Les mutations du droit des collectivités territoriales à travers l’accueil des migrant-e-s

Si les mouvements migratoires de ces dernières années sont assimilés à un phénomène dit de « crise » auquel les pouvoirs publics souhaitent répondre urgemment, la « crise migratoire » semble cacher bien d’autres maux. En raison de nombreux conflits polymorphes qui secouent le continent africain et le flanc est de l’Europe, de nombreuses personnes contraintes au départ se dirigent vers les pays européens, réputés États de droit. Ces derniers alors engagés à différents niveaux disposent de plusieurs outils conventionnels pour accueillir. Ce sont toutefois des politiques européennes d’immigration basées sur des logiques de fermeture et de sécurité sciemment choisies qui continuent d’affecter les droits et libertés fondamentaux.

A première vue, les collectivités territoriales peuvent sembler ne pas être des acteurs de premier plan dans l’accueil des migrant-e-s. Pour autant ce sont bien elles qui grâce à des logiques d’adaptation et de proximité, sont susceptibles de se mobiliser qu’elles agissent dans un contexte guidé par la stratégie utilitariste de l’État ou qu’elles témoignent d’une volonté politique d’initiatives. En effet, récemment liées au « démantèlement » de la jungle de Calais et à la relocalisation des migrant-e-s vers différents centres d’accueil et d’orientation, comme à l’existence de camps de migrant-e-s auto-installé-e-s, ces questions préoccupent aujourd’hui l’échelon local.

Si l’accueil des migrant-e-s relève de la compétence de l’État par le biais de l’office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), il n’en demeure pas moins que cet accueil suscite une nouvelle lecture des compétences territoriales, induisant dans le même temps, une réflexion quant à la coordination des différentes échelles d’action mises en place dans un contexte dominé par l’urgence. En effet, les acteurs publics à différents niveaux de compétences, ainsi que des organisations et mouvements sociaux particuliers se mobilisent simultanément.

Ainsi, la question de l’accueil des migrant-e-s fait émerger au niveau local de nouvelles modalités d’agir à travers une gouvernance de l’accueil multi-acteurs instaurant de fait un nouveau cadre de réflexion sur le droit. En effet, par ses manifestations de la décentralisation qui s’organisent dans le cadre du droit d’un Etat unitaire, les collectivités territoriales élaborent leurs propres programmes, leurs stratégies pour répondre à ces nouveaux défis. Du processus à l’œuvre depuis plusieurs décennies par l’ouverture des territoires au monde, l’internationalisation des territoires se double aujourd’hui d’une nouvelle logique, désormais interne. Les villes deviennent des intermédiaires nécessaires entre le global et le local. De ce mouvement, naissent des dispositifs en apparence favorables à l’accueil mais qui peuvent être aussi créateurs d’inégalités d’un territoire à l’autre.

C’est pourquoi en examinant la diversité des réponses institutionnelles à l’accueil des migrant-e-s en se plaçant au-delà de la seule structuration de l’appareil administratif de l’État, c’est à dire en étudiant l’ensemble des interactions du territoire (collectifs de citoyens informels, associations…), il conviendra d’identifier les mutations du droit des collectivités territoriales qui interrogent les logiques juridiques et administratives de catégorisation et de sectorisation. Il s’agit aussi et plus largement d’appréhender le discours juridique sur le « local » pour accéder à la teneur actuelle du mouvement de décentralisation et du droit en contexte, comme l’ensemble de ses implications avec les échelons supérieurs.

Lison Leneveler, doctorante en droit public, Centre de recherches juridiques, Grenoble Alpes

 

Élaboration, pérennité et adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires, les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle.

Le bâtiment public ordinaire du XXe siècle est aujourd’hui confronté à de nouveaux enjeux économiques, normatifs, énergétiques et patrimoniaux qui questionnent son entretien et son devenir. Les politiques publiques de l’Etat semblent à la recherche d’une vision globale qui permettrait d’articuler les différentes stratégies concernant les bâtiments des collectivités territoriales, avec la façon dont ceux-ci sont édifiés ou transformés pour y répondre.

