Pratiques, transmissions et médiations des « danses d’ailleurs » à Villeurbanne

Parce qu’immigrer revient à se mouvoir, parce que ce mouvement relève d’un déplacement culturel, les migrations concernent doublement les danses : en tant qu’objet culturel et forme de mobilité. Selon cette approche, les recherches actuelles en Anthropologie de la danse permettent de concevoir de façon nouvelle la mise en mouvement de la mémoire migratoire. Étudier la variété des pratiques des « danses d’ailleurs » dans une ville façonnée par l’immigration telle que Villeurbanne ouvre ainsi des perspectives pour mieux comprendre certains phénomènes d’emprunts, de transferts et de recomposition qui régissent l’identité – sans cesse mouvante – de la cité.

Comment les danses suivent-elles les déplacements migratoires ? Comment l’histoire des immigrations de la ville s’imprime-t-elle dans la pratique de la danse ? De quelles transmissions les danses sont-elles l’objet ?

En considérant les relations entre science et citoyenneté mises en jeu par un tel projet, une approche participative et collaborative me semble indispensable. Cela implique, de mettre en œuvre une forme de médiation en faveur de synergies locales ; je souhaite par conséquent orienter mes recherches en vue de l’élaboration d’outils visant à favoriser la circulation des pratiques de ces « danses du monde » à Villeurbanne.

Selon une approche pluridisciplinaire convoquant à la fois Anthropologie, Sciences de l’éducation, et Danse – comme pratique et champ d’étude –, ce travail suivra deux étapes successives. Il s’agira dans un premier temps d’établir une cartographie des pratiques actuelles des « danses d’ailleurs » à Villeurbanne à partir du répertoire des écoles, associations, institutions culturelles, projets et évènements divers tournés vers ces types de danses. Selon une méthodologie immersive, cette première étape sera complétée non seulement par la réalisation d’observations participatives et d’entretiens avec divers acteurs du secteur mais aussi par l’expérience de l’apprentissage de certaines de ces danses. Dans un deuxième temps, il s’agira d’élaborer, en collaboration avec les acteurs intéressés, des outils et/ou actions de médiations qui permettent de valoriser la singularité de cette forme mouvante de patrimoine migratoire. Autrement dit, ce travail prétend, à sa mesure, contribuer à l’insertion de la recherche scientifique, conçue à partir de la notion même de médiation, au cœur du tissu social.

Raissa Batista Fonseca, master 2 Anthropologie, parcours « nouveaux modes de médiation », Université Lyon 2

Les Charpennes : un quartier d’une ville ouvrière (1900-1939)

Lyon-Les Charpennes Grande Rue, actuelle rue Gabriel Péri,
Carrier édit., 9×14 cm, 1904-1920 (AMV – 2 Fi 85)

Les Charpennes, héritant leur nom du latin « carpenum », charmille ou charme, jouxtant Lyon, sont situés à l’est des Brotteaux et au sud du Tonkin actuel. À la faveur de l’urbanisation de la rive gauche du Rhône marquée par la construction du pont Morand en 1784, ce quartier se développe de manière fulgurante dans la seconde partie du XIXe siècle, se transformant, comme le rappelle son étymologie, d’espace rural en espace urbanisé et, de plus, fortement industrialisé. Cette étude s’inscrit dans un cadre chronologique se déployant entre le tournant du XXe siècle et la veille de la Seconde Guerre mondiale – non seulement pour des raisons bibliographiques mais essentiellement en raison des nombreuses transformations que connaît ce quartier au cours de cette période. En effet, il est intéressant de constater comment ce quartier, dont l’occupation remonte à l’époque gallo-romaine, a évolué en fonction de ses acteurs et usages au regard de plus larges problématiques contemporaines et de ses fortes spécificités permettant de délimiter un espace cohérent.

Nous pouvons résumer l’approche choisie en trois principaux axes. Le premier s’attache aux mémoires urbaines de ce quartier, à travers l’attention accordée à son maillage spatial ainsi qu’à son architecture. Cet espace, qui avait déjà été fortement remanié à la suite des inondations successives du Rhône et en particulier celle de 1856, connaît encore une vaste transformation au début du XXe siècle coïncidant avec un fort accroissement de la population, de nouvelles problématiques industrielles, un urbanisme naissant et s’affirmant comme discipline ainsi qu’avec un souci hygiéniste sincère, le tout dans un contexte d’intense innovation technique. Il s’agit ainsi d’étudier le type de construction choisie, l’amplification du bâti mais aussi tout ce qui relève de la voirie et des infrastructures sociales et urbaines et, par conséquent, des politiques et de la législation urbaines.

