Les sciences humaines dans le débat politique et social : retour sur le « modèle français d’intégration »

Lors de cette réunion séminaire, nous avons abordé la question du modèle français d’intégration des étrangers, à travers le prisme d’une musique engagée du rappeur Kery James, Lettre à la République. Cette porte d’entrée nous a permis de faire le lien entre cette question et l’actualité, la recherche scientifique et le monde artistique. Nous avons d’abord fait le constat que dans la presse française, et en particulier dans Le Monde, le terme « intégration » est trop souvent utilisé de manière imprécise et indifférenciée[1]. Or, cette imprécision renvoie toujours à un même ensemble : l’étranger, qui doit forcément « s’intégrer » à la société française. Mais ce sentiment imprécis relégué par les médias ne donne pas, par le fait même de l’imprécision employée, la réponse au « comment », et répand l’idée que l’intégration se fait comme ça. Pourtant, quand on regarde de plus près, il ne semble pas y avoir de consensus académique sur la question. Dans l’actualité, la « crise des migrants » et l’animation régulière autours des banlieues relancent régulièrement le débat sur l’accueil des étrangers sur le territoire national. Le monde politique, surtout dans le cadre d’une année électorale, utilise et instrumentalise la question de l’intégration. Or, le monde artistique s’est également saisi de cette question. Dans sa lettre à la République, le rappeur Kery James ne mâche pas ses mots, et critique avec une certaine amertume ceux qui instrumentalisent la question des immigrés, en dénonçant « l’hypocrisie » de la République vis-à-vis de l’intégration des étrangers et de leurs descendants en France, en dénonçant ce qu’il nomme lui-même « une illusion républicaine ».

Dès lors, pour y voir plus clair, nous avons dans un premier temps décrit et précisé ce qu’on entend par le « modèle français d’intégration », en détaillant ses origines, ses différents sens et son évolution dans le temps. « L’intégration » renvoie à un « processus (ni naturel, ni éternel) au cours duquel un individu ou un groupe, par exemple, s’insère avec ses caractéristiques sociales propres et trouve sa place dans la communauté politique »[2]. En ce sens, elle diffère de « l’assimilation », qui désigne quant à elle « une logique […] d’adoption de la langue, des valeurs et des principes du groupe dominant ou de la communauté politique dominante. Dans l’adoption il y a abandon, contraint ou délibéré, de ses anciens schèmes de perceptions et d’action »[3]. La vision durkheimienne de « l’assimilation » faisait de cette notion un concept tout à fait progressiste par rapport aux idées dominantes de la fin du XIXe siècle, qui voulaient que seuls puissent faire partie de la nation française ceux qui lui étaient liés par toute une généalogie. Là où l’ancienneté sur le sol de France légitimait seule l’état de Français, l’éducation, par sa faculté de transmission directe de l’histoire et des valeurs du pays aux générations d’étrangers leur permet de s’assimiler beaucoup plus vite à l’entité nationale. Néanmoins, cette vision assimilationniste est constamment remise en cause au fur et à mesure du XIXe et surtout du XXe siècle, notamment par la Gauche. On lui reproche notamment une certaine « déculturation », causée par l’adoption de toute l’histoire de la société française. Ainsi, on passe au fur et à mesure d’une vision « assimilationniste » à une vision plus « intégrationniste » du concept, sans pour autant que le vocabulaire s’adapte aux évolutions dans le temps. Tant et si bien qu’on ne sait plus ce qu’on demande aux étrangers lorsqu’on parle d’intégration : leur demande-t-on de s’assimiler, ou juste de s’adapter à la nouvelle société ? C’est cette tension entre les mots, leur sens et leur utilisation qui explique en partie le rejet à la fin du XXe siècle du mot « intégration », lui-même devenu connoté.

L’histoire particulière de l’immigration française, combinée aux valeurs portées par la Révolution française et celles portées durant la colonisation, explique en partie le discours des autorités publiques, qui ont pendant longtemps encouragé et encouragent parfois encore les étrangers à « s’intégrer » ou à « s’assimiler ». L’autre devrait devenir « le même » dans le cadre de la patrie républicaine. Néanmoins, malgré ces incitations, certains historiens ou sociologues comme Gérard Noiriel[4] ou  Smaïn Laacher[5] reprochent aux autorités de ne jamais avoir pris en considération la question de l’intégration dans le cadre des politiques migratoires. C’est également le constat que dresse Kery James[6], qui dénonce dans sa chanson le contraste entre les discours sur la République accueillante et la situation réelle des étrangers et de leurs descendants dans le territoire. Ce contraste entre le discours et les faits a pu laisser penser qu’il y aurait « une crise » de l’immigration en France. Si l’idée qu’il existe des difficultés récentes liées à l’immigration peut être entendue[7], parler de « crise » nécessite d’admettre qu’auparavant la situation et l’accueil des populations étrangères en France étaient meilleurs, ce qui est loin de faire l’unanimité chez les chercheurs, comme en témoignent Gérard Noiriel ou Smaïn Laacher. C’est pourquoi l’idée de crise de l’immigration, si elle est souvent défendue, doit être discutée. Les revendications en faveur des droits des étrangers, qui se sont surtout développées à partir de Mai 68 et plus particulièrement dans les années 1980, ont permis de faire émerger le problème dans la sphère publique, ce qui a pu renforcer l’idée d’une « crise ». Mais si on parle plus des difficultés liées à l’accueil des populations étrangères en France, cela ne veut pas dire que ces difficultés n’existaient pas par le passé. C’est pourquoi, en définitive, nous avons invité à réviser la notion de « crise », en ouvrant sur la question suivante : l’utilisation de la notion de « crise », par nature anxiogène pour la population, ne desservirait-elle pas les étrangers eux-mêmes, déjà en proie à des difficultés d’intégration ?

 

Adrien Miachon

 

[1] Simone Bonnafous, « Le terme “intégration” dans le journal Le Monde : sens et non sens », Hommes et Migrations, 1992, vol. 1154, no 1, p. 24‑30.

[2] Smaïn Laacher (ed.), Dictionnaire de l’immigration en France, Paris, France, Larousse, 2012, 461 p.

[3] Ibid.

[4] Gérard Noiriel, « Immigration : le fin mot de l’histoire », Vingtième Siècle, revue d’histoire, septembre 1985, no 7, p. 141‑150.

[5] Smaïn Laacher (ed.), Dictionnaire de l’immigration en France, op. cit.

[6] Kery James « Lettre à la République », issu de l’album 92.2012, Believe Recordings, 2012

[7] Jean-Claude Sommaire, « La crise du “modèle français d’intégration”, une proposition d’outil », Vie sociale, avril 2006, no 4, p. 13‑25.

