Quel héritage industriel pour le renouveau du quartier Grandclément aux horizons 2026 ?

Le quartier de Grandclément a été depuis la fin du 19ème siècle et jusqu’au milieu du 20ème siècle un territoire à forte dominante industrielle. Le déclin progressif des industries dès les années 60 a laissé place à un quartier dévitalisé, et comme figé dans son temps. De nombreuses friches industrielles sont encore à l’abandon laissant transparaître les derniers vestiges d’une époque industrielle révolue. Aujourd’hui au centre des préoccupations de la ville, le quartier fait l’objet d’un grand projet de rénovation. Le cabinet architecte urbaniste Michelin (ANMA) associé à la métropole de Lyon a d’ores et déjà commencé l’élaboration d’un plan guide venant définir les axes structurants du projet urbain pour les dix prochaines années. Les grandes orientations sont tracées et ce ne sont pas moins de 45 hectares qui vont passer entre les mains d’experts urbanistes et architectes pour façonner le paysage urbain de demain. La volonté apparente de conserver d’anciens bâtiments industriels en souvenir d’un quartier ouvrier offre une excellente occasion d’interroger le passé industriel de la ville.

C’est donc à partir du projet de rénovation que mes premiers questionnements émergent. Quelle image veut-on donner au quartier ? Quels types de bâtis sont envisagés ? Mais surtout quelle place est donnée à l’ancienne identité industrielle du quartier ? Est-elle conservée, modifiée, délaissée ? Et comment ?

Pour répondre à ces premières questions, je cherche d’abord à accéder à une meilleure compréhension du quartier par une étude de son histoire. Avec l’aide de photographies, de comptes rendus municipaux, de plans cadastraux je me replonge dans le passé du quartier pour comprendre ses bâtiments et ses habitants.
A partir d’une analyse approfondie du programme de rénovation, je m’attache par ailleurs à saisir les principaux enjeux du projet. Dans cette perspective, je m’appuierai sur le programme du cabinet urbaniste en charge du projet, l’analyse du Plan Local d’Urbanisme, sur des entretiens avec les responsables urbanistes et des observations de terrains afin d’appréhender l’atmosphère ambiante et découvrir l’ensemble des facettes du capital bâti.
Enfin, une dernière partie de mon travail porte sur la dimension patrimoniale du projet à travers une perspective humaine. Un recueil de témoignages inter-générationnels émanant d’anciens ouvriers d’usines, de personnes ayant grandi au cours de l’industrialisation et de leurs enfants permettra de mettre en lumière ce qui fait patrimoine à leurs yeux et ce qu’ils voudraient conserver dans leurs paysages de demain. Cette dernière partie est véritablement au cœur de la recherche puisqu’elle va lier les Hommes et leurs mémoires, l’espace et l’histoire, permettant ainsi d’aborder le lien entre histoire sociale/mentale et l’espace concret.

Camille Jean-Baptiste, Master 1 en Géographie et aménagement, Lyon 3

Des logements ouvriers à Villeurbanne : l’ilôt urbain de la rue Flachet

Dans le cadre de mon mémoire de recherche, je m’intéresse à l’histoire urbaine et sociale de Villeurbanne à travers l’étude d’un ensemble d’immeubles construit rue flachet (du numéro 2 au numéro 22) à la fin des années 1920 à l’initiative des patrons de l’usine Gillet.

Cette usine d’ennoblissement textile installée à Villeurbanne depuis 1889 se situe dans la rue Flachet (aujourd’hui rue du 1er mars 1943) à l’emplacement de l’actuelle Perralière. Le groupe « Gillet et fils » avait déjà construit à l’aube du XXème siècle des logements rue Camile Koechelin, et d’autres cités se sont multipliées aux alentours de l’usine (Rue Cacard, Rue Basch, rue flachet…). Ces initiatives répondent à une logique patronale chrétienne et à un besoin social. Gillet était dans l’entre-deux-guerres le premier employeur villeurbannais avec près de deux mille employés en 1930 dans une ville où la problématique du logement ouvrier était alors un enjeu primordial.

