 24 janvier

SCIENCES ET MACHINES : UNE GÉNÉALOGIE CONCEPTUELLE DE LA GRANDE ACCÉLÉRATION
Lundi 24 janvier 2022 – 17h30 à 18h30 
Par Pablo Jensen, physicien, et chercheur CNRS au Laboratoire de physique de l’École normale supérieure de Lyon.

ALLOCUTION D’ALONDRA NELSON, INVITÉE D’HONNEUR

Lundi 24 janvier 2022- 21h à 22h30

Alondra Nelson (Dr) est la directrice adjointe de la section « Science et Société » du Bureau de la politique scientifique et technologique de la Maison Blanche. Elle est la toute première personne à occuper ce poste, et son rôle est d’apporter une expertise en sciences sociales – avec une attention particulière portée aux problèmes d’inégalités sociales – pour accompagner la stratégie et les politiques fédérales en matière de science et technologie.

QU’EST-CE QU’UNE TERRE HABITABLE ?
Lundi 24 janvier 2022- 21h à 22h30
Avec :
– Muriel Gandelin (France), docteure en Préhistoire récente, et archéologue spécialiste de la période Néolithique.
– Isabelle Daniel (France), minéralogiste, géologue, et professeure en Sciences de la Terre à l’Université Lyon 1.
– Axelle Grégoire (France), architecte.
Animé par : Michel Lussault (France), géographe et directeur de l’École urbaine de Lyon.

ANTHROPOCÈNE ÂGE DU DESASTRE ? PETITE HISTOIRE DES CATASTROPHES TECHNOLOGIQUES ET INDUSTRIELLES
Mardi 25 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Alfonso Pinto, chercheur en géographie et études culturelles.

Mardi 25 janvier

ANTHROPOCÈNE ET HABITABILITÉ À TRAVERS LE PRISME DE LA PLANÉTOLOGIE. DANS LE TEMPS ET L’ESPACE, UNE TERRE INHABITABLE, UN AILLEURS QUI LE SERAIT ?
Mardi 25 janvier 2022- 19h à 20h
Par Patrick Thollot, professeur agrégé à l’École normale supérieure de Lyon.


À LA CONQUÊTE DE L’ESPACE : DROIT, POLITIQUE ET IMAGINATION

Mardi 25 janvier 2022- 20h30 à 22h
Avec :
– Kim Stanley Robinson (États-Unis), auteur de science-fiction.
– Isabelle Sourbès-Verger (France), géographe, chercheur au CNRS, et spécialiste des politiques spatiales.
– Alice Gorman (Australie), archéologue de l’espace.
Animé par :
– Michel Lussault (France), géographe et directeur de l’École urbaine de Lyon.
– Vincent Veschambre (France), professeur de sciences sociales et directeur du Rize.

Mercredi 26 janvier

DÉSIR DE CAMPAGNE : DE NOUVELLES FAÇONS DE VIVRE ET DE TRAVAILLER EN MILIEU RURAL
Mercredi 26 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Claire Delfosse, géographe.

QUELLE PLACE POUR LA BIODIVERSITÉ DANS L’ANTHROPOCÈNE ?
Mercredi 26 janvier 2022- 19h à 20h
Par Bernard Kaufmann, maître de conférences en biologie.

SEXE, GENRE ET ANTHROPOCÈNE : L’ANTHROPOCÈNE A-T-IL UN SEXE ?
Mercredi 26 janvier 2022- 20h30 à 22h
Avec :
– Marta Segarra (Espagne/France), philosophe.
– Thierry Hoquet (France), philosophe.
– Quimera Rosa (Espagne), Laboratoire artistique de recherche et d’expérimentation sur identités, corps et technosciences.

