La nécessité de l’anglais dans la recherche : cas pratique

Du 29 août au 1erseptembre 2012 s’est déroulé à Prague le 11e colloque international d’histoire urbaine. Ce colloque était particulièrement impressionnant par le nombre de participants et son organisation. En effet, il réunissait plus de 1000 participants répartis en près de 80 sessions sur 4 jours au sein de l’université Charles qui avait été entièrement réservée à cette occasion. Il s’agissait pour ma part de ma première intervention en anglais à un colloque international réunissant les plus importants spécialistes de l’histoire urbaine à l’échelle internationale.

L’impression la plus forte que j’ai ressentie est le fait de pouvoir échanger avec des historiens et des historiennes formé·e·s dans leurs universités, et donc dans des contextes culturels et historiques différents du mien, mais avec qui les échanges étaient extrêmement riches en raison de l’objet qui nous intéressaient tous et toutes : l’histoire urbaine. Cela m’a permis de saisir dans toute sa richesse ce que signifie une communauté scientifique dans le sens où quelque soit la langue et la culture de chacun et chacune les échanges intellectuels étaient possibles et surtout fructueux scientifiquement.

Il faut souligner un point non négligeable sur l’une des conditions rendant possibles ces échanges, il s’agit bien sûr de l’usage d’une langue commune : à savoir ici l’anglais.

Continuer la lecture de « La nécessité de l’anglais dans la recherche : cas pratique »

Les enfants d’origine italienne du quartier de Croix-Luizet  à Villeurbanne : familles et parcours scolaires (1945-1955)

Manon Assenat

La question de la scolarisation des enfants étranger-ère-s fait encore aujourd’hui débat. Ainsi, l’exemple de la commune de Rubelles en Seine-et-Marne où, en mai dernier, le maire a refusé la scolarisation de dix-huit enfants étranger-ère-s dont les familles demandent l’asile politique. Les parents des élèves de l’école étaient plutôt satisfaits de cette décision, exprimant la crainte que la scolarisation de ces enfants non francophones ne fassent baisser le niveau des classes.

Des recherches en sociologie et en histoire ont été menées sur ce sujet, mais elles se sont surtout concentrées sur la période des Trente Glorieuses (1945-1975) avec la vague d’immigration qui correspond à l’arrivée des Portugais-e-s, des Espagnol-e-s, ou encore des Algérien-ne-s. Or, pendant les années 1970, le regroupement familial est officiellement mis en place, de même que les “classes d’adaptation” pour les enfants étranger-ère-s dont le nombre augmente alors fortement. En revanche, très peu de recherches historiques ont été menées pour savoir comment les enfants étranger-ère-s étaient scolarisé-e-s avant cette période (car l’immigration en France ne date pas des années 1970). Par exemple, que s’est-il passé à ce sujet pour les enfants des Italien-ne-s ou encore des Polonais-e-s arrivé-e-s pendant l’entre-deux-guerres, à une époque où justement, il n’y avait pas de classes spéciales pour les enfants étranger-ère-s ?

Continuer la lecture de « Les enfants d’origine italienne du quartier de Croix-Luizet  à Villeurbanne : familles et parcours scolaires (1945-1955) »

Les enfants d’origine italienne du quartier de la Croix-Luizet à Villeurbanne : familles et parcours scolaires (1945-1955)

Manon Assenat

Étudiante en master 2 Matilda Histoire Européenne des Femmes et du Genre, mon travail de recherche porte sur les élèves italien·ne·s ou d’origine italienne de l’école primaire de Croix-Luizet (aujourd’hui Armand) à Villeurbanne.

Continuer la lecture de « Les enfants d’origine italienne du quartier de la Croix-Luizet à Villeurbanne : familles et parcours scolaires (1945-1955) »

La Révolution numérique et ses effets sur la recherche historique

La mise en ligne d’archives et d’articles numérisés transforme radicalement les modalités de recherche d’informations historiques. L’apport est réel pour un doctorant en histoire contemporaine comme moi. Grâce aux bouquets numériques (fortement coûteux pour les bibliothèques universitaires, il est vrai, mais tellement importants pour un doctorant !),  il est possible de lire des articles en langue étrangère qu’il serait autrement difficile voire impossible de consulter. Cela transforme radicalement les modalités de recherche et facilite l’agrégation d’informations jusqu’alors éparses. En effet, grâce à des outils comme ISIDORE ou encore SAGE, JSTOR (pour n’en citer que quelques-uns dont je ferai d’ailleurs dans un prochain billet une liste plus exhaustive), la recherche est facilitée car il est possible de moissonner et trouver L’article, LA pépite qui va éclairer votre propre réflexion de recherche…Une vraie révolution ou plutôt une véritable Evolution !

A voir : Le dernier numéro du bulletin de veille “les sciences humaines et sociales et la métropole” qui est publié par Millénaire 3, Le centre ressources propectives du Grand Lyon.

