Les sources orales en histoire par Manon Assénat

En histoire, on appelle “sources orales” les matériaux recueillis par enregistrement lors d’entretiens avec des témoins. Longtemps boudées par les sciences sociales du fait de leurs caractère provoqué et du poids de la tradition écrite, elles sont aujourd’hui considérées comme des sources à part entière et sont largement utilisées par les historien-ne-s.

Continuer la lecture de « Les sources orales en histoire par Manon Assénat »

La nécessité de l’anglais dans la recherche : cas pratique

Du 29 août au 1erseptembre 2012 s’est déroulé à Prague le 11e colloque international d’histoire urbaine. Ce colloque était particulièrement impressionnant par le nombre de participants et son organisation. En effet, il réunissait plus de 1000 participants répartis en près de 80 sessions sur 4 jours au sein de l’université Charles qui avait été entièrement réservée à cette occasion. Il s’agissait pour ma part de ma première intervention en anglais à un colloque international réunissant les plus importants spécialistes de l’histoire urbaine à l’échelle internationale. L’impression la plus forte que j’ai ressentie est le fait de pouvoir échanger avec des historiens et des historiennes formé-e-s dans leurs universités, et donc dans des contextes culturels et historiques différents du mien, mais avec qui les échanges étaient extrêmement riches en raison de l’objet qui nous intéressaient tous et toutes : l’histoire urbaine. Cela m’a permis de saisir dans toute sa richesse ce que signifie une communauté scientifique dans le sens où quelque soit la langue et la culture de chacun et chacune les échanges intellectuels étaient possibles et surtout fructueux scientifiquement. Il faut souligner un point non négligeable sur l’une des conditions rendant possibles ces échanges, il s’agit bien sûr de l’usage d’une langue commune : à savoir ici l’anglais. Pour les doctorants de ma génération il est normal et même impératif de maîtriser au moins la langue de Shakespear. Si la langue française est reconnue pour la richesse de son vocabulaire et la qualité de sa précision, faisant d’elle pendant longtemps la langue de la diplomatie, l’expansion internationale de l’anglais fait de cette dernière la langue privilégiée des échanges internationaux. Cette situation d’expansion linguistique engendre inversement des réactions de soutien à la francophonie, espace linguistique pouvant être considéré comme une communauté linguistique et qui a été érigée en Organisation Internationale (dans ce cas il faut écrire Francophonie), afin d’en faire l’un des acteurs de la scène internationale. L’enjeu autour de l’usage des langues est de taille et relève d’enjeux géopolitiques (à lire : n°126 2007/3 de la revue Hérodote sur la Géopolitique de la langue française), car la domination linguistique participe de l’influence d’un État ou d’un groupe d’États sur d’autres États (je renvoie sur ce point au concept de “soft power” élaboré, durant la Guerre froide, par le géopoliticien américain Joseph Nye). La question du choix des langues officielles au sein de colloques internationaux de recherche n’est donc pas anodine.

Il est intéressant de noter dans notre cas que les deux langues officielles du colloque de l’Association Européenne d’Histoire Urbaine sont le français et l’anglais. Cela explique pourquoi les discours introductifs et conclusifs du colloque ont été prononcés dans ces deux langues. C’est la raison pour laquelle il était aussi possible d’écrire en français ou en anglais sa candidature au colloque. J’avais donc initialement écris mon texte de candidature au colloque en français car, celle-ci étant ma langue maternelle, c’est dans cette langue que ma pensée est la plus précise. Cependant, à la suite de la sélection de mon intervention, les organisateurs m’ont demandé s’il m’était possible d’écrire mon texte et d’intervenir à l’oral en anglais afin de rendre possible les échanges avec les autres participants de cette session. Aimant parler et écrire en anglais je m’exécutais avec plaisir, et au vue de cette expérience je peux dire que cela était impératif car aucun des participants de ma session ne parlait français. Imaginons l’absurdité de la scène si cela n’avait pas été le cas : si à la suite des intervenants hongrois, finlandais, allemands et américains j’avais prononcé avec passion des mots que personne ne comprenait…cela aurait été digne d’un livre de Kafka.

La Révolution numérique et ses effets sur la recherche historique

La mise en ligne d’archives et d’articles numérisés transforme radicalement les modalités de recherche d’informations historiques. L’apport est réel pour un doctorant en histoire contemporaine comme moi. Grâce aux bouquets numériques (fortement coûteux pour les bibliothèques universitaires, il est vrai, mais tellement importants pour un doctorant !),  il est possible de lire des articles en langue étrangère qu’il serait autrement difficile voire impossible de consulter. Cela transforme radicalement les modalités de recherche et facilite l’agrégation d’informations jusqu’alors éparses. En effet, grâce à des outils comme ISIDORE ou encore SAGE, JSTOR (pour n’en citer que quelques-uns dont je ferai d’ailleurs dans un prochain billet une liste plus exhaustive), la recherche est facilitée car il est possible de moissonner et trouver L’article, LA pépite qui va éclairer votre propre réflexion de recherche…Une vraie révolution ou plutôt une véritable Evolution !

A voir : Le dernier numéro du bulletin de veille “les sciences humaines et sociales et la métropole” qui est publié par Millénaire 3, Le centre ressources propectives du Grand Lyon.