Jeudi 27 janvier

RUPTURES À L’ÈRE DE L’ANTHROPOCÈNE : LA PERSONNIFICATION DE LA NATURE
Jeudi 27 janvier 2022- 12h30 à 13h30
Par Philippe Billet, professeur agrégé de droit

ESTHÉTIQUES DU CARE POUR L’ANTHROPOCÈNE
Jeudi 27 janvier 2022- 16h à 17h
Par María Grace Salamanca, doctorante en philosophie

ADAPTATIONS ARCHITECTURALES THROUGH UN VIDE ANTHROPOCÈNE. LE CAS CHINOIS COMME POINT DE DÉPART EMPIRIQUE
Jeudi 27 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Jérémy Cheval, coordinateur du pôle formation à l’École Urbaine de Lyon, architecte et chercheur.

Vendredi 28 janvier

LA DÉCOLONISATION DES SAVOIRS UNIVERSITAIRES À L’HEURE DE L’ANTHROPOCÈNE : ORIGINES, TENSIONS ET ESPOIRS
Vendredi 28 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Karine Vanthuyne, professeure agrégée d’anthropologie, directrice du Groupe de recherche interdisciplinaire sur les territoires de l’extractivisme (GRITE) et titulaire d’une chaire en enseignement universitaire à l’Université d’Ottawa.

HISTOIRE DES REPRÉSENTATIONS DES ESPACES-MONDES URBAINS. FORMES CONTEMPORAINES D’APPAREIL DE CAPTURE [IMAGINAIRE CONTEMPORAIN ET RÉCIT]
Samedi 29 janvier 2022- 15h à 16h
Par Kader Mokaddem, professeur de philosophie et d’esthétique à l’École supérieure d’Art et de Design de Saint-Étienne (ESADSE-Cité du design).

L’AIR : UNE MATIÈRE PREMIÈRE DE L’URBAIN ?
Dimanche 30 janvier 2022- 16h à 17h
Par Michel Lussault, géographe, professeur à l’École normale supérieure de Lyon.

Débats

LA COSMOGONIE COMME NOUVEAU PARADIGME DU DESIGN
Vendredi 28 janvier 2022- 19h à 20h
Avec Sename Koffi Agbodjinou (Togo), architecte et anthropologue.

ICI ET DEMAIN : LE COMMUN, LE FUTUR, LA JEUNESSE
Dimanche 30 janvier 2022- 17h30 à 19h
Avec :
– Marina Garcés (Espagne), philosophe.
– Feda Wardak (Pakistan/France), architecte-constructeur et chercheur indépendant.
– un·e représentant de Youth for Climate
Animation :
– Michel Lussault, géographe, directeur de l’École urbaine de Lyon

Veille sur la changement global

EN VEILLE SUR LE CHANGEMENT GLOBAL #61 : janvier 2021

Les Algériens à Villeurbanne dans l’entre-deux-guerres et l’Usine J.-B. Martin, Manon Duret

L’encyclopédie de Villeurbanne, hébergée sur le site internet Le Rize +, a vu paraître deux nouvelles notices rédigées par Manon Duret qui était en résidence recherche au Rize en 2014 et 2015. Ses textes, fruits des travaux en Master d’histoire qu’elle a pu mener, proposent de mettre la lumière sur la population algérienne alors mal connue pendant la période de l’entre-deux-guerres ainsi que sur la vie de l’usine JB Martin à Villeurbanne, au cours du XXe siècle, aujourd’hui disparue :

Les Algériens à Villeurbanne dans l’entre-deux-guerres

Usine J.-B. Martin de Villeurbanne

Les sources orales en histoire par Manon Assénat

En histoire, on appelle “sources orales” les matériaux recueillis par enregistrement lors d’entretiens avec des témoins. Longtemps boudées par les sciences sociales du fait de leurs caractère provoqué et du poids de la tradition écrite, elles sont aujourd’hui considérées comme des sources à part entière et sont largement utilisées par les historien-ne-s.