(En)jeux des relations chercheur/terrain: ce qu’implique l’enquête ethnographique

Quand la méthode donne naissance à une discipline

On assiste en 1922 à une cassure dans les sciences sociales du point de vue de la méthodologie. Si la philosophie est la matière reine jusqu’à la fin du 19ème, début du 20ème, Bronislaw Malinowski révolutionne les sciences sociales. Issu d’une formation de philosophe, il se retrouve dans un concours de circonstance à élaborer une méthode d’enquête tout à fait révolutionnaire. Alors qu’il séjourne en Australie en 1914 avec l’Université dans le cadre d’une étude, la Première guerre mondiale éclate. En tant que ressortissant de l’empire austro-hongrois – ennemi de l’Australie –  l’État australien l’envoie sur l’archipel des Trobiand pour une mission d’évangélisation. B. Malinowski enclenche un travail de terrain de longue haleine, jusqu’en 1918 il retournera trois fois sur ces îles. Il approche alors les tribus indigènes réputées pour être cannibales, apprend leur langue, vit avec eux. En 1922, il publie un ouvrage phare : Les Argonautes du Pacifique occidental[1]. La toute première étude anthropologique et non philosophique, se basant quasi exclusivement sur des observations ethnographiques est née. On assiste alors à une nette distinction entre la philosophie, science humaine non empirique d’un côté et le reste des sciences sociales de l’autre. Néanmoins, une autre distinction se fait jour. Si l’ethnographie est placée au centre de la palette des méthodes de l’anthropologie, la sociologie prend pour emblème méthodologique l’enquête statistique, notamment par questionnaires. Au fil des années, la méthode sociologique évolue. Au niveau des cloisonnements disciplinaires (sociologie, anthropologie, ethnologie etc.), on observe aujourd’hui une porosité croissante des méthodes d’enquête et d’analyse.

Si lors de la réunion-séminaire au Rize nous avions évoqué rapidement les héritages des pères fondateurs de la sociologie et les différents courants sociologiques, nous ferons ici l’économie de cette présentation afin de revenir davantage sur nos terrains d’enquête respectifs. Nos deux travaux sont conduits par enquête ethnographique. Dans un article célèbre, Olivier Schwartz[2] note que « la qualité ethnographique peut s’appliquer à tout type d’enquête qui repose sur une insertion personnelle et de longue durée du sociologue dans le groupe qu’il étudie ». Il ajoute que « cette insertion peut d’abord permettre d’observer directement les conduites des individus dans des circonstances variées et d’avoir accès à des fragments de vie quotidienne » […] « la réussite de l’enquête accroît aussi les chances, pour l’enquêteur, d’assister à des “évènements” ». Ce texte propose de présenter certains usages et mésusages de l’outil ethnographique.

 

Le chercheur travaillé par son terrain
Le cas d’une enquête au sein d’une association de supporters de basket

Cette étude, menée en 2017, porte sur les conditions sociales de la pratique du supportérisme au basketball au sein d’une association de supporters de l’ASVEL. Nous nous demandons notamment ce qui est socialement susceptible de déterminer les pratiques et conceptions du supportérisme des membres.

Il s’agit d’une enquête de type ethnographique. De « type » ethnographique seulement parce que nous n’avons pas le temps nécessaire à notre disposition pour prétendre réaliser une enquête réellement ethnographique. Cependant certains codes de cette méthode de travail ont été repris, notamment l’immersion au sein d’un groupe social. Pour cela, des entretiens semi-directifs et des observations participantes ont été menés.

Plusieurs points sont alors à relever par rapport à ce travail d’immersion. Le fait d’être inscrit au sein de l’association de supporter et d’être de ce fait un « membre à part entière » octroie un double statut particulier de chercheur-adhérent et de ce fait génère une double attente de la part des membres : d’un côté de fournir un travail de recherche[3] et de l’autre de partager leur passion[4]. Ainsi, afin d’intégrer efficacement ce groupe social, il a fallu se construire une certaine culture du basketball, notamment pour pouvoir échanger avec eux en tant que membre de l’association et ainsi tenter de gommer au maximum l’étiquette de chercheur. De ce fait, même si je ne leur ai pas caché mon désintérêt initial pour le basketball, j’ai depuis rattrapé un certain retard et je me prends désormais au jeu des résultats.

Cela inclut donc aussi un effet sur le chercheur. Le fait de m’intéresser et d’être partie prenante des échanges d’avants et après matchs a un effet socialisateur sur moi. Dans les mauvais côtés (lors des observations durant les matchs, mon regard est parfois attiré par le terrain plutôt que par les tribunes) comme dans les bons (j’ai l’impression de mieux comprendre les actions et réactions de mes enquêtés en rapport à ce sport et ses propres codes et valeurs). De même, l’accueil chaleureux des membres et la bonne ambiance au sein de l’association tendent à jouer sur mon raisonnement de chercheur qui peut parfois s’effacer derrière les sentiments de l’individu que je suis.

En effet, lors d’une enquête ethnographique, l’expérience du chercheur est hautement incarnée puisque les sentiments peuvent interférer avec le raisonnement au fur et à mesure des affinités qui se créent avec les enquêtés. De ce fait, l’idée centrale est de mettre la situation de l’enquêteur et ses effets au cœur même de l’analyse sociologique. Il faut avoir une lecture réflexive des matériaux, être critique et analytique.

De ce fait, nous pouvons dire que l’image très durkheimienne du chercheur neutre et totalement objectif est ici mise à mal. Lors d’une démarche ethnographique, le chercheur est pris par son terrain et doit composer avec les effets que provoque son objet de recherche sur lui. En ce sens le journal de terrain prend ici toute son importance. Le fait d’extérioriser et de mettre en mots les situations vécues et les différents sentiments qui nous traversent pousse le chercheur à rester réflexif sur ces phénomènes intangibles susceptibles d’influencer les résultats et les analyses de la recherche. Le journal de terrain joue ainsi un rôle de médiateur et permet de rendre palpable le travail d’introspection nécessaire du chercheur.

Usages et mésusages de l’outil ethnographique
Entre observations participatives et observations intensives au sein d’un syndicat

Dans le cadre d’une étude sur les conditions sociales de possibilité d’un (non)-engagement syndical de personnes travaillant dans le secteur du nettoyage (en ce qu’il est emblématique de la précarisation du travail et de l’emploi), la recherche propose de suivre les travailleur‑se-s durant plusieurs années. En effet, l’approche diachronique permet de saisir  d’éventuelles variations de comportements et d’appréhender si celles-ci sont, ou non corrélées à l’engagement syndical. Pour cela, l’enquête est menée selon la méthode ethnographique.

Ce travail de recherche est par ailleurs basé sur deux terrains d’enquête : à Marseille où des mobilisations de femmes de chambre se déclenchent de manière récurrente depuis la fin d’année 2015 et à Lyon/Villeurbanne où les dynamiques d’action collective dans ce secteur d’activité ont subies un fort ralentissement.

A la rentrée scolaire 2016, le syndicat CNT-Solidarité Ouvrière a lancé une campagne de syndicalisation dans le secteur du nettoyage sur l’ensemble du département du Rhône. C’est dans ce contexte que j’ai obtenu un travail au sein du syndicat et tant « qu’assistante de développement » pour assurer les permanences au local. Immergée quotidiennement dans mon terrain d’enquête six mois durant, cette expérience a été l’occasion d’une part d’identifier les raisons pour lesquelles les individus se rendent au syndicat, et d’autre part, de « recruter » des enquêté-e-s. Néanmoins cette double casquette suscite un certain nombre de questionnements. Ce court texte est l’occasion de présenter les apports et les contraintes de l’immersion prolongée du/de la sociologue sur son terrain d’enquête.

Durant cette activité, j’ai eu l’occasion de nouer des relations privilégiées avec certain-e-s adhérent-e-s. Pour éviter de créer des gênes du fait de la double casquette « militante/syndicaliste » et étudiante en sociologie, j’ai favorisé la création de liens – sur plus ou moins long terme – dépassant la simple sphère syndicale. Néanmoins, bien que depuis le début mon objectif avait été présenté aux personnes rencontrées, certaines n’avaient en réalité pas réellement saisi ma démarche[5]. En effet, tout ce travail de construction d’une relation « pour se faire une place » entretient finalement un flou. Le cas d’Assaitou[6] est assez illustratif de cette gêne pouvant être occasionnée.