Et d’un point de vue plus général, après un vingtième siècle où l’on a beaucoup construit, dans un contexte de nécessaire transition de notre environnement et de nos modes de vie, l’évolution des constructions existantes devient centrale dans la réflexion collective des acteurs du bâtiment, de la ville et des finances publiques. Le cadre bâti est alors souvent appelé patrimoine. Mais ce terme est utilisé de façon très différente par les personnes pratiquant la « gestion patrimoniale » (au sens propre d’un patrimoine immobilier ou financier) et les personnes se préoccupant des enjeux de « patrimoine naturel et culturel » collectif (au sens figuré d’un bien qui présenterait un intérêt pour la collectivité des citoyens, sans nécessairement lui appartenir au sens propre).

Cette situation place le « patrimoine public » dans un statut ambigu : approche immobilière publique ou approche culturelle et environnementale se réclament toute deux d’un « patrimoine commun » à une collectivité territoriale, nationale, voire humaine. Elles n’appellent cependant pas toujours les mêmes réponses opérationnelles face à la question de l’adaptation des édifices publics déjà construits.

Parallèlement, la recherche sur l’architecture et l’urbanisme du XXe siècle se pose peu la question du bâtiment public ordinaire, si on compare cet objet de recherche au logement, amplement traité, ou aux édifices remarquables, publics ou privés, qui constituent le principal objet de l’histoire de l’architecture.

La nécessité d’adapter les édifices publics n’est pourtant pas nouvelle : du fait de leurs missions d’intérêt général, ils sont structurellement en transition perpétuelle. La transformation progressive des parcs d’édifices publics au gré de l’évolution des besoins des territoires traverse tout le XXe siècle. Elle est intrinsèque à la fonction de ces équipements, censés s’adapter aux différentes formes de l’action publique et du service rendu aux populations. Pourtant, ces réseaux d’édifices gérés par des collectivités présentent aussi une certaine permanence urbaine. Chaque génération de gestionnaire est donc amenée à réinvestir l’héritage construit de la collectivité pour répondre à des besoins contemporains et anticiper l’avenir. L’édifice public est donc constamment en prise avec des temporalités différentes qu’il s’agit de coordonner pour le conserver et l’adapter. Et ce phénomène ne peut que s’accélérer du fait des mutations rapides que traversent nos sociétés contemporaines.

Quelles sont les capacités d’adaptation et les conditions d’évolutivité d’un réseau de bâtiments publics communaux construit au XXe siècle ?

La thèse se propose de travailler cette question autour du cas particulier d’un parc de 165 établissements recevant du public (ERP) gérés par la Ville de Villeurbanne, sur une centaine d’années. Construite au fil du XXe siècle, cette série d’édifices présente des caractéristiques architecturales très variées, sur les plans fonctionnel, morphologique, technique, visuel, et constitue, à ce titre, un échantillon représentatif.

En procédant à une analyse typo-morphologique, mais aussi historique, technique, géographique et parfois sémiologique, il s’agit de comprendre comment et pourquoi les bâtiments publics villeurbannais ont été édifiés puis transformés, sur l’ensemble du XXe siècle. La thèse tentera aussi d’apporter un éclairage nouveau sur le bâtiment public ordinaire, en adoptant à l’échelle architecturale des méthodes déjà utilisées à l’échelle urbaine pour comprendre la fabrique de la ville ordinaire, en convoquant dans le champ du banal les méthodes d’analyse récentes du patrimoine bâti remarquable du XXe siècle, mais aussi en s’appuyant sur les résultats de recherche existants concernant certaines typologies d’édifices publics. Les considérations morphologiques pourront compléter les recherches existantes sur les formes des villes durables. Et la typologie établie, ainsi que la description matérielle du corpus contribueront à structurer un type de données qui fait aujourd’hui défaut, malgré le caractère stratégique des édifices publics dans les transitions de nos sociétés contemporaines.

Nolwenn Le Goff, qui sera inscrite à la rentrée 2017 en Doctorat à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon

 

Quand Marseille renseigne Villeurbanne : pour une sociogenèse de l’engagement politique et syndical en milieu précaire. Enquête auprès de travailleuses et travailleurs du nettoyage

La recherche doctorale en cours propose de renseigner les logiques d’un recours à l’engagement syndical, voire à une mobilisation collective, de la part de travailleuses et de travailleurs à l’épreuve de différentes formes de dominations : en termes de rapports de classe, de genre, de “race”, etc. En choisissant deux terrains d’étude différents, ce travail insistera également sur la dimension spatiale de ce qui rend possible la/les mobilisation(s).