Le deuxième axe concerne la population des Charpennes, haut lieu de l’identité ouvrière présente à Villeurbanne ayant de surcroît bénéficié du mouvement migratoire en pleine augmentation et diversification à cette époque, conséquence tant des aléas contemporains que de la politique migratoire menée par la France. Cette population contribue à façonner la vie et le caractère de ce lieu, constitué de nombreuses associations et agrémenté de rencontres variées, propres à ce quartier et encouragées par la politique conduite par la municipalité de Villeurbanne.

Enfin, l’aspect économique est le dernier grand thème de ce travail, étant fondamental pour ce quartier dont la croissance est principalement liée à l’industrie et plus spécifiquement au secteur textile qui présente aux Charpennes quelques singularités, à savoir celles d’une présence industrielle ancienne comprenant la persistance de petites unités textiles dont les figures de proue sont les tullistes.

Les principales sources mobilisées pour ce travail sont les recensements de population pour les douze rues[1]formant le « triangle » ancien des Charpennes – facilement reconnaissable sur les cartes – , les comptes-rendus des conseils municipaux de Villeurbanne, de nombreux et divers documents figurés (cartes postales, photographies, cadastre, cartes et plans), les deux revues La construction lyonnaise et Le peuple de Lyon, des traités d’urbanisme contemporains de la période étudiée ainsi que des sources orales.

Ainsi, l’objectif de ce travail est de réaliser une monographie de faubourg, d’en constater l’évolution au travers des transformations urbaines, architecturales et sociales de ce territoire mais bien aussi, par voie de conséquence, des évolutions économiques, techniques et politiques.

[1] À savoir la Grande rue des Charpennes, la route de Vaulx, la rue des Charmettes, la rue du Célibataire (rue Hector Berlioz), la rue de l’Égalité (rue Georges Bussière), la rue Jubin, la rue de la Madeleine (Rue Pierre Larousse), la rue Melzet, la rue de Milan, la rue Neuve (rue Francis de Pressensé) et la petite rue Neuve (rue Eugène Manuel) ainsi que la place des Charpennes (place Wilson).

Mathilde Delamare, Master 2 en Histoire contemporaine, Université Lumière – Lyon 2

Organisation du travail d’animation et socialisation genrée en accueil de loisirs

Cette enquête de terrain, réalisée en parallèle à la MJC de Villeurbanne et au centre social de la Ferrandière, a pour objectif d’analyser la manière dont l’organisation du travail d’animation contribue ou non à renforcer la socialisation genrée. La socialisation de genre, qui renvoie au processus par lequel les enfants apprennent les attentes sociales, les attitudes et les comportements typiquement associés aux garçons et aux filles, fait l’objet d’études de plus en plus nombreuses dans le milieu scolaire.

Au-delà de l’école, le rôle de la famille, des médias et des pairs dans cette socialisation est également particulièrement renseigné. En revanche, très peu d’études se consacrent aux accueils de loisirs qui sont pourtant des structures proches de l’école organisant également des activités éducatives sous une autre forme.

Mon étude se concentre sur la tranche d’âge des 6-11 ans qui correspond à la période précédant l’entrée dans la préadolescence, période durant laquelle la plupart des enfants fréquentent l’école élémentaire. Les accueils de loisirs ont généralement tendance à subdiviser cette tranche d’âge en deux groupes car les besoins ne sont pas exactement les mêmes : les 6-8 ans d’un côté et les 9-11 ans de l’autre. C’est une période de renforcement de l’identité sexuée[1] de l’enfant qui a tendance à s’identifier fortement aux personnes du même sexe du fait d’un mimétisme très développé. Les enfants entretiennent généralement une certaine forme de proximité avec les animateurs et animatrices qui sont des adultes (souvent jeunes) ne représentant pas l’autorité de la même manière que les parents ou les instituteurs et institutrices. Cette proximité peut être un terreau particulièrement favorable à l’identification et au mimétisme lorsque ces adultes sont pris pour « modèles » par les enfants.