Continuer la lecture de « Les sources orales en histoire par Manon Assénat »

La nécessité de l’anglais dans la recherche : cas pratique

Du 29 août au 1erseptembre 2012 s’est déroulé à Prague le 11e colloque international d’histoire urbaine. Ce colloque était particulièrement impressionnant par le nombre de participants et son organisation. En effet, il réunissait plus de 1000 participants répartis en près de 80 sessions sur 4 jours au sein de l’université Charles qui avait été entièrement réservée à cette occasion. Il s’agissait pour ma part de ma première intervention en anglais à un colloque international réunissant les plus importants spécialistes de l’histoire urbaine à l’échelle internationale. L’impression la plus forte que j’ai ressentie est le fait de pouvoir échanger avec des historiens et des historiennes formé-e-s dans leurs universités, et donc dans des contextes culturels et historiques différents du mien, mais avec qui les échanges étaient extrêmement riches en raison de l’objet qui nous intéressaient tous et toutes : l’histoire urbaine. Cela m’a permis de saisir dans toute sa richesse ce que signifie une communauté scientifique dans le sens où quelque soit la langue et la culture de chacun et chacune les échanges intellectuels étaient possibles et surtout fructueux scientifiquement. Il faut souligner un point non négligeable sur l’une des conditions rendant possibles ces échanges, il s’agit bien sûr de l’usage d’une langue commune : à savoir ici l’anglais. Pour les doctorants de ma génération il est normal et même impératif de maîtriser au moins la langue de Shakespear. Si la langue française est reconnue pour la richesse de son vocabulaire et la qualité de sa précision, faisant d’elle pendant longtemps la langue de la diplomatie, l’expansion internationale de l’anglais fait de cette dernière la langue privilégiée des échanges internationaux. Cette situation d’expansion linguistique engendre inversement des réactions de soutien à la francophonie, espace linguistique pouvant être considéré comme une communauté linguistique et qui a été érigée en Organisation Internationale (dans ce cas il faut écrire Francophonie), afin d’en faire l’un des acteurs de la scène internationale. L’enjeu autour de l’usage des langues est de taille et relève d’enjeux géopolitiques (à lire : n°126 2007/3 de la revue Hérodote sur la Géopolitique de la langue française), car la domination linguistique participe de l’influence d’un État ou d’un groupe d’États sur d’autres États (je renvoie sur ce point au concept de “soft power” élaboré, durant la Guerre froide, par le géopoliticien américain Joseph Nye). La question du choix des langues officielles au sein de colloques internationaux de recherche n’est donc pas anodine.

Il est intéressant de noter dans notre cas que les deux langues officielles du colloque de l’Association Européenne d’Histoire Urbaine sont le français et l’anglais. Cela explique pourquoi les discours introductifs et conclusifs du colloque ont été prononcés dans ces deux langues. C’est la raison pour laquelle il était aussi possible d’écrire en français ou en anglais sa candidature au colloque. J’avais donc initialement écris mon texte de candidature au colloque en français car, celle-ci étant ma langue maternelle, c’est dans cette langue que ma pensée est la plus précise. Cependant, à la suite de la sélection de mon intervention, les organisateurs m’ont demandé s’il m’était possible d’écrire mon texte et d’intervenir à l’oral en anglais afin de rendre possible les échanges avec les autres participants de cette session. Aimant parler et écrire en anglais je m’exécutais avec plaisir, et au vue de cette expérience je peux dire que cela était impératif car aucun des participants de ma session ne parlait français. Imaginons l’absurdité de la scène si cela n’avait pas été le cas : si à la suite des intervenants hongrois, finlandais, allemands et américains j’avais prononcé avec passion des mots que personne ne comprenait…cela aurait été digne d’un livre de Kafka.