Afin de saisir d’éventuelles spécificités territoriales, il semble intéressant de mettre en perspective le terrain villeurbannais avec un terrain secondaire, la ville de Marseille. À Villeurbanne, les personnes constituant l’échantillon de la recherche sont relativement peu mobilisées, ce qui laisse davantage de place à la reproduction des dominations, tandis qu’à Marseille où les mobilisations s’organisent de manière régulière et récurrente depuis la fin de l’année 2015, les dominations sont à la fois davantage repérées et dénoncées. Or en termes de représentativité sociologique, la configuration villeurbannaise semble être plus ordinaire et, donc, plus illustrative des logiques de domination au sein desquelles les travailleuses et les travailleurs précaires se trouvent pris. Ainsi, cette enquête multi-située permettra de renseigner le cas ordinaire de Villeurbanne par une mise en perspective avec un phénomène extra‑ordinaire : la mobilisation de femmes et d’hommes (moins nombreux) de ménage à Marseille.

Cette enquête est menée auprès de femmes et hommes de ménage ayant dans leur trajectoire professionnelle rencontré la possibilité d’un engagement syndical. En proposant de suivre ces travailleuses et ces travailleurs durant plusieurs années (l’enquête de terrain a débuté en avril 2016), je souhaite, dans une perspective générique, décrire les conditions locales de possibilité et de non possibilité de l’engagement politique – entendu au sens large du concept – en milieu social précaire.

En effet, le secteur du nettoyage est emblématique de la précarisation du travail et de l’emploi : socialement dévalorisé, il repose sur une division sexuelle et ethnique du travail. Les salarié·e·s du nettoyage subissent, du fait de la tertiarisation et des processus d’externalisation, des temps partiels décalés et des conditions de travail pénibles la plupart du temps non reconnues comme telles. Souvent signés faute de mieux, les temps partiels imposent à ces salarié·e·s une véritable “violence économique”.

J’ai choisi une entrée par l’engagement syndical de certain·e·s de ces travailleur·e·s en considérant le recours au syndicat comme une ressource à la fois symbolique et matérielle pour faire face à la précarité. Mais, si cette recherche propose de décrire les processus menant certains individus (partageant des situations de travail identiques) à s’engager dans une action collective, dans une posture comparative, il apparaît crucial pour décrire comment certain·e·s s’engagent, de décrire également comment d’autres ne s’engagent pas ou s’engagent ailleurs ou dans autre chose. Ainsi, je souhaite identifier d’autres types de ressources (associatives, familiales, religieuses etc.) pouvant jouer comme autant de manière de composer avec cette précarité.

L’enquête a privilégié une démarche ethnographique. En effet, j’ai d’abord été embauchée à Villeurbanne en tant que « chargée de développement » pour une durée de six mois au sein d’un syndicat spécialisé dans la défense juridique de travailleuses et travailleurs précaires : la CNT-Solidarité Ouvrière. Cette immersion sur le terrain a permis de mener une véritable observation participante et de glaner un maximum d’informations sur la configuration syndicale et salariale. La méthode repose donc sur plusieurs matériaux d’enquête : l’observation multi-située des salariés en diverses situation (permanences syndicales, piquets de grèves, audiences prud’homales, manifestations, négociations avec les employeur·e·s, etc.) mais également la pratique d’entretiens répétés dans le temps[1].

[1]En tout, ce sont quarante et une personnes travaillant dans le secteur du nettoyage qui ont été rencontrées et plus de soixante entretiens enregistrés ont été menés auxquels s’ajoutent de nombreuses discussions informelles et une dizaine d’entretiens réalisés auprès des juristes et des salarié·e·s du syndicat. 

Saphia Doumenc, doctorante en Science politique, Université Lyon 2 (Triangle/LEST)

Les projets de reconversion architecturale à Villeurbanne: un développement urbain durable qui valorise le passé industriel est-il possible ? Le cas du projet Grandclément-gare.