La démarche méthodologique que j’ai choisi d’adopter, ancrée en sociologie du genre, combine trois entrées différentes et complémentaires. Des observations en accueils de loisirs, tout d’abord, durant des journées complètes (en vacances scolaires) et des mercredis après-midi hors vacances scolaires. Étant moi-même animatrice BAFA[2], j’ai pensé ces observations comme devant être de plus en plus participantes. Des entretiens ensuite, sont prévus avec les membres de l’équipe d’animation et de direction pour approfondir certaines questions. Des ateliers discussions avec les enfants, enfin, permettront de recueillir leurs points de vue en partant de dessins réalisés pour l’occasion. En croisant ces différentes entrées, l’objectif est de confronter les pratiques du terrain avec, à la fois, les discours des adultes et les représentations des enfants.

Parmi les sujets au cœur de cette étude on retrouve principalement la question de la division sexuée du travail et ses implications concrètes, la mixité et les différentes manières dont celle-ci peut-être envisagée ainsi que les enjeux liés à la transgression des normes de genre par rapport notamment aux codes hétérosexuels dominants. C’est finalement la question de l’existence d’une forme de « police de genre » en accueils de loisirs qui est posée…

[1]      Entendue comme la façon dont une personne ressent son appartenance à un groupe de sexe et construit un rapport singulier au genre (Véronique Rouyer).

[2] Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur.ice : diplôme permettant d’encadrer des enfants en accueils collectifs à titre non professionnel, de façon occasionnelle.

Julie Fraioli, Master 2 Inégalités et discriminations, Université Lyon 2

Le quartier des Gratte-Ciel au prisme du genre

Depuis quelques décennies, des chercheur.es s’intéressent à un impensé des disciplines liées à l’urbanisme et l’architecture : le genre. La ville peut ainsi être lue comme un espace construit par des rapports sociaux de sexe qui évoluent en fonction des contextes sociaux et culturels (Coutras 1996). Ce prisme du genre permet de mettre au jour des mobilités sexuées différenciées dans la ville, comme le fait que les femmes traversent l’espace public alors que les hommes s’y posent plus volontiers. Il révèle l’existence de « murs invisibles » (Di Méo 2011) qui impactent les itinéraires des unes alors que les autres ne les perçoivent pas. Il prend en compte la division sexuée du travail et les inégalités dans la répartition des tâches domestiques qui engendrent des usages et des appréciations différenciés de la ville selon le sexe.

Analyser l’espace du point de vue du genre, c’est aussi interroger la dichotomie entre espace public et espace privé. Dans l’imaginaire collectif traditionnel, les hommes investissent l’espace public et politique alors que les femmes règnent en maîtresse de maison dans l’intimité du logis. Au XXème siècle, cette partition est largement mise à mal par l’accès massif des femmes au travail et le développement des loisirs, floutant ainsi des frontières a priori bien établies. C’est donc dans un continuum spatial, du logement à la rue, en passant par les parties communes que se jouent les rapports de genre.

Par leur statut de cœur de ville et de patrimoine urbain, les Gratte-Ciel de Villeurbanne constituent un terrain d’analyse passionnant à l’intersection de l’architecture et de la sociologie du genre. Inauguré en 1934,  le quartier est un produit de l’hygiénisme social et promet alors de changer la vie des ouvrier.es de Villeurbanne grâce à ses innovations sanitaires et architecturales comme le chauffage urbain,  les vide-ordures, et les terrasses en gradin de ses logements en hauteur qui garantissent ensoleillement et ventilation. Bordant l’avenue Henri Barbusse, les immeubles continuent aujourd’hui d’abriter près de 1500 locataires. Cette recherche est l’occasion de porter un nouveau regard sur ce quartier en se demandant comment vit-on aux Gratte-Ciel selon que l’on est un homme ou une femme ?

L’étude explorera les modes de vie, les aménagements, les sociabilités, les rapports au quartier ou encore les mobilités des habitant.es dans une perspective de genre. A l’échelle du logement, de l’immeuble et du quartier, il s’agira de voir comment les caractéristiques de l’espace peuvent cristalliser des rapports sociaux de sexe et inversement. La petitesse des appartements, la grandeur des circulations et des terrasses, l’apparente homogénéité des logements qui masque les disparités spatiales entre les appartements ou encore la structure des bâtiments qui permet de modifier le cloisonnement mais qui présente de faibles propriétés d’isolation acoustique sont-ils vécus par tou.te.s de la même façon ? L’espace des Gratte-Ciel peut-il être approprié par ses habitant.es de manière égalitaire ? A travers une analyse architecturale couplée à des entretiens semi-directifs avec des habitant.es du quartier, on tâchera ainsi d’illustrer le double mécanisme à l’œuvre entre genre et espace.