 

Représentations et transmissions sociales. Perception d’une ville au travers de la presse locale et du voisinage : le cas de Villeurbanne

Le texte suivant présente le travail de Master 2 Recherche en psychologie sociale de Laurianne Charrier (Université Lyon 2, GREPS), sous la direction de Madame Valérie Haas (Maître de Conférence, Université Lyon 2, GREPS). Étude qu’elle a menée durant l’année 2010-2011 dans le cadre de la résidence de jeunes chercheur·euse·s au sein du Pôle Recherche du Rize. Son travail est intitulé “Représentations et transmissions sociales. Perception d’une ville au travers de la presse locale et du voisinage : le cas de Villeurbanne.

Continuer la lecture de « Représentations et transmissions sociales. Perception d’une ville au travers de la presse locale et du voisinage : le cas de Villeurbanne »

Nous les avons accueilli-e-s depuis 2009

Nous les avons accueilli-e-s en :

  • 2009-2010

Boris de Rogalski Landrot (Université Lyon 2) a travaillé sur les usages politiques de l’histoire à Villeurbanne durant le 20e siècle dans le cadre de son Master 2 d’histoire contemporaine sous la co-direction de Michelle Zancarini-Fournel et de Jean-Luc Pinol. L’intitulé de son mémoire est Représenter Villeurbanne à travers les récits historiques de 1905 à 2004. Note : 17/20.

Master 2 Histoire contemporaine, Université Lyon 2

  • 2010-2011

Romain Barré (Université Lyon 2) a travaillé dans le cadre de son Master 2 d’Anthropologie sociale sur Le marché aux puces de la ville de Villeurbanne sous la direction de Bianca Botea-Coulaud. Il a interrogé le rapport entre les brocanteurs et les objets, en faisant une étude de terrain du canal de Jonage qui est le deuxième marché aux puces après celui de Saint-Ouen.

Master 2 Anthropologie, Université Lyon 2

Lauriane Charrier (Université Lyon 2) a travaillé sur les “Représentations et transmissions sociales. Perception d’une ville au travers de la presse locale et du voisinage : le cas de Villeurbanne” d’un point de vue de la psychologie sociale sous la direction de Valérie Haas. Note : 15/20

Master 2 Psychologie sociale, Université Lyon 2

Charlotte Gobin (Université Lyon 2) a rédigé un mémoire de Master 2 Recherche Matilda sur Le militantisme au féminin : les Lyonnaises et la défense de la cause algérienne (1954-1966) sous la co-direction de Marianne Thivend et de Sylvie Schweitzer. Elle a ensuite participé à la conception de l’exposition sur Les solidarités franco-algériennes à Lyon de 1954 à 1962 qui a été présentée de février à juin 2012 au Rize. Note : 17/20

Master 2 Matilda, histoire européenne des femmes et du genre

 Elle poursuit actuellement ses recherche en thèse en histoire contemporaine sous la direction de Sylvie Schweitzer (PU historie contemporaine, Lyon 2)

  • 2011-2012

Manon Assenat (Université Lyon 2) a fait un travail d’analyse historique sur l’école de Croix-Luizet à Villeurbanne dans l’après Seconde Guerre mondiale. Son approche a permis de traiter de la question des parcours scolaires au regard des questions de genre et de nationalité. Elle a travaillé sous la direction de Sylvie Schweitzer. Note : 17/20

Master 2 Matilda, histoire européenne des femmes et du genre

Louis de l’Escalopier (ENS de Lyon)  a fait un travaille d’analyse de démographie historique en étudiant précisément le parcours migratoire des étrangers à Villeurbanne à partir du registre de recensement de 1926. Il a travaillé sous la direction de Jean-Luc Pinol. Note : 15/20

Master 1 Histoire contemporaine, ENS de Lyon

Marion Obert (IEP de Lyon) a fait un travail de recherche en sciences politiques en traitant de la question de la mise à l’agenda de la question des femmes sous le premier mandat de Charles Hernu. Elle a travaillé sous la direction de Renaud Payre. Note : 17/20.

Master 2 Politique Publique, Institut d’Etudes Politiques de Lyon

Le militantisme féminin pro-algérien (1954-1966)

Le texte suivant présente le travail de Master 2 Matilda en histoire contemporaine de Charlotte GOBIN (Université Lyon 2, LARHRA), dirigé par Madame Marianne THIVEND (MCF Histoire contemporaine, Université Lyon 2) et Madame Sylvie SCHWEITZER (PU Histoire contemporaine, Université Lyon 2). Son travail a porté sur le militantisme au féminin : les Lyonnaises et la défense de la cause algérienne (1954-1966).

Continuer la lecture de « Le militantisme féminin pro-algérien (1954-1966) »

Pour une anthropologie sociale des objets

Photographie des Puces de Villeurbanne à l’aube (collection personnelle de Romain Barré)

Le texte suivant présente le travail de Master 2 en anthropologie sociale de Romain Barré (Université Lyon 2, CREA). Travail qu’il a mené durant l’année 2010-2011 dans le cadre de la résidence de jeunes chercheurs au sein du Pôle Recherche du Rize. Son travail a porté sur le marché aux puces de Villeurbanne.

Continuer la lecture de « Pour une anthropologie sociale des objets »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search