L’objet de ma recherche est focalisé en premier lieu sur les immeubles de la rue Flachet, qui sont agrémentés de jardins ouvriers et complétés par un ensemble de maisons individuelles construites également pour les employés de l’entreprise (rue Gillet, rue Henry Balay, rue Lazare Drut, rue de la Prévoyance et rue Henri de Pressenssé). Mon étude va s’axer d’abord sur les origines de ces bâtiments : Qu’est-ce que cela représentait pour les usines Gillet ? Quel était le but réel de cet investissement ? Quels ouvriers bénéficiaient de ces logements ? Y restaient-ils longtemps ? Et quelles étaient les habitudes de ses habitants ? A l’issue de ce premier questionnement sur l’histoire industrielle et sociale, j’aimerai m’intéresser à l’histoire du bâti, à l’architecture de ces immeubles, leurs équipements, leur confort, mais aussi à leur implantation urbaine. A travers ces premières interrogations, il s’agira par ailleurs d’observer l’évolution de la vie de cet ensemble, et donc de toucher à la problématique de la mémoire ouvrière.

Pour apporter des réponses à ces questions, je vais interroger diverses sources : des recensements villeurbannais ; les études effectuées sur l’entreprise Gillet ; des documents provenant des archives municipales comme les documents issus du bureau d’hygiène de Villeurbanne ; il me faudra aussi me rendre sur le terrain et interroger la mémoire vivante des habitants de ces immeubles et maisons. En effet, ce travail ne peut se faire sans un lien avec les habitants qui ont impulsé cette recherche en lien avec le RIZE dans un processus de valorisation de leur lieu de vie. Je serai donc en charge de la partie patrimoniale et historique, qui sera l’une des clefs de compréhension de la vie au sein de ces habitations.

Aliénor Wagner-Coubès, Master 1 en Histoire contemporaine, Lyon 2

La mémoire et son collectif

          Qu’est-ce que la « mémoire collective » ? D’ordinaire, la question ne se pose pas. On l’imagine comme une sorte de réservoir de souvenirs partagés, comme une boite à passé renfermant des traditions, des personnages, des objets, des symboles qui se transmettraient « de génération en génération », « au fil du temps ». Elle se distinguerait de l’histoire, parait-il, de par son caractère « capricieux », « volatile » : elle serait sujette à tous les « abus », à toutes les « manipulations ». De là les dénonciations des supposés « mésusages du passé ». De là les soulèvements des historiens face à un supposé « devoir de mémoire » : la mémoire, nous disent-ils, est trop alambiquée et passionnée pour ne pas être suspecte. De là, encore, cette poésie ordinaire qui nous décrit une société et son « inconscient », ses « refoulements », ses « oublis », son « surmoi ».  Tout se passe donc comme si la mémoire collective était un fait, avec son existence objective, ses lois, son caractère, ses principes, son histoire ; comme si on pouvait en faire un portrait psychologique. Pour l’essentiel, les analyses de « la mémoire collective » sont donc des propositions cliniques qui visent en dernier lieu à suggérer des thérapies débouchant sur une hypothétique « juste mémoire ». On voit à quel point la science tend, sur cette thématique, à se confondre avec la politique.

          Pourtant, il suffit d’observer le monde social pour s’apercevoir que nous ne voyons nulle part cette « mémoire collective » très essentialisée. Nous ne voyons nulle part de « souvenirs » qui se « transmettent » magiquement, nous ne voyons pas le « fil du temps » faire son affaire, nous ne voyons pas d’idéologues « reconstruire le passé » pour servir leurs desseins. Et si nous ne voyons rien, c’est tout simplement parce qu’il s’agit là de concepts si englobants qu’ils ne nous disent rien sur le monde tel que nous le vivons. Ce que nous voyons, nous, ce sont des gens qui montrent du doigt des lieux à d’autres ; ce sont des dates qui sont écrites dans des livres et des frises chronologiques ; ce sont des habitants qui inscrivent des mots sur du papier, qui prennent des photographies ; ce sont, des gens qui bricolent avec des éléments très concrets (images, objets, livres, ordinateurs…) et tissent des récits, produisent des événements. Alors, qu’est-ce, en fait, que « la mémoire » ? qu’un « souvenir » ? qu’une « transmission » ? qu’un « passé » ? Dans le cadre de mon travail de thèse en sociologie, je cherche à « ramener sur terre » la compréhension de « la mémoire collective ». Comment se fabrique-t-elle ? Qui décide de son « contenu » ? Comment ? Comment un objet quelconque devient-il « important » au titre de « notre » mémoire ? Et d’où vient ce possessif, ce « nous », de « notre » ville, de « notre » passé ? Comment devenons- nous des êtres « historiques » ? Et puis, comment fait-on pour « transmettre » de la mémoire ? Avec quels gestes, quels mots, quelles mises en scènes ? Et que retient, au juste, celui ou celle à qui on transmet ? Une vérité historique ? Une impression ? Une émotion ? Rien du tout ? Et, le cas échéant, comment employer l’épithète « collectif » ?