Laura Heyndrickx, Master 2 –Egalités FC, Université Lyon 2

Les mutations du droit des collectivités territoriales à travers l’accueil des migrant-e-s

Si les mouvements migratoires de ces dernières années sont assimilés à un phénomène dit de « crise » auquel les pouvoirs publics souhaitent répondre urgemment, la « crise migratoire » semble cacher bien d’autres maux. En raison de nombreux conflits polymorphes qui secouent le continent africain et le flanc est de l’Europe, de nombreuses personnes contraintes au départ se dirigent vers les pays européens, réputés États de droit. Ces derniers alors engagés à différents niveaux disposent de plusieurs outils conventionnels pour accueillir. Ce sont toutefois des politiques européennes d’immigration basées sur des logiques de fermeture et de sécurité sciemment choisies qui continuent d’affecter les droits et libertés fondamentaux.

A première vue, les collectivités territoriales peuvent sembler ne pas être des acteurs de premier plan dans l’accueil des migrant-e-s. Pour autant ce sont bien elles qui grâce à des logiques d’adaptation et de proximité, sont susceptibles de se mobiliser qu’elles agissent dans un contexte guidé par la stratégie utilitariste de l’État ou qu’elles témoignent d’une volonté politique d’initiatives. En effet, récemment liées au « démantèlement » de la jungle de Calais et à la relocalisation des migrant-e-s vers différents centres d’accueil et d’orientation, comme à l’existence de camps de migrant-e-s auto-installé-e-s, ces questions préoccupent aujourd’hui l’échelon local.

Si l’accueil des migrant-e-s relève de la compétence de l’État par le biais de l’office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), il n’en demeure pas moins que cet accueil suscite une nouvelle lecture des compétences territoriales, induisant dans le même temps, une réflexion quant à la coordination des différentes échelles d’action mises en place dans un contexte dominé par l’urgence. En effet, les acteurs publics à différents niveaux de compétences, ainsi que des organisations et mouvements sociaux particuliers se mobilisent simultanément.

Ainsi, la question de l’accueil des migrant-e-s fait émerger au niveau local de nouvelles modalités d’agir à travers une gouvernance de l’accueil multi-acteurs instaurant de fait un nouveau cadre de réflexion sur le droit. En effet, par ses manifestations de la décentralisation qui s’organisent dans le cadre du droit d’un Etat unitaire, les collectivités territoriales élaborent leurs propres programmes, leurs stratégies pour répondre à ces nouveaux défis. Du processus à l’œuvre depuis plusieurs décennies par l’ouverture des territoires au monde, l’internationalisation des territoires se double aujourd’hui d’une nouvelle logique, désormais interne. Les villes deviennent des intermédiaires nécessaires entre le global et le local. De ce mouvement, naissent des dispositifs en apparence favorables à l’accueil mais qui peuvent être aussi créateurs d’inégalités d’un territoire à l’autre.

C’est pourquoi en examinant la diversité des réponses institutionnelles à l’accueil des migrant-e-s en se plaçant au-delà de la seule structuration de l’appareil administratif de l’État, c’est à dire en étudiant l’ensemble des interactions du territoire (collectifs de citoyens informels, associations…), il conviendra d’identifier les mutations du droit des collectivités territoriales qui interrogent les logiques juridiques et administratives de catégorisation et de sectorisation. Il s’agit aussi et plus largement d’appréhender le discours juridique sur le « local » pour accéder à la teneur actuelle du mouvement de décentralisation et du droit en contexte, comme l’ensemble de ses implications avec les échelons supérieurs.

Lison Leneveler, doctorante en droit public, Centre de recherches juridiques, Grenoble Alpes

 

Élaboration, pérennité et adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires, les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle.

Le bâtiment public ordinaire du XXe siècle est aujourd’hui confronté à de nouveaux enjeux économiques, normatifs, énergétiques et patrimoniaux qui questionnent son entretien et son devenir. Les politiques publiques de l’Etat semblent à la recherche d’une vision globale qui permettrait d’articuler les différentes stratégies concernant les bâtiments des collectivités territoriales, avec la façon dont ceux-ci sont édifiés ou transformés pour y répondre.