Extrait du cahier de terrain :

J’ai connu Assaitou dans un premier temps au syndicat puis notre relation a évoluée. Je me suis occupée d’un certain nombre de ses papiers, de l’accompagner à des rendez-vous, puis je l’ai aidé à chercher du travail, nous avons écrit des lettres de motivation, des CV, j’ai aussi donné des cours de soutien scolaire à sa fille, nous avons pris du temps pour manger, boire des cafés. Si j’ai, depuis le début, dit à Assaitou que je souhaitais écrire un livre sur les femmes de ménage basé sur des témoignages, notre relation a pris une tournure d’amitié. Assaitou est une de mes « alliées » sur le terrain, mener un entretien enregistré avec elle semble lui avoir paru déplacé.

Lorsque nous commençons l’entretien je la sens distante et assez mal à l’aise puis elle s’offusque presque : « Ah, mais tu veux que je te raconte ma vie en fait ? »

Ce court extrait du cahier de terrain permet de comprendre la difficulté de conserver la « bonne » distance sur son terrain. Le travail de construction de sa place sur le terrain rend parfois encore plus étonnant, aux yeux des enquêté-e-s, le fait que je sois présente en tant que chercheuse. A certain moment, l’immersion sur le terrain fragilise ou du moins ne facilite pas la position de chercheur-euse.

Néanmoins, s’il est parfois délicat de savoir garder cette « bonne distance », réussir à être suffisamment proche des enquêté-e-s permet, dans le cadre d’une étude sur les mobilisations collectives, d’éviter certains écueils. Le cas de Virginie, est à cet égard très significatif.

Parmi les personnes venant régulièrement au local syndical, j’ai rencontré Virginie, 36 ans. Salariée d’une grande entreprise de propreté, elle nettoie les sanitaires d’un centre commercial de la ville de Lyon. La première fois que je la rencontre, au mois de septembre, cette salariée est très réservée. Elle parle peu et ne jamais toute seule au local, elle est systématiquement avec une collègue ou avec ses enfants. Au mois d’octobre, le syndicat organise une première action sur le site de travail. Si Virginie fait partie de la délégation des deux salariées porte-parole, elle ne prend qu’une fois la parole durant le temps de négociation et laisse à sa collègue et à la permanente syndicale, le soin d’exposer les griefs.

Par la suite, Virginie reste globalement en retrait, elle ne vient me parler que pour évoquer des points précis de son dossier. En décembre, une seconde action et menée au centre commercial. Entre temps, Virginie a pris un peu d’assurance, la salariée qui était porte-parole avec elle lors de la première action s’est faite licenciée, c’est donc à Virginie d’assurer la négociation. Lorsqu’elle sort de cette épreuve qui avait était assez pénible pour elle la première fois, Virginie m’interpelle : « Saphia ! Tu aurais dû être là ! Il faut le voir pour le croire, j’ai pris la parole et tout ! J’ai pas eu peur et Monsieur X [directeur de l’agence de nettoyage] il en revenait pas ! »

Ainsi, la longue durée et l’observation intensive permet dans bien des cas de dépasser une simple observation empirique à un moment t. En effet, si je n’avais pas suivi plus en détail le parcours syndical de Virginie, je n’aurais pas eu l’image d’une salariée en plein « apprentissage syndical ».

Lors de la réunion-séminaire du 09 mai 2017 organisée au pôle chercheur du Rize, nous avons essayé avec ce rapide détour sur nos terrains d’étude respectifs, de donner à voir à la fois les apports et les limites d’une enquête ethnographique.

 

Hugo Mastrodonato et Saphia Doumenc

 

[1] Bronislaw Kaspar Malinowski, Les argonautes du Pacifique occidental, 1922.

[2] Olivier Schwartz, « L’empirisme irréductible », postface à Anderson N. (1993), Le Hobo, sociologie du sans‑abris, Paris, Nathan, pp.265-308.

[3] Les enquêtés ont souvent tendance à regarder mes réactions lorsqu’ils s’expriment et n’oublient pas la raison première de ma présence.

[4] Ils m’ont par exemple offert un t-shirt de l’ASVEL pour que je l’enfile lors des matchs.

[5] Sans doutes pour beaucoup du fait de la rareté de cette situation pour moi comme pour les personnes rencontrées.

[6] Pour assurer l’anonymat des personnes, tous les prénoms ont été modifiés.

Histoire et représentations : les ouvriers en France

Gervex, Le coltineur de charbon

Etudier un objet pour un historien n’est pas se cantonner à utiliser et analyser uniquement les sources issues des archives relatives à ce thème. Pour se saisir pleinement d’un sujet, étudier l’histoire des représentations est un avantage, c’est un moyen de le rallier au contexte d’époque et donc, de mieux comprendre un objet d’étude éloigné de l’actualité contemporaine de l’historien.

C’est la raison pour laquelle, étudier la cité ouvrière Château-Gaillard à Villeurbanne construite à l’initiative patronale de l’entreprise Gillet dans les années 1920 m’a conduite à m’intéresser à l’évolution de l’image des ouvriers dans la société. En effet, me situant notamment dans la perspective de l’histoire sociale, je cherche à comprendre le groupe ouvrier en tant que groupe social. En vue de cerner la vision renvoyée par la société sur un groupe social perçu en tant que tel, observer les productions d’art que celle-ci en fait peut constituer une bonne entrée.

À travers les diverses œuvres qui seront évoquées, il ne s’agit pas de comprendre quel regard porte une société sur le monde ouvrier à un moment donné. Cela n’existe pas, il n’y a pas de représentation unique, ni d’opinion unanime. Mais il s’agit plutôt de saisir une des manières de représenter l’ouvrier dans des temporalités précises dans le contexte français. On observe toujours diverses interprétations d’un même sujet, que l’on peut toujours ensuite rattacher à un contexte, à un courant de pensée. Ce sont les liens entre la représentation, son origine et son but qui offrent une analyse riche sur un objet.

Mais comment définir le mot « ouvrier » et ses évolutions dans le temps ? De quoi parle-t-on vraiment ? Du monde ouvrier ? De la question ouvrière ? Des ouvriers ? Mais alors lesquels ? En effet les origines des ouvriers remontent à l’antiquité, il s’agit de ceux qui transforment la matière, qui œuvrent, qui travaillent. Il n’est ainsi pas surprenant ou illogique de relier le terme ouvrier à celui de « travailleur ». L’ouvrier de l’ancien régime est cependant différent de l’ouvrier de la période contemporaine, et le XIXème et XXème siècle voient la croissance du nombre d’ouvriers dans le monde du travail avec l’industrialisation.

Revenons donc à cette période contemporaine, le XIXème siècle représente un tournant dans l’histoire du travail et de la production en France. C’est également le moment de la mise en place des grandes idéologies : Saint-Simon, et sa vision sociale, Marx et Engels mettent en place le communisme, et Proudhon, davantage lié à l’anarchisme, sont vus comme les trois penseurs sociaux du XIXème siècle et de la nouvelle société industrielle. Au début du siècle, la France traverse la période post-révolutionnaire instable qu’on lui connaît. Dans le domaine politique, la question ouvrière, ou dirons-nous des travailleurs (en effet l’ouvrier est défini dans les premiers congrès syndicaux par « celui qui vit de son travail »), devient un objet de débat, on peut en voir une illustration dans un dessin de presse qui illustre la confrontation de deux classes sociales en 1848 : bourgeois et ouvriers[1]. Les ouvriers ne peuvent alors pas voter, leur statut citoyen au sein de la société est donc assez restreint, mais ils effraient suite au soulèvement populaire de 1848. C’est aussi un temps de transformation du travail, il s’agit d’un temps de grande déqualification : d’artisans maîtrisant un savoir-faire on passe à des ouvriers plus mobiles dont la tâche ne demande plus autant de spécialisation. Dans ce dessin d’actualité, on perçoit ces éléments de transformation de la société et du regard porté sur cette classe sociale.