L’urbanisme et l’architecture d’une ville sont le reflet de son histoire. Dans le cas de Villeurbanne, les traces matérielles laissées par l’industrialisation du début du XXe siècle sont néanmoins très diffuses. Les projets de renouvellement urbain, en mettant constamment en œuvre la méthode de la tabula rasa, ont effacé une grande partie du passé industriel qui a été fondamental pour le développement de la ville. Cependant, l’identité ouvrière est toujours présente dans les discours des acteurs politiques villeurbannais, même si les lieux auxquels ces mémoires sont associées disparaissent progressivement et de manière très rapide. Conserver le bâti industriel désaffecté constitue un obstacle pour les objectifs de densification et de transformations urbaines d’aujourd’hui, tandis que sauvegarder une mémoire ouvrière dissociée du lieu ne contraint ces objectifs. De plus, la ville se trouve dans un contexte de fort renouvellement de la population communale, dont une grande proportion n’a pas connu le Villeurbanne d’avant la désindustrialisation des années 1960-1970 [1].

Mais qu’adviendra-t-il de cette mémoire sociale ouvrière, qui définit l’identité de la ville, une fois que les lieux seront effacés du territoire? Est-ce que les générations futures connaîtront et se réapproprieront cette mémoire? Est-ce que la mémoire peut vraiment survivre sans être ancrée au lieu qui l’a engendrée? Est-ce que cette démarche mémorielle peut aboutir à un processus de patrimonialisation? Comment pourrait-on avancer vers un avenir durable pour Villeurbanne qui prenne en compte les nécessités de la population sans oublier son passé, ses origines, son histoire? Les projets de reconversion et de recyclage architectural sont une manière de valoriser le passé industriel et ouvrier en même temps que de réfléchir sur la ville de demain. Pour cette raison, les questions de mémoire et d’aménagement urbain doivent être réfléchies ensemble; les politiques du patrimoine ne peuvent plus être comprises sans tenir compte des politiques urbaines publiques [2].

Cette recherche se divise en deux parties. Premièrement, une étude des reconversions architecturales réalisées jusqu’à présent sera effectuée. Cette étude comparative poursuit deux grands objectifs: réaliser un état des lieux des changements d’usages des bâtiments d’époque industrielle les plus importants et les analyser dans une perspective patrimoniale et sociale. Afin de réaliser cette partie, je vais principalement m’appuyer sur les Archives municipales de Villeurbanne et les principaux ouvrages concernant la ville. La deuxième partie s’inscrit dans le cadre d’une recherche action dont le terrain est le quartier à caractère fortement industriel de Grandclément, qui est actuellement l’objet d’un grand projet urbain de réaménagement. Un Plan Guide du projet a déjà été réalisé par un cabinet d’experts et le nouveau PLU-H au niveau de la ville sera également approuvé en 2018. Ces deux documents institutionnels “dessinent” l’avenir du quartier, mais qu’est-ce que les habitants souhaitent? Quels sont leurs besoins? Quelle est leur position à l’égard du bâti existant? Pour ce faire, je vais consulter la presse locale et je vais aussi étudier les législations urbanistiques et le Plan Guide du nouveau projet. Il me faudra évidemment me rendre sur le terrain pour échanger avec les différents acteurs impliqués (une attention très spéciale sera portée à la population villeurbannaise, protagoniste de cette deuxième partie).

Marta Robles, Master Dyclam (dynamiques des paysages culturels et gestion du patrimoine), Université Jean Monnet, Saint-Étienne

[1] V. Veschambre (2014), « Production et effacement des lieux de mémoires dans une commune-centre anciennement industrielle : le cas de Villeurbanne (France) », Journal of Urban Research, Special issue 5

[2] “Heritage policies can no longer been understood without taking into account cities’ public policies”.

La pratique du supportérisme au basketball : enquête au sein des “3A”

Le supportérisme en sociologie a souvent été étudié dans le monde du football. Ce projet de recherche de Master 2 va alors s’intéresser à un autre sport majeur – bien que moins médiatisé – dans le paysage sportif français : le basketball.

Le basketball fait partie des sports les plus pratiqués en France et est au centre de l’image sociale de Villeurbanne puisque l’équipe de l’ASVEL est une figure de proue du basketball national. L’équipe, forte de ses résultats, a une grande côte de popularité nationale et régionale et est encouragée par deux associations de supporters officielles, dont une historique nommée les « 3A » (Association des Abonnés de l’ASVEL), créée en 1995. C’est au sein de cette association historiquement et légitimement installée au cœur des tribunes depuis plus de vingt ans que nous allons mener notre enquête afin d’étudier son organisation et son influence sur la vie du groupe et ses membres. Nous partons, pour cela, du postulat que l’organisation structurelle de l’association de supporters détermine également les décisions, actions et interactions de ses différents membres. Il s’agira alors ici de s’intéresser à la vie sociale du groupe et ses répercussions sur les supporters en l’analysant en fonction de la structure et de l’organisation associative comme le suggère Ludovic Lestrelin.[1] Nous porterons pour cela une attention toute particulière aux socialisations et trajectoires biographiques de la direction et des membres de cette association qui seront analysées en fonction des responsabilités occupées.