Synthèse du travail de Master 2 Recherche de Manon ASSENAT

 Les enfants d’origine italienne du quartier de Croix-Luizet  à Villeurbanne : familles et parcours scolaires, 1945-1955

Master 2 Recherche, histoire contemporaine, Lyon 2

Manon ASSENAT

La question de la scolarisation des enfants étranger-ère-s fait encore aujourd’hui débat. Ainsi, l’exemple de la commune de Rubelles en Seine-et-Marne où, en mai dernier, le maire a refusé la scolarisation de dix-huit enfants étranger-ère-s dont les familles demandent l’asile politique. Les parents des élèves de l’école étaient plutôt satisfaits de cette décision, exprimant la crainte que la scolarisation de ces enfants non francophones ne fassent baisser le niveau des classes.

Des recherches en sociologie et en histoire ont été menées sur ce sujet, mais elles se sont surtout concentrées sur la période des Trente Glorieuses (1945-1975) avec la vague d’immigration qui correspond à l’arrivée des Portugais-e-s, des Espagnol-e-s, ou encore des Algérien-ne-s. Or, pendant les années 1970, le regroupement familial est officiellement mis en place, de même que les “classes d’adaptation” pour les enfants étranger-ère-s dont le nombre augmente alors fortement. En revanche, très peu de recherches historiques ont été menées pour savoir comment les enfants étranger-ère-s étaient scolarisé-e-s avant cette période (car l’immigration en France ne date pas des années 1970). Par exemple, que s’est-il passé à ce sujet pour les enfants des Italien-ne-s ou encore des Polonais-e-s arrivé-e-s pendant l’entre-deux-guerres, à une époque où justement, il n’y avait pas de classes spéciales pour les enfants étranger-ère-s ?

L’histoire de Villeurbanne est liée à celle de l’immigration de par son passé industriel. Au sein de la commune, Croix-Luizet est l’un des quartiers où se concentre une population importante d’immigré-e-s italien-ne-s. Le choix du quartier de Croix-Luizet pour cette étude s’explique également par les archives de l’école primaire publique, plus fournies que celles des écoles des autres quartiers. Étudier les élèves de l’école de Croix-Luizet revient en fait à se pencher sur une population plus large que celle du quartier. En effet, les zones limitrophes de la Feyssine et de Saint-Jean, situées de l’autre côté du canal de Jonage, respectivement au nord et à l’est de Croix-Luizet, étaient dépourvus d’équipement scolaire et les enfants qui y habitaient étaient donc scolarisé-e-s à Croix-Luizet.

Le choix des bornes chronologiques s’explique par le contexte politique d’une part, et par la disponibilité des sources d’autre part. La fin de la Deuxième Guerre Mondiale en 1945 marque le début du retour des familles italiennes reparties dans la péninsule pendant le conflit. De plus, les archives de l’école étant discontinues avant cette date, elles ne permettent pas de suivre les élèves sur plusieurs années.Ce dernier élément justifie également le choix de 1955 comme date de clôture de cette période de dix ans, choix qui s’est fait dans le but de pouvoir suivre la promotion la plus jeune de l’école (donc celle du cours préparatoire) jusqu’à sa sortie de l’école.

La sociologie de l’éducation a démontré l’influence du milieu social des enfants sur leurs scolarités. Il fallait donc nécessairement définir le profil socio-démographique des familles de Croix-Luizet, et parmi elles, des familles italiennes. Il semblait également pertinent de se consacrer, dans un second temps, à l’étude des difficultés que les enfants d’origine italienne pouvaient rencontrer au sein de l’école, avant d’examiner leurs parcours scolaires et orientations professionnelles et de les comparer à ceux des autres élèves. Du fait de leur origine étrangère, les enfants des immigré-e-s italien-ne-s du quartier de Croix-Luizet avaient-ils-elles des parcours scolaires et des orientations professionnelles différents de ceux des autres élèves ? Cette question a constitué le fil conducteur de ce travail de recherche.