Du côté de l’histoire de l’art, de nouveaux genres sont exploités : le réalisme et le naturalisme, dont Courbet se fait l’investigateur à travers son œuvre Un enterrement à Ornans [2]. Sur cette toile, apparaissent pour la première fois des gens pauvres peints sur un grand format habituellement réservé aux sujets nobles, scènes mythologiques ou historiques. Le scandale que déclenche ce tableau traduit l’aspect novateur de ce type de représentation, et aussi les mentalités de ce temps. La littérature suit et investit ce style naturaliste, Zola, Balzac décrivent les pauvres, les petits travailleurs, etc. Les ouvriers et « petites gens » deviennent donc un objet artistique, mais il est le fruit d’une démarche engagée de la part de l’artiste au XIXème siècle.

Le second empire (1850-1870) est un temps de modernisation et d’industrialisation du pays. Et à partir des années 1880, tout s’accélère, Villeurbanne en est un bon exemple, c’est la décennie du chemin de fer et de l’implantation des plus grandes usines (canal de Jonage, textile etc) D’ailleurs, la modernité est représentée dans les tableaux, on peut citer Le coltineur de charbon[3] de Gervex. On remarque que nous sommes à la vue de ce tableau (en illustration principale de ce billet), très proches de l’ouvrier, et que les conditions de travail difficiles sont mises en avant. De plus l’idée de modernité est présente à travers la tâche représentée : il s’agit d’un homme transportant du charbon, qui est alors la matière qui permet le progrès et les avancées techniques.

Dans le même temps les travailleuses deviennent également un sujet exploité dans l’art, tantôt sublimées, tantôt peintes de manière un peu triviale. On peut retenir certains tableaux de Degas peintre du geste et de l’attitude représentant des repasseuses[4], que l’attitude distingue de celle des jeunes femmes plus nobles qu’il peint également, comme danseuses. On observe aussi que ce sont toujours des travailleuses liées aux métiers ménagers qui sont représentées : des repasseuses blanchisseuses, c’est là une vision quelque peu tronquée car une part importante des femmes étaient employées au XIXème siècle dans les industries textiles et pourtant, les femmes à l’usine ne sont jamais représentées.

La décennie 1880 est aussi le temps des mobilisations sociales, des organisations syndicales et des grandes grèves dont on trouve de nombreuses représentations à travers les cortèges de grève par exemple. C’est le temps de la prise de conscience des ouvriers, de l’autorisation des syndicats. Et ainsi au XXème siècle la classe ouvrière va se constituer à travers les organisations comme une classe à part entière, unifiée. On trouve alors la représentation photographique qui, dès le début de l’élaboration de cette technique, s’est employée à saisir le travail des ouvriers, ce sera le média de prédilection de leurs représentations.

Et puis le temps du triomphe ouvrier en politique arrive avec le Front Populaire en 1936. Evidement cette date est parlante pour l’histoire ouvrière française et donne lieu à des représentations photographiques, les ouvriers sont saisis dans les moments de joie collective lors des grèves ; et si on veut bien considérer l’affiche comme un art, on peut s’intéresser aux affiches des syndicats[5] datant de 1936, qui participent à la sublimation de la classe ouvrière et de la lutte à travers l’usage d’un parti ou d’un syndicat. On retrouve une esthétique soignée et singulière. Après la seconde guerre mondiale, la classe ouvrière est à son taux le plus haut de représentation au sein de la population active française. L’image ouvrière suit les évolutions culturelles de la société, et les ouvriers sont surtout représentés à travers des photos publicitaires.

Par le prisme des représentations, il est possible de toucher aux temps clefs de l’histoire de la classe sociale ouvrière. Puis l’on peut continuer, et observer par exemple les représentations cinématographies actuelles. S’y mêlent fantasmes liés à l’ouvrier des années 1930 et clichés sur un monde ouvrier actuel qui peine à retrouver une visibilité et une unité en France. Parallèlement, des documentaires biens menés tendent à explorer les difficultés et l’histoire de cette « classe » ouvrière qui n’est plus visible dans les médias.

Ces exemples ici succincts, représentent une matière intéressante pour l’historien, selon le commanditaire du tableau, le peintre et ses convictions et la manière de représenter un ouvrier à un moment donné, on peut tendre à percevoir l’importance que cette classe sociale pouvait revêtir au cours de la période étudiée.

Aliénor Wagner-Coubès

[1] Le bourgeois et l’ouvrier, estampe de Jean-Pierre Moynet, 1848 © Photo RMN-Grand Palais – Bulloz
[2] Un enterrement à Ornans, Gustave Courbet, 1849, huile sur toile, musée d’Orsay Paris France
[3] Le coltineur de Charbon, Henri Gervex, 1882, Palais des beaux-arts de Lille
[4] Repasseuses, Edgar Degas, vers 1884-1886, huile sur toile (Musée d’Orsay)
[5] Affiche 1er mai 1936 Anonyme – CGT

Des usages de l’entretien

« L’entretien » est fréquemment cité et sollicité dans les murs du Rize, au sein du pôle Recherche, que ce soit dans les travaux des étudiants conduits en sociologie, en anthropologie ou également en histoire, puis au-delà du pôle via les collectes de « témoignages » évoqués parfois sous la forme de « mémoire orale ». S’il se présente ainsi comme un outil saisi par plusieurs acteurs, il constitue en sciences sociales une méthode à part entière qui recouvre par ailleurs différentes façons de le conduire. Aux diverses manières de faire, plus ou moins directives, sont rattachées des manières de l’envisager. Le recours à cette méthode amène à se poser un certain nombre de questions. Au service de quelle(s) intention(s) la démarche d’entretien est-elle mise ? Qu’espère-ton recueillir ou atteindre à travers son matériau ? Dans quelle mesure ses défauts réduisent-ils la consistance de ce que l’on peut en extraire ?

Conduire des entretiens avec ses « enquêtés » implique d’avoir un questionnement de recherche et avec lui certaines hypothèses en tête qui vont s’affirmer ou s’affaiblir au fil de l’enquête. Globalement, l’entretien en sociologie apparaît comme un recueil, celui d’expériences, de points de vue, d’histoires, qui s’effectue auprès d’un certain nombre d’individus en vue de saisir au sein du monde social des modes d’être, de faire, dans leur récurrence.

La “méthode biographique”

« La méthode biographique permet de lier narrativité, réflexivité et action et, donc, d’accéder au monde vécu ».[1]

Dans la perspective d’entretiens dits « biographiques » – car s’attachant à revenir sur des parcours de vie – rejoignant par-là la démarche des « récits de vie »[2] – dans la mesure où ceux-ci sont un recueil d’épisodes biographiques racontés par un interlocuteur, – quelques objectifs peuvent être énoncés.[3] Des entretiens conduits avec des femmes migrantes s’imposant comme « informatrices »,[4] constituent une porte d’entrée vers des cadres de socialisation, des pratiques et des représentations. Plus précisément, dans le cadre de la recherche qui est la nôtre, ils permettent l’identification de manières de voir, de normes collectives, et d’expériences communes venant caractériser les dynamiques de la vie conjugale en situation migratoire. Le matériau recueilli fait ainsi jaillir des traits communs aux femmes rencontrées et cela, au-delà d’une grande diversité de profils et de parcours (raisons du départ, pays d’origine, situation matrimoniale à l’arrivée en France…). Par ailleurs, a contrario, les décalages éventuels entre les unes et les autres aux profils a priori similaires invitent à s’interroger sur les variables et les éléments de parcours à considérer afin d’en rendre compte.