De plus, ce club si important pour l’image de la ville de Villeurbanne, est un puissant indicateur d’identification locale et un espace d’expression culturelle et de socialisations privilégié pour ces supporters qui ont l’habitude de se retrouver avant, pendant et après les rencontres au sein de l’infrastructure de l’Astroballe. De ce fait, nous pouvons nous demander quels attachements et significations représente ce lieu symbolique qu’est l’Astroballe ? Est-ce qu’ils assimilent directement le club de l’ASVEL à la ville de Villeurbanne ? De même, comment s’identifient-ils à une équipe au sein d’un sport qui a pour particularité de connaître des changements soudains d’effectifs très fréquents ?

Nous pouvons également nous demander si cette association ne représente pas plus qu’un simple rassemblement de supporters. Il semble, en effet, important pour les membres d’appliquer une portée sociale et solidaire à leur association. Le prix de l’abonnement est par exemple à moitié prix pour les demandeurs d’emplois et les étudiants. En quoi ce supportérisme pourrait alors se rapprocher d’une mobilisation sociale et politique locale ?

Pour tenter de répondre à ces questions, nous utiliserons une méthodologie visant à recueillir des témoignages, parcours biographiques et représentations des différents membres sur leur pratique afin de les réinscrire dans des logiques d’actions et d’engagements. Abonné à l’association pour cette année, j’aurai ainsi l’occasion de multiplier les entretiens et observations participantes (d’octobre 2016 à juin 2017). J’espère ainsi obtenir une dizaine d’entretiens avec la direction de l’association et d’autres membres des « 3A » ainsi que plusieurs observations durant les matchs, déplacements, assemblées générales et autres rassemblements officiels et officieux qui me permettront de saisir les dits (et les non-dits) et d’observer la pratique du supportérisme en train de se faire.

Hugo Mastrodonato, Master 2 en sociologie, Lyon 2

 

[1] Lestrelin L., « De l’avantage de comparer les carrières supportéristes à des carrières militantes », Sciences sociales et sport, n° 8, 2015/1, p. 51-77

 

L’immigration portugaise dans l’Est lyonnais, de 1963 à 1974

Sous la direction de Philippe Rygiel, je travaille sur l’immigration portugaise qui s’est implantée dans l’Est de l’agglomération lyonnaise, entre 1963 et 1974. Par ce mémoire de recherche, j’espère mieux comprendre un phénomène migratoire de grande ampleur et qui n’a paradoxalement été que très peu étudié à des échelles locales.

Plus précisément, ma recherche s’intéresse aux différentes institutions, étatiques ou associatives, qui encadrèrent la population portugaise arrivant massivement dans ces communes dès le milieu des années 1960. Les bornes chronologiques que j’ai choisies renvoient à des critères contextuels. En effet, un bureau de l’Office National de l’Immigration s’installe en 1963 à Lisbonne, ouvrant largement la porte vers la France aux travailleurs portugais, et en 1974, à la suite de la crise économique provoquée par le premier choc pétrolier, les frontières françaises sont fermées pour toutes les populations étrangères cherchant à venir travailler en France.

Les questions que soulève cette étude concernent d’une part l’immigration et sa prise en charge par les autorités administratives, une immigration qui connut son apogée en 1968, soit un moment de grande instabilité politique en France. D’autre part, ce travail appellera à une réflexion sur le vécu communautaire des portugais. Se sentaient-ils part d’une diaspora ou vivaient-ils leur migration plus individuellement ? Je m’interrogerai donc sur l’agency des individus, soit leur capacité d’être acteurs de leurs trajectoires migrantes à l’échelle individuelle et familiale.