Pour y répondre, les sources utilisées ont principalement été les archives de l’école de Croix-Luizet (cahier des effectifs, registres matricules, cahier du conseil des maître-sse-s etc.). Ces sources étaient disponibles pour l’école de garçons mais pas pour celle de filles. Cependant, le projet d’examiner les différences entre les parcours scolaires et orientations professionnelles des filles et des garçons est resté possible malgré cet obstacle grâce aux autres sources ainsi qu’aux ouvrages publiés sur le sujet. Le recensement de 1946 a également été utilisé dans le cadre d’un recoupement avec les documents de l’école afin de constituer une base de données des élèves présents dans le groupe scolaire de Croix-Luizet en 1945-1946. Le bulletin municipal de Villeurbanne s’est révélé être une source intéressante, notamment parce que chaque année, la liste nominative des admis-e-s au Certificat d’Etudes Primaires y était publiée. Enfin, des entretiens avec des anciens élèves de l’école, italien-ne-s ou d’origine italienne, ont été réalisés.

Continuer la lecture de « Synthèse du travail de Master 2 Recherche de Manon ASSENAT »

La Révolution numérique et ses effets sur la recherche historique

La mise en ligne d’archives et d’articles numérisés transforme radicalement les modalités de recherche d’informations historiques. L’apport est réel pour un doctorant en histoire contemporaine comme moi. Grâce aux bouquets numériques (fortement coûteux pour les bibliothèques universitaires, il est vrai, mais tellement importants pour un doctorant !),  il est possible de lire des articles en langue étrangère qu’il serait autrement difficile voire impossible de consulter. Cela transforme radicalement les modalités de recherche et facilite l’agrégation d’informations jusqu’alors éparses. En effet, grâce à des outils comme ISIDORE ou encore SAGE, JSTOR (pour n’en citer que quelques-uns dont je ferai d’ailleurs dans un prochain billet une liste plus exhaustive), la recherche est facilitée car il est possible de moissonner et trouver L’article, LA pépite qui va éclairer votre propre réflexion de recherche…Une vraie révolution ou plutôt une véritable Evolution !

A voir : Le dernier numéro du bulletin de veille “les sciences humaines et sociales et la métropole” qui est publié par Millénaire 3, Le centre ressources propectives du Grand Lyon.

Représentations et transmissions sociales. Perception d’une ville au travers de la presse locale et du voisinage : le cas de Villeurbanne

Le texte suivant présente le travail de Master 2 Recherche en psychologie sociale de Laurianne Charrier (Université Lyon 2, GREPS), sous la direction de Madame Valérie Haas (Maître de Conférence, Université Lyon 2, GREPS). Etude qu’elle a menée durant l’année 2010-2011 dans le cadre de la résidence de jeunes chercheur-euse-s au sein du Pôle Recherche du Rize. Son travail est intitulé “Représentations et transmissions sociales. Perception d’une ville au travers de la presse locale et du voisinage : le cas de Villeurbanne.

Continuer la lecture de « Représentations et transmissions sociales. Perception d’une ville au travers de la presse locale et du voisinage : le cas de Villeurbanne »

LE MILITANTISME FEMININ PRO-ALGERIEN (1954-1966)

Le texte suivant présente le travail de Master 2 Matilda en histoire contemporaine de Charlotte GOBIN (Université Lyon 2, LARHRA), dirigé par Madame Marianne THIVEND (MCF Histoire contemporaine, Université Lyon 2) et Madame Sylvie SCHWEITZER (PU Histoire contemporaine, Université Lyon 2). Son travail a porté sur le militantisme au féminin : les Lyonnaises et la défense de la cause algérienne (1954-1966). Continuer la lecture de « LE MILITANTISME FEMININ PRO-ALGERIEN (1954-1966) »

POUR UNE ANTHROPOLOGIE SOCIALE DES OBJETS

Le texte suivant présente le travail de Master 2 en anthropologie sociale de Romain Barré (Université Lyon 2, CREA). Travail qu’il a mené durant l’année 2010-2011 dans le cadre de la résidence de jeunes chercheurs au sein du Pôle Recherche du Rize. Son travail a porté sur le marché aux puces de Villeurbanne. Continuer la lecture de « POUR UNE ANTHROPOLOGIE SOCIALE DES OBJETS »