Par les échanges divers et le matériau fourni qu’elle produit mais aussi par les rencontres humaines qu’elle occasionne, c’est là une méthode riche et stimulante. C’est aussi une méthode à laquelle est associé le danger de « l’illusion biographique »[5] rappelant que les récits de vie sont des reconstitutions a posteriori. Ainsi, venant s’ajouter à ses trous de mémoire, peut venir peser du côté de l’informateur un souci de cohérence de sens et de trajectoire qui le pousse à redessiner sa biographie dans le sens d’une meilleure linéarité au détriment de la « vraie » histoire. S’il convient de ne pas fermer les yeux sur les différents biais introduits par ce type de méthode (comme il existe d’autres biais ailleurs), de cette « matière subjective » récoltée peuvent être extraites bien des informations en termes d’évènements vécus et de sens qu’ils revêtent pour chacun(e) à un instant précis de sa vie. Et puis, comment sinon accéder à ces parcours individuels sans passer par leurs protagonistes principaux ?

Les échanges suscités au pôle Recherche du Rize à ce sujet ont montré que si l’entretien est modelé par la méthode et la discipline à laquelle il est rattaché, il l’est aussi, individuellement, par la personne qui le conduit, et par les interactions dans lesquelles elle s’engage avec ce qu’elles ont comme part de fortuit.

Nadia Mounchit

 

[1] Roulleau-Berger Laurence, Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, La Tour-d’Aigues, Editions de l’Aube, 2011, p. 35

[2] Est retenue ici la définition « minimaliste » posée par Daniel Bertaux autorisant alors à parler de « récit de vie » sans qu’ait été nécessairement abordé lors de l’entretien l’ensemble des étapes biographiques d’un individu et dans ses différentes sphères, de son enfance jusqu’au moment de l’enquête (ce qui est davantage l’objet de l’autobiographie écrite) : « Une conception minimaliste [en italique dans le texte] du récit de vie sera proposée : il y a du récit de vie dès qu’il y a description sous forme narrative d’un fragment de l’expérience vécue. »

Bertaux Daniel, L’enquête et ses méthodes. Le récit de vie, Paris, Armand Colin, coll. « 128 », 2010 (3e édition), p. 14

[3] C’est en ces termes qu’est pensée ma démarche méthodologique dans le cadre de la thèse que je conduis au Rize autour des réaménagements touchant la sphère conjugale en situation migratoire chez des femmes ayant quitté un pays d’Afrique subsaharienne pour venir vivre en France depuis au moins dix ans (et résidant ou ayant résidé dans la commune de Villeurbanne).

[4] Je reprends ici au féminin le terme utilisé par Daniel Bertaux pour désigner les personnes interrogées dans le cadre de l’entretien, terme rappelant qu’elles détiennent des « connaissances pratiques » dont a précisément besoin le chercheur pour mieux pénétrer, par son enquête, le monde social auquel elles appartiennent.

[5] Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 62-63, juin 1986, pp. 69-72

 

L’impact du choix lexical sur les perceptions des enquêtés en entretien

S’intéresser à la question de l’invisibilité des ouvriers aujourd’hui à Villeurbanne suppose nécessairement de s’interroger sur la transformation de leur désignation en tant que groupe, homogène ou non. L’exposition au Rize de février à septembre 2015, « Et ils sont où les ouvriers ? » proposait ainsi de questionner certaines évolutions, y compris sémantiques : « le mot ouvrier est-il tabou ? ». Abandonner un terme du vocabulaire politique et médiatique, n’influence-t-il pas sa disparition symbolique d’abord et réelle ensuite ? En sciences sociales, de nombreux travaux ont démontré les effets performatifs du langage sur la réalité sociale et symbolique. De quelle manière les évolutions linguistiques procèdent-elles d’une transformation idéologique ?

Aujourd’hui en France, dans le discours, « l’ouvrier spécialisé » est devenu un « opérateur » ou un « agent de production », la « chaîne de montage » – supposant ainsi au travail, un lien de subordination – s’est transformée en « ligne »[1]. L’importation de termes anglais dans le monde du travail, comme « job » à la place de « travail », contribue à adoucir, en apparence, les relations de travail. Ces dernières semblent dès lors désormais davantage considérées comme des relations d’affinité de sorte qu’en cas de difficultés au travail, l’approche psychologique semble de plus en plus privilégiée, plaçant ainsi le travailleur dans une position de victime[2]. Ce type d’approche entérine la rupture avec des moyens d’actions plus collectifs, susceptibles de remettre en cause l’organisation du travail.

Par ailleurs, les médias accélèrent également ce processus de « dé-collectivisation » du travail. La grève s’est transformée en mouvement social, le rôle des syndicats se résume à l’action du dialogue social, enfin, la souffrance au travail est devenue un « risque psychosocial ». Nous pouvons également citer l’exemple du MEDEF (mouvement des entreprises de France) qui a remplacé le CNPF (le Conseil National du Patronat Français). Or, le terme « entreprise » en droit englobe autant les actionnaires, la direction que les travailleurs. Ce flou linguistique n’incite-t-il pas à brouiller les rapports de domination au sein de la sphère du travail ?

Dans le cadre d’une enquête menée auprès de travailleurs intérimaires à Villeurbanne[3], repérer les logiques d’identification sociales de ceux-ci suppose, au préalable, de maîtriser avec précision les contours des catégorisations de leur espace social[4]. Face à une individualisation accrue des relations de travail, questionner l’usage des mots et de leur impact sur les perceptions individuelles du travail semble fondamental.

Cette enquête ethnographique conduite, pour l’essentiel, par le biais d’entretiens semi‑directifs, donc dans un registre discursif, a dû faire l’objet d’une attention soutenue sur les effets du langage adopté. Pour identifier si les travailleurs revendiquaient, ou non, une appartenance au groupe ouvrier, l’enquêteur devait utiliser avec précaution certaines notions. Relancer les enquêtés en employant des termes tels que « classe sociale », « groupe ouvrier » ou encore « revendications collectives », induit nécessairement des réponses orientées. Formuler ce type d’énoncé peut contribuer à faire émerger une réalité sociale qui n’existait jusqu’alors peut‑être pas dans la construction mentale des enquêtés. A l’inverse, ne pas poser clairement le cadre de l’enquête aurait pu entraîner la perte d’un certain nombre d’éléments fondamentaux lorsque l’on s’attelle à comprendre les classifications sociales à l’œuvre dans l’imaginaire collectif et individuel.

Evidemment, il appartient à chaque chercheur de choisir selon ses intentions, le vocabulaire adopté. Toutefois, faire preuve d’une certaine honnêteté envers les enquêtés, en expliquant par exemple en fin d’entretien, les réticences à utiliser telle ou telle dénomination a pu conduire à plusieurs reprises à d’intéressants échanges sur la transformation sémantique du monde du travail et contribuer ainsi à rendre plus perceptible l’importance ou non de la qualification dans l’identification sociale au groupe de travailleur. Nous proposons ici de présenter un extrait d’entretien assez significatif à cet égard. Il a été conduit avec Michaël[5], manœuvre intérimaire âgé de 36 ans :

 

J’avais une autre question qui est plus bizarre…mais alors dans le bâtiment, on est catégorisé comme ouvrier, et est-ce que toi c’est un mot que tu emploies ?

M : Moi j’ai aucun souci avec le mot ouvrier.

