Les Algériens à Villeurbanne dans l’entre-deux-guerres et l’Usine J.-B. Martin, Manon Duret

L’encyclopédie de Villeurbanne, hébergée sur le site internet Le Rize +, a vu paraître deux nouvelles notices rédigées par Manon Duret qui était en résidence recherche au Rize en 2014 et 2015. Ses textes, fruits des travaux en Master d’histoire qu’elle a pu mener, proposent de mettre la lumière sur la population algérienne alors mal connue pendant la période de l’entre-deux-guerres ainsi que sur la vie de l’usine JB Martin à Villeurbanne, au cours du XXe siècle, aujourd’hui disparue :

Les Algériens à Villeurbanne dans l’entre-deux-guerres

Usine J.-B. Martin de Villeurbanne

Synthèse du travail de Master 2 Recherche de Manon ASSENAT

 Les enfants d’origine italienne du quartier de Croix-Luizet  à Villeurbanne : familles et parcours scolaires, 1945-1955

Master 2 Recherche, histoire contemporaine, Lyon 2

Manon ASSENAT

La question de la scolarisation des enfants étranger-ère-s fait encore aujourd’hui débat. Ainsi, l’exemple de la commune de Rubelles en Seine-et-Marne où, en mai dernier, le maire a refusé la scolarisation de dix-huit enfants étranger-ère-s dont les familles demandent l’asile politique. Les parents des élèves de l’école étaient plutôt satisfaits de cette décision, exprimant la crainte que la scolarisation de ces enfants non francophones ne fassent baisser le niveau des classes.

Des recherches en sociologie et en histoire ont été menées sur ce sujet, mais elles se sont surtout concentrées sur la période des Trente Glorieuses (1945-1975) avec la vague d’immigration qui correspond à l’arrivée des Portugais-e-s, des Espagnol-e-s, ou encore des Algérien-ne-s. Or, pendant les années 1970, le regroupement familial est officiellement mis en place, de même que les “classes d’adaptation” pour les enfants étranger-ère-s dont le nombre augmente alors fortement. En revanche, très peu de recherches historiques ont été menées pour savoir comment les enfants étranger-ère-s étaient scolarisé-e-s avant cette période (car l’immigration en France ne date pas des années 1970). Par exemple, que s’est-il passé à ce sujet pour les enfants des Italien-ne-s ou encore des Polonais-e-s arrivé-e-s pendant l’entre-deux-guerres, à une époque où justement, il n’y avait pas de classes spéciales pour les enfants étranger-ère-s ?

L’histoire de Villeurbanne est liée à celle de l’immigration de par son passé industriel. Au sein de la commune, Croix-Luizet est l’un des quartiers où se concentre une population importante d’immigré-e-s italien-ne-s. Le choix du quartier de Croix-Luizet pour cette étude s’explique également par les archives de l’école primaire publique, plus fournies que celles des écoles des autres quartiers. Étudier les élèves de l’école de Croix-Luizet revient en fait à se pencher sur une population plus large que celle du quartier. En effet, les zones limitrophes de la Feyssine et de Saint-Jean, situées de l’autre côté du canal de Jonage, respectivement au nord et à l’est de Croix-Luizet, étaient dépourvus d’équipement scolaire et les enfants qui y habitaient étaient donc scolarisé-e-s à Croix-Luizet.

Le choix des bornes chronologiques s’explique par le contexte politique d’une part, et par la disponibilité des sources d’autre part. La fin de la Deuxième Guerre Mondiale en 1945 marque le début du retour des familles italiennes reparties dans la péninsule pendant le conflit. De plus, les archives de l’école étant discontinues avant cette date, elles ne permettent pas de suivre les élèves sur plusieurs années.Ce dernier élément justifie également le choix de 1955 comme date de clôture de cette période de dix ans, choix qui s’est fait dans le but de pouvoir suivre la promotion la plus jeune de l’école (donc celle du cours préparatoire) jusqu’à sa sortie de l’école.