Et d’un point de vue plus général, après un vingtième siècle où l’on a beaucoup construit, dans un contexte de nécessaire transition de notre environnement et de nos modes de vie, l’évolution des constructions existantes devient centrale dans la réflexion collective des acteurs du bâtiment, de la ville et des finances publiques. Le cadre bâti est alors souvent appelé patrimoine. Mais ce terme est utilisé de façon très différente par les personnes pratiquant la « gestion patrimoniale » (au sens propre d’un patrimoine immobilier ou financier) et les personnes se préoccupant des enjeux de « patrimoine naturel et culturel » collectif (au sens figuré d’un bien qui présenterait un intérêt pour la collectivité des citoyens, sans nécessairement lui appartenir au sens propre).

Cette situation place le « patrimoine public » dans un statut ambigu : approche immobilière publique ou approche culturelle et environnementale se réclament toute deux d’un « patrimoine commun » à une collectivité territoriale, nationale, voire humaine. Elles n’appellent cependant pas toujours les mêmes réponses opérationnelles face à la question de l’adaptation des édifices publics déjà construits.

Parallèlement, la recherche sur l’architecture et l’urbanisme du XXe siècle se pose peu la question du bâtiment public ordinaire, si on compare cet objet de recherche au logement, amplement traité, ou aux édifices remarquables, publics ou privés, qui constituent le principal objet de l’histoire de l’architecture.

La nécessité d’adapter les édifices publics n’est pourtant pas nouvelle : du fait de leurs missions d’intérêt général, ils sont structurellement en transition perpétuelle. La transformation progressive des parcs d’édifices publics au gré de l’évolution des besoins des territoires traverse tout le XXe siècle. Elle est intrinsèque à la fonction de ces équipements, censés s’adapter aux différentes formes de l’action publique et du service rendu aux populations. Pourtant, ces réseaux d’édifices gérés par des collectivités présentent aussi une certaine permanence urbaine. Chaque génération de gestionnaire est donc amenée à réinvestir l’héritage construit de la collectivité pour répondre à des besoins contemporains et anticiper l’avenir. L’édifice public est donc constamment en prise avec des temporalités différentes qu’il s’agit de coordonner pour le conserver et l’adapter. Et ce phénomène ne peut que s’accélérer du fait des mutations rapides que traversent nos sociétés contemporaines.

Quelles sont les capacités d’adaptation et les conditions d’évolutivité d’un réseau de bâtiments publics communaux construit au XXe siècle ?

La thèse se propose de travailler cette question autour du cas particulier d’un parc de 165 établissements recevant du public (ERP) gérés par la Ville de Villeurbanne, sur une centaine d’années. Construite au fil du XXe siècle, cette série d’édifices présente des caractéristiques architecturales très variées, sur les plans fonctionnel, morphologique, technique, visuel, et constitue, à ce titre, un échantillon représentatif.

En procédant à une analyse typo-morphologique, mais aussi historique, technique, géographique et parfois sémiologique, il s’agit de comprendre comment et pourquoi les bâtiments publics villeurbannais ont été édifiés puis transformés, sur l’ensemble du XXe siècle. La thèse tentera aussi d’apporter un éclairage nouveau sur le bâtiment public ordinaire, en adoptant à l’échelle architecturale des méthodes déjà utilisées à l’échelle urbaine pour comprendre la fabrique de la ville ordinaire, en convoquant dans le champ du banal les méthodes d’analyse récentes du patrimoine bâti remarquable du XXe siècle, mais aussi en s’appuyant sur les résultats de recherche existants concernant certaines typologies d’édifices publics. Les considérations morphologiques pourront compléter les recherches existantes sur les formes des villes durables. Et la typologie établie, ainsi que la description matérielle du corpus contribueront à structurer un type de données qui fait aujourd’hui défaut, malgré le caractère stratégique des édifices publics dans les transitions de nos sociétés contemporaines.

Nolwenn Le Goff, qui sera inscrite à la rentrée 2017 en Doctorat à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon

 

Quand Marseille renseigne Villeurbanne : pour une sociogenèse de l’engagement politique et syndical en milieu précaire. Enquête auprès de travailleuses et travailleurs du nettoyage

La recherche doctorale en cours propose de renseigner les logiques d’un recours à l’engagement syndical, voire à une mobilisation collective, de la part de travailleuses et de travailleurs à l’épreuve de différentes formes de dominations : en termes de rapports de classe, de genre, de “race”, etc. En choisissant deux