Parce que tout à l’heure, tu parlais d’artisans …?

M : […] Moi je vais t’expliquer. J’ai bien compris qu’on était du consommable. Bon je vais t’expliquer avec mes mots parce que c’est plus simple. Mais moi tu peux me passer la pommade que tu veux, c’est de la branlette psychologique. Quand on dit manutentionnaire ou manœuvre. Le plus important c’est le boulot que tu fais. […] Après ils passent de la pommade dessus…mais ça change rien.

Et tu ne penses pas que les mots ont leur importance ?

M : Arrivé à un certain point…peut être sur des gens qui sont susceptibles oui. Mais regarde moi par exemple j’ai commencé au Casino j’étais « portier » et j’ai fini, j’étais « contrôleur aux entrées ». Mais tu vois, ça passe mieux auprès de l’administration, des gens, pour eux c’est moins péjoratif. Tu vois « portier », ça faisait videur de boite de nuit, voilà ils se sentaient pas…mais en fait c’est le même boulot, alors tu peux l’appeler come tu veux ! A un moment, il faut appeler un chat un chat ! Si les gens se sentent mieux, tant mieux, s’ils se sentent plus valorisés mais tant mieux ! Moi ça n’a rien changé à ma vie. Pendant 6 mois je faisais du ménage, on me disait « agent de propreté », non mais ça veut dire quoi ? « Agent de production » ! On fait de la promo de gens avec des mots ! Mais ça change rien aux conditions de travail ! C’est le même boulot quoi !

 

Saphia Doumenc

 

[1] Cela avait particulièrement été discuté lors d’une rencontre organisée le 19 mars 2015 par le Rize, autour des ouvrages : Grain de sable sous le capot d’Hubert Truxler et Putain d’usine de Jean-Pierre Levarray.

[2] Sur ce point, voir notamment les travaux de Philippe Davezies.

[3] Il s’agit ici d’un mémoire de recherche de Master 2 dirigé par Sophie Béroud et intitulé : « Quelles précarités dans les logiques d’identifications sociales des ouvriers intérimaires ? Enquête dans le BTP à Villeurbanne ».

[4] Sur l’importance des catégorisations sociales, nous renvoyons à l’article de Jérôme Deauviau, d’Etienne Pénissat, de Cécile Brousse et de Cyril Jayet, « Les catégorisations ordinaires de l’espace social français. Une analyse à partir d’un jeu de cartes », Revue française de sociologie, 2014/3, Vol. 55, p.411-457.

[5] Par souci d’anonymat, le prénom de l’enquêté a été modifié.

Transmettre ses recherches à un public non-spécialiste : intérêts et enjeux

Pinçon-Charlot2En accueillant des jeunes chercheurs de sciences humaines en « résidence » au sein de son équipe, le Rize encourage les relations entre le secteur académique et le secteur culturel et favorise les échanges entre la recherche et le grand public. Les chercheurs sont incités à valoriser leurs travaux lors de conférences, à l’occasion des expositions et temps forts de la programmation culturelle ou par l’intermédiaire du site internet Rize + et du présent blog. Cette opportunité de transmettre ses recherches en dehors du cadre universitaire est assez rare, en particulier au niveau des études de master. Elle constitue une source de motivation particulière dans les travaux de recherche et permet, en début de parcours, de s’interroger sur le sens que l’on veut donner et que d’autres donnent à nos recherches.

Au delà de la motivation qu’elle apporte au jeune chercheur, la reconnaissance de l’intérêt pour l’étude amorcée, la valorisation – aussi souvent appelée vulgarisation – des recherches auprès d’un public de non-spécialistes s’avère très enrichissante pour le travail de recherche en lui-même. La formalisation en termes clairs et explicites des buts de la recherche et des principaux résultats, qu’elle intervienne en cours de recherche ou bien à son terme, est fructueuse à plusieurs égards. Il s’agit de transmettre ses propres recherches selon un langage et des pratiques distinctes du langage académique. Chercher les mots non jargonnant mais justes est un exercice intéressant. D’autres fois, le cadre de diffusion des travaux propose une thématique, une entrée particulière, et amène à accentuer sa présentation sur un aspect secondaire ou avec un autre point de vue qu’initialement. Les fausses « questions bêtes » sont à ce titre souvent très instructives.

La plupart du temps, la valorisation implique un effort de synthèse. Une présentation orale ne doit pas excéder un certain temps – généralement mois d’une demi-heure -, une exposition implique un nombre de cartels limités, un article de presse ne peut contenir plus que les points essentiels d’une thèse. Si ces pratiques impliquent des choix – qui s’apparentent parfois à des sacrifices – elles permettent de s’interroger réellement sur ce qui nous tient à cœur et sur ce que l’on considère comme important à transmettre. En conséquence, on questionne aussi l’intérêt de ce que l’on ne transmet pas[1].

Les questions posées par la transmission des recherches à un public de non-spécialistes s’avèrent utiles pour réfléchir aux modalités de la transmission au sein du champ académique. On réalise par exemple l’impact de la forme d’écriture sur le sens même que l’on donne aux recherches. La mise en mot et le format imposé déterminent la façon de penser un sujet. La forme stricte imposée par un mémoire de master ou même un article scientifique impose aussi des manières de poser une question, d’envisager une thématique. Changer de perspective permet d’en prendre conscience.

Malgré l’intérêt de l’acte de transmission, le chercheur comprend vite les difficultés qu’il y a à faire passer les résultats d’une recherche ou expliciter une démarche à un public non averti. Des difficultés qui deviennent vite des freins à la diffusion grand-public. La simplification extrême des termes d’une thèse, les raccourcis et autres anachronismes destinés à rendre un propos accessible peuvent mener à une mauvaise interprétation des travaux, voire pervertir le sens d’un travail. Quand une recherche fait écho à un fait d’actualité dans des articles de presse, la question est d’autant plus cruciale, et de nombreux spécialistes regrettent de se voir dire ce qu’ils ne pensaient pas[2]. C’est pourquoi il s’agit de choisir le moment et la forme. Toutes les recherches ne se prêtent pas à une valorisation immédiate. On peut les comparer à des petites pierres d’un édifice bien plus vaste. Dans ces nombreux cas, rendre accessibles et « démocratiser » les recherches devient une injonction dangereuse si elle est obligatoire[3]. Il faut penser la valorisation des recherches à long terme et ne pas corréler les recherches aux attentes et possibles valorisations immédiates. Diffuser en premier lieu la démarche de la recherche pour réduire le fossé souvent dénoncé entre le champ académique et « la société » semble une démarche salutaire et à encourager.

On peut aussi favoriser une collaboration étroite entre chercheurs et professionnels de la valorisation dans le secteur culturel sur le long terme. Dans le cadre de collaborations avec le milieu artistique, on peut citer de nombreux exemples de projets fructueux, par exemple l’association DAJA (des acteurs culturels jusqu’aux chercheurs et aux artistes) montée par Gérard Noiriel. Historien reconnu de l’immigration, il a cherché à transmettre ses recherches et notamment les apports de la socio-histoire à travers le théâtre. Le spectacle Le Massacre des Italiens est issu d’un de ses livres, et permet de diffuser à un tout autre public l’histoire des évènements et les thèses développées dans ses travaux. La démarche des Pinçon-Charlot, couple de sociologues qui s’intéressent depuis plus de trente ans à la grande bourgeoisie, est également intéressante. Pour valoriser leurs recherches auprès d’un large public, ils ont choisi d’éditer leurs ouvrages dans une maison d’édition grand public, de publier une BD (Riche, pourquoi pas toi ?) et se sont prêtés au tournage d’un documentaire lors de l’élaboration de leur ouvrage Les ghettos du Gotha. Dans ces deux cas, « démocratiser » et transmettre le fruit de recherches est passé par le travail de collaboration à long terme entre chercheurs et artistes. Dans ces deux cas, il s’agit pourtant de chercheurs reconnus, ayant « fait leurs preuves » dans le monde académique. Les bénéfices de la valorisation pour le travail de recherche et pour l’accessibilité des travaux récents donne envie de multiplier les initiatives et les passerelles auprès des jeunes chercheurs.