          D’une façon générale, l’enjeu de ma thèse est de montrer, avec un niveau de détail maximal, que la mémoire collective est avant tout un horizon : elle n’existe jamais tout à fait de façon certaine, assurée, comme « fait social ». Au contraire, il faut toujours la (re)faire : il faut y travailler. C’est ainsi qu’à Villeurbanne un certain nombre de personnes, d’associations, d’institutions, mobilisent une énergie considérable en vue de faire mémoire : cette mobilisation trahit, par son existence même, le fait qu’à aucun moment donné la « mémoire » ne se reproduit par elle-même. Il faut donc faire des films, des œuvres artistiques, des débats, des livres. Ériger des stèles, des plaques, des monuments. Écrire des discours, faire des visites guidées, raconter des histoires. Se battre, militer, argumenter, juger, évaluer, trier. C’est ici, au cœur des pratiques, qu’est la « mémoire collective » : elle n’est pas dans le ciel des idées, elle n’est pas cette sorte de nuage étrange qui flotterait dans « la société », lui infligeant des « résurgences » improbables et des « oublis » orageux. C’est donc en allant au plus près des pratiques des acteurs de la mémoire que l’on peut espérer comprendre enfin les choses. Cette démarche suppose, enfin, un renoncement à cette ambition évaluatrice (morale) qui, toujours, dénonce le « mensonge » et les « misères » de la mémoire : si l’on tient à avoir une approche scientifique, il faut admettre que la question de la juste mémoire n’a pas à être résolue a priori par le chercheur, mais doit être appréhendée, au contraire, dans une approche pragmatiste, selon laquelle la quête du juste est, précisément, ce qui motive les acteurs de la mémoire à faire ce qu’ils font, de la manière dont ils le font.

 Benjamin Tremblay, doctorant en Sociologie, Centre Max Weber, Lyon 2

Migrantes africaines à Villeurbanne : Quelles (re)compositions familiales en situation migratoire ?

« Tous venus d’ailleurs, tous devenus d’ici » aime-t-on se dire à Villeurbanne. La ville s’est vue traversée et façonnée par différentes vagues migratoires. Les immigrations italienne, espagnole, arménienne, portugaise, juive, algérienne et celles qui leur succèdent continuent de marquer le territoire villeurbannais dans ses formes et son identité. Parmi les dernières, figure une émigration depuis l’Afrique subsaharienne qui reste à mieux connaître.

Ainsi, cette thèse en sociologie propose de mettre la lumière sur cette composante de l’immigration à Villeurbanne et en particulier sur les femmes qui y prennent part. Ces dernières pèsent de plus en plus dans la composition de l’immigration africaine en France et leurs histoires se sont vues par ailleurs quelque peu occultées par la primauté accordée au prisme masculin dans l’étude des migrations.

Les questions posées sont tournées vers la sphère privée des relations familiales et en particulier, conjugales. En France, les émigrantes africaines ne retrouveront pas les mêmes façons de « faire famille » que celles qui faisaient sens au sein des diverses sociétés de départ comme, par exemple, le poids qu’a la famille élargie ou l’importance accordée à l’institution matrimoniale qui est très valorisée en Afrique sahélienne. Dès lors, comment, dans ce contexte migratoire, le couple et la famille vont-ils s’inventer, se bâtir, se renégocier ? Quelles recompositions la migration amène-t-elle dans les vies conjugales et familiales de ces migrantes, qu’elles aient quitté leurs pays seules ou dans le cadre d’un regroupement familial ? Il s’agira alors d’aller à la rencontre de ces femmes afin de recueillir leurs histoires, leurs expériences, leurs représentations.

Nadia Mounchit, doctorante en Sociologie, Centre Max Weber, Lyon 2