Pour réaliser cette recherche, je m’appuie en priorité sur les Archives Départementales du Rhône ainsi que sur les Archives Municipales des communes concernées : Villeurbanne bien sûr, mais aussi Lyon et d’autres communes de l’Est lyonnais comme Vaulx-en-Velin et Vénissieux. Pour pouvoir mieux comprendre le processus d’individuation de ces parcours migratoires, je vais prochainement réaliser des entretiens avec des acteurs de ce phénomène, pouvant être des membres d’associations ou des personnes ne présentant pas de réel engagement dans leur communauté. Le concept d’individuation, dans ce sens, permettrait de mieux étudier la place prise individuellement par les différents acteurs dans un contexte qui prend place à une plus grande échelle.

Louis Verger, Master 2 en histoire, parcours Construction des sociétés contemporaines, ENS de Lyon

De l’exil politique à l’engagement associatif local : le cas de l’AFAL à Villeurbanne (1979-2015)

       Comment, à partir d’une situation de déracinement, d’exil, en vient-on à s’implanter durablement dans un lieu nouveau, et à s’engager dans la vie civique et associative de l’espace dans lequel on arrive ? L’étude de l’AFAL (Association France-Amérique latine) fondée en 1979 à Villeurbanne, peut constituer une entrée pour apporter des éléments de réponse à cette question. Cette association, créée par des exilés des dictatures latino-américaines (notamment chilienne), s’applique depuis les années 1980 à transmettre à Villeurbanne, et dans l’agglomération lyonnaise plus largement, une vision alternative de l’Amérique latine, à distance des images stéréotypées qui peuvent circuler en général en France. L’AFAL s’applique également à transmettre la mémoire des dictatures sanglantes mises en place avec l’aide des Etats-Unis à partir de la fin des années 1960 dans presque tous les pays du Cône Sud et de l’Amérique centrale ; dictatures qui ont conduit à la mort de milliers de personnes, ou à l’exil de milliers d’autres, dont une partie est venue se réfugier en Europe, et notamment en France. On le voit bien : l’engagement de cette association est lié au passé de ses membres, qui ont connu le déracinement et veulent témoigner, par le biais de l’association, de ce qu’a représenté, pour eux, la mise en place des dictatures en Amérique latine.

      Ce sujet lie donc des problématiques d’histoire et de mémoire, et interroge : quelles sont les conditions qui conduisent des « déracinés », des exilés, à se réimplanter dans un lieu nouveau, et à s’y engager? Dans quelle mesure cet engagement est-il une réponse, un moyen de faire face au traumatisme de l’exil et du déracinement ?

     Pour répondre à ces questions, il convient de porter un regard sur les différents faits qui ont conduit à l’installation de l’association à Villeurbanne : contexte dans les pays d’origine, mais également contextes français et villeurbannais, qui ont pu présenter un terreau favorable à l’engagement citoyen de ces populations déracinées. Mais plus encore que l’installation, c’est l’enracinement de cette association dans l’espace de Villeurbanne qu’il est intéressant d’observer. Par l’étude du fonds d’archives de l’association récemment déposé au Rize, complétée par des témoignages oraux de ses membres, on cherchera à replacer l’AFAL dans le réseau associatif et militant de la commune. On tentera également de voir en quoi les actions de l’association reflètent un engagement citoyen qui vise à la dénonciation des conditions de répression des dictatures. Cela permettra de voir si les latino-américains de l’AFAL ont réussi, par le biais de l’association, à renouer un lien avec leur région d’origine, quand bien même les autorités de ces pays s’étaient appliquées à les éloigner de la scène politique et sociale du continent. Ainsi, étudier les actions menées par l’AFAL – et la vision qu’elle présente de l’Amérique latine – apparaît être une manière de rendre compte de ce qu’est l’exil, et de ce qui permet de supporter cette épreuve et de s’y adapter. Par la fondation même de l’AFAL, les exilés ont pu continuer à revendiquer leur culture et leur origine, tout en les inscrivant dans un cadre nouveau, celui de Villeurbanne. L’association sert donc de liant à deux mondes, celui de l’origine, et celui de l’arrivée.

     Ainsi, par l’étude approfondie de l’AFAL, de ses origines, de ses membres, de ses actions et de son évolution, on peut rendre compte des modalités de l’exil et des réponses trouvées par des déracinés pour se réimplanter dans un lieu nouveau, pour continuer à être latino-américain en France.

Adrien Miachon, Master 1 en histoire, mention Construction des sociétés contemporaines, Lyon 3