Manon Duret

 

 

[1] Cela renvoie à un autre débat, celui de l’utilité des « données brutes » et des analyses quantitatives une fois la recherche achevée, publiée, diffusée. Voir à ce sujet les réflexions comme celles de Sophie DUCHESNE et Guillaume GARCIA, « Partager des recherches en sciences sociales », HAL-SHS, 2005, et les tentatives de partages des données de la recherche, comme La banque d’enquête qualitative en sciences sociales.

[2] Voir à ce propos Olivier Zeller, « Historien dans la cité, les pièges de la vulgarisation », in Philippe Fritsch, Implication et engagement, hommage à Philippe Lucas, Lyon, PUF, 2000.

[3] On pense ainsi aux politiques de la recherche qui valorisent les « recherches-actions », le « terrain », et évaluent  les laboratoires à l’angle de leur visibilité, la diffusion des travaux au grand public légitime alors une recherche.

 

 

Réflexions méthodologiques sur les sources orales en histoire

L’utilisation de sources orales en histoire est souvent à l’origine de nombreux questionnements d’ordre méthodologique pour les étudiant-e-s : comment cette source « parlée » doit-elle être analysée ? Comment gérer son implication en tant que chercheur-euse dans la construction de la source ? En réalité, il me semble que, dans une certaine mesure, la méthodologie des sources orales rend visible et évidente la manière dont toute source, quelle que soit sa nature, est construite. Elle met en avant la place et le rôle du chercheur-euse dans la compréhension des sources qu’il/elle utilise. En bref, la réflexion autour des sources orales rappelle de manière plus générale qu’une source n’est jamais neutre, et l’historien-ne-e jamais objectif-ve.

La source orale comprend toutefois des caractéristiques tout à fait spécifiques : selon l’historien italien Alessandro Portelli, elle est même « intrinsically different ». [1] En premier lieu, l’entretien est la plupart du temps provoqué par le/la chercheur-euse, ce qui n’est pas le cas de la plupart des autres sources utilisées en histoire. L’entretien est donc construit par l’ensemble des participant-e-s : les témoins élaborent leur récit selon l’idée qu’ils se font du sujet de l’entretien et de la recherche, et de leurs attentes ; le/la chercheur-euse oriente l’entretien selon ses axes d’étude (qui peuvent évoluer) et l’idée qu’il/elle se fait des témoins. L’analyse est complexe car elle nécessite d’identifier tous ces aspects et de les confronter à ce qui a été dit ou pas durant l’entretien. Elle implique de la part du/de la chercheur-euse une réflexion sur soi et sur la relation entretenue avec les témoins (intersubjectivité). Toutefois, provoquer et orienter un entretien permet au/à la chercheur-euse de rentrer très précisément dans les détails de son sujet et d’obtenir des informations sur le vécu et le ressenti des individus. Par exemple, aborder le sujet des violences conjugales en entretien nécessite de prendre en compte dans l’analyse l’état d’esprit du/de la chercheur-euse et du témoin, ainsi que le contexte d’entretien (présence d’autres personnes par exemple). L’appréhension à aborder de tels sujets peut provenir bien plus du/de la chercheur-euse que du témoin : le/la chercheur-euse peut se sentir illégitime (différence d’âge, de sexe, de situation sociale, etc) ou avoir peur de blesser le témoin. Ce dernier peut, au contraire, spontanément aborder le sujet ou revenir dessus au cours de l’entretien. Ces relations tout à fait spécifiques entre chercheur-euse et témoin et avec le sujet construisent l’entretien et le récit.
En second lieu, une caractéristique toute particulière aux sources orales est celle de l’oralité, peu utilisée par les historien-ne-s dans l’analyse. Pourtant, l’étude de l’oralité permet d’approfondir l’analyse du récit. Dans le cas des violences conjugales, l’intonation (chuchotements, élévation de la voix), les expressions utilisées ou encore les hésitations, répétitions et silences révèlent en partie l’état d’esprit du témoin et du/de la chercheur-euse durant l’entretien. Au cours de l’étape de la transcription écrite de l’entretien qui rend plus aisée l’analyse, la plupart des éléments d’oralité sont abandonnés. Or lors de l’analyse de sources écrites de type littéraires par exemple (presse, ouvrages, etc), les historien-ne-s font de fait une étude des procédés d’écriture utilisés par les auteur-e-s : figures de style, rhétorique, etc. Il devrait en être de même des sources orales : il faudrait analyser de manière automatique les procédés d’oralité qui construisent toute source « parlée » et qui permettent de mieux comprendre ce qui est dit durant l’entretien.

D’autres éléments d’analyse des sources orales pourraient bien sûr être discutés. Cependant, la relation témoin/chercheur-euse et l’oralité sont tout à fait propres à ce type de source alors que la question de la mémoire, par exemple, bien que prédominante dans l’analyse des sources orales, se pose aussi pour d’autres sources. Une réflexion sur la méthodologie des sources orales permet donc de mettre en avant les particularités d’un type de source, qui en font tout son intérêt, et de réfléchir à la méthodologie des sources en histoire de manière plus générale. Les techniques d’analyse propres à un type de source peuvent êtres converties à d’autres sources (relation témoins/chercheur-euse en relation archives/chercheur-euse) permettant ainsi d’approfondir l’étude et de proposer de nouveaux axes de lecture.

Soraya Bellaha


[1] Portelli Alessandro, « What makes oral history different », dans Perks R. et Thomson A. (ed.), The Oral History Reader, London, Routledge, 2003 (première edition 1998), p. 64.

L’enquête dans des espaces militants

Le « positionnement » du chercheur dans l’enquête de terrain est un thème central et récurrent des cours de méthode en sciences sociales. Il fait l’objet d’articles, de publications, de stages de terrain, de recommandations… Malgré cela, les débats et les points de vue divergents  persistent, y compris chez les enquêteurs expérimentés : distanciation ou immersion ? Participation ou neutralité ? Jouer « cartes sur table » ou dissimuler ses intentions afin d’obtenir des données plus « authentiques » ?

Si les chercheurs confirmés peuvent aisément assumer leurs propres stratégies de positionnement et d’adaptation au terrain, les étudiant.e.s sont en revanche très directement confronté.e.s aux injonctions de la méthode, au risque de devoir payer les frais d’un « mauvais » positionnement lors de l’évaluation de leurs travaux. Et pourtant, les problématiques auxquelles on est confronté.e une fois sur le terrain trouvent rarement de réponse dans les manuels. Les entretiens, les observations étant avant tout des situations dans lesquelles se joue une relation sociale, la subjectivité du.de la chercheur.e s’y retrouve pleinement engagée.

L’enquête dans des espaces militants est une situation qui concentre plusieurs des difficultés liées à la traduction pratique d’enseignements théoriques. D’une part, le sujet de recherche est rarement choisi au hasard : le.la chercheur.e a le plus souvent une certaine affinité avec celui-ci. Cela implique que les résultats de l’enquête soient associés à des enjeux et des attentes personnels particuliers, qui vont au-delà des considérations purement universitaires ou scientifiques. D’autre part, le regard de l’enquêteur.trice en sciences sociales est formé et formaté pour identifier les contradictions, les intérêts stratégiques et de légitimité, dont la mise au jour peut finir par estomper le caractère « noble » de la cause défendue par les acteurs dans l’espace militant étudié.