La sociologie de l’éducation a démontré l’influence du milieu social des enfants sur leurs scolarités. Il fallait donc nécessairement définir le profil socio-démographique des familles de Croix-Luizet, et parmi elles, des familles italiennes. Il semblait également pertinent de se consacrer, dans un second temps, à l’étude des difficultés que les enfants d’origine italienne pouvaient rencontrer au sein de l’école, avant d’examiner leurs parcours scolaires et orientations professionnelles et de les comparer à ceux des autres élèves. Du fait de leur origine étrangère, les enfants des immigré-e-s italien-ne-s du quartier de Croix-Luizet avaient-ils-elles des parcours scolaires et des orientations professionnelles différents de ceux des autres élèves ? Cette question a constitué le fil conducteur de ce travail de recherche.

Pour y répondre, les sources utilisées ont principalement été les archives de l’école de Croix-Luizet (cahier des effectifs, registres matricules, cahier du conseil des maître-sse-s etc.). Ces sources étaient disponibles pour l’école de garçons mais pas pour celle de filles. Cependant, le projet d’examiner les différences entre les parcours scolaires et orientations professionnelles des filles et des garçons est resté possible malgré cet obstacle grâce aux autres sources ainsi qu’aux ouvrages publiés sur le sujet. Le recensement de 1946 a également été utilisé dans le cadre d’un recoupement avec les documents de l’école afin de constituer une base de données des élèves présents dans le groupe scolaire de Croix-Luizet en 1945-1946. Le bulletin municipal de Villeurbanne s’est révélé être une source intéressante, notamment parce que chaque année, la liste nominative des admis-e-s au Certificat d’Etudes Primaires y était publiée. Enfin, des entretiens avec des anciens élèves de l’école, italien-ne-s ou d’origine italienne, ont été réalisés.

Continuer la lecture de « Synthèse du travail de Master 2 Recherche de Manon ASSENAT »

Représentations et transmissions sociales. Perception d’une ville au travers de la presse locale et du voisinage : le cas de Villeurbanne

Le texte suivant présente le travail de Master 2 Recherche en psychologie sociale de Laurianne Charrier (Université Lyon 2, GREPS), sous la direction de Madame Valérie Haas (Maître de Conférence, Université Lyon 2, GREPS). Etude qu’elle a menée durant l’année 2010-2011 dans le cadre de la résidence de jeunes chercheur-euse-s au sein du Pôle Recherche du Rize. Son travail est intitulé “Représentations et transmissions sociales. Perception d’une ville au travers de la presse locale et du voisinage : le cas de Villeurbanne.

Continuer la lecture de « Représentations et transmissions sociales. Perception d’une ville au travers de la presse locale et du voisinage : le cas de Villeurbanne »

LE MILITANTISME FEMININ PRO-ALGERIEN (1954-1966)

Le texte suivant présente le travail de Master 2 Matilda en histoire contemporaine de Charlotte GOBIN (Université Lyon 2, LARHRA), dirigé par Madame Marianne THIVEND (MCF Histoire contemporaine, Université Lyon 2) et Madame Sylvie SCHWEITZER (PU Histoire contemporaine, Université Lyon 2). Son travail a porté sur le militantisme au féminin : les Lyonnaises et la défense de la cause algérienne (1954-1966). Continuer la lecture de « LE MILITANTISME FEMININ PRO-ALGERIEN (1954-1966) »

POUR UNE ANTHROPOLOGIE SOCIALE DES OBJETS

Le texte suivant présente le travail de Master 2 en anthropologie sociale de Romain Barré (Université Lyon 2, CREA). Travail qu’il a mené durant l’année 2010-2011 dans le cadre de la résidence de jeunes chercheurs au sein du Pôle Recherche du Rize. Son travail a porté sur le marché aux puces de Villeurbanne. Continuer la lecture de « POUR UNE ANTHROPOLOGIE SOCIALE DES OBJETS »