Le.la chercheur.e peut alors se retrouver tiraillé.e entre son « potentiel militant » personnel, qu’il.elle cherche à investir autour de son sujet et un « désenchantement » rendu inévitable par sa démarche même. Ce tiraillement peut l’amener à percevoir la distanciation comme un refuge confortable et désirable, permettant à la fois de ne pas engager son point de vue et de préserver ses données du risque de « contamination » lié à son implication directe dans les débats autour de la cause défendue.

Le choix de prendre part à la discussion en exposant ce qu’il.elle voit est en effet susceptible de modifier la situation observée, tout comme le regard que les personnes enquêté.e.s peuvent porter sur lui.elle. La décision d’assumer un positionnement « muet » peut ainsi répondre à une fonction de protection multiple : du terrain, en évitant de se « griller », de l’objet, et de la   qualité du travail de recherche, dans une application méticuleuse des obligations de méthode. Par ailleurs, on ne saurait oublier une protection « narcissique » du.de la chercheur.e, qui évite ainsi de s’exposer à la frustration de voir ses propres interprétations remises en cause ou pire, ignorées.

L’argument de la distanciation pose toutefois des problèmes qui sont moins de l’ordre de la méthode que de la dimension éthique du travail des chercheur.e.s. En effet, ces  dernier.è.s peuvent-ils.elles se contenter de se réfugier confortablement dans la conviction (peu convaincante pour eux.elles-mêmes) que la rédaction de leurs travaux permettra de « régler les comptes » avec le terrain, en apportant leur contribution à la cause ? Ne seraient-ils.elles pas plus honnêtes vis-à-vis des personnes impliquées dans leurs recherches, en leur faisant part, dès le travail de terrain, de leurs impressions et questionnements ?

La difficulté de l’enquête dans les espaces militants est un exemple qui illustre bien l’impossibilité d’établir des recettes de ce qui devrait être un « bon » travail de terrain. Le choix d’intervenir directement ou pas dans la situation observée peut par exemple dépendre de stratégies d’adaptation à un terrain peu ouvert ou accueillant, ou, au contraire, caractérisé par un climat de confiance, permettant de dévoiler certains résultats de la recherche sans remettre en cause la poursuite de celle-ci.

La méthode doit alors être envisagée à partir de la prise en considération des opportunités et des contraintes présentes dans la situation d’enquête, appréhendée en tant que situation sociale. Une définition « à priori » du positionnement de.de la chercheur.e sera rapidement mise à l’épreuve de la diversité des terrains, des relations tissées avec les personnes qui les composent, ainsi que du contexte de l’enquête.

Simona Mattia

 

Construire des catégories

Comment met-on les gens dans des cases, selon quels critères, avec quelles précautions ?

En sciences sociales, et particulièrement quand on retrace l’histoire d’individus, nous sommes constamment amenés à construire des catégories, à former des groupes pour appréhender un bout de société. Dès l’intitulé de nos sujets, nous constituons des catégories. Ce sont « les ouvriers », « les Espagnols », « les enfants d’immigrés », ou encore « les habitants de Villeurbanne ». En les nommant, nous en faisons implicitement des groupes cohérents, voire homogènes. Les chercheurs mettent constamment les individus dans des cases même s’ils essaient la plupart du temps de s’en défaire. Les processus de catégorisation sont inéluctables, ils sont d’usage au quotidien et participent de notre compréhension du monde. Si l’on ne peut s’en défaire entièrement, il est malgré tout intéressant de comprendre comment sont construites les catégories, par qui et dans quel but.

Il y a les catégories que l’on construit et celles que l’on utilise. La plupart du temps, on utilise des catégories construites par d’autres et pour d’autres usages.

On peut prendre en exemple la catégorie du national. Étudiant les parcours migratoires du personnel d’une usine de Villeurbanne, la nationalité est un des premiers critères que j’utilise pour distinguer les différents individus. Or sa définition est fluctuante en fonction de qui l’édicte. Prenons l’exemple d’Amar B. né en 1901 à Collo, dans le département de Constantine. En 1930, il fut embauché à l’usine textile J.B Martin de Villeurbanne. Devant la loi, il était Français. Cependant, pour l’usine, monsieur B. était de « nationalité algérienne ». Pour les statistiques départementales, il était comptabilisé dans la « main-d’œuvre coloniale et étrangère ». Au recensement de 1931, dans la case « nationalité », les recenseurs de l’époque qualifiaient les Constantinois tantôt de « Français », de « sujet français », d’« Algérien », de « Kabyle », de « musulman », ou encore d’« indigène ». On ne sait pas comment Amar B. définissait lui-même sa nationalité.

Catégorie administrative, catégorie identitaire, la nationalité joue un rôle important dans la vie des individus. Bien qu’inscrite dans un cadre législatif, la démarcation qui sépare un « Français » d’un « étranger » se révèle être poreuse. Les droits des Français et des étrangers ne sont pas les mêmes dans la France de l’entre-deux-guerres, en terme de liberté de circulation, de citoyenneté, d’accès au marché du travail. Que se passe-t-il lorsqu’on est à la fois Français et étranger ? Comment, dans une recherche, faire usage de ces catégories à géométrie variable ?

Les chercheurs participent à la construction de catégories pour répondre à leurs propres questionnements. Les « catégories socioprofessionnelles » en sont un bon exemple. Construites par l’État au XIXe siècle pour normaliser les recensements, elles agrègent un métier et un statut social. Utilisées en sciences sociales au XXe, elles sont devenues un moyen de découper la société française. Diffusées dans l’ensemble de la société, ces catégories sont passées dans le langage courant, on parle par exemple « des cadres ». Des historiens ont employé ces catégories pour parler de la société du XVIIIe. Or parler d’ « ouvrier » au XVIIIe siècle, cela n’a pas le même sens qu’au XIXe ou au XXe siècle. Les catégories d’analyse anachroniques sont parfois utiles pour comprendre le passé avec nos mots d’aujourd’hui. En fonction de la question posée, certaines catégories peuvent s’avérer plus pertinentes que d’autres.

Il y a la façon dont on s’autodéfinit, et dont les autres nous définissent. En 1930, Amar B. se déclarait « tourneur » de profession, il était « manœuvre » pour l’administration. Une catégorie se construit par inclusion d’individus et exclusion d’autres. Les catégories construites par l’administration ou par les penseurs ont été parfois rejetées, parfois revendiquées par les premiers concernés. Elles sont souvent le fruit de plusieurs acteurs. En sciences sociales, on essaye alors de mettre à jour le contexte d’élaboration de chaque catégorie, qui l’a construite et pourquoi. Ces questions trouvent rarement une réponse définitive. En revanche, elles ont le mérite d’ouvrir sur d’autres questionnements. Pour reprendre l’exemple de la nationalité d’Amar B, on se demande notamment quel est le poids de la nationalité au quotidien. Un Villeurbannais et un Breton se sentent-ils plus proches qu’un Piémontais et un Savoyard ?

En prenant en compte les processus de co-construction des catégories et leur porosité, on réalise que chaque individu est enserré dans une multitude de cases. Si dans nos recherches, la multiplication des critères et des définitions ne permet pas de supprimer les catégories, elle permet au moins de nuancer et complexifier le regard.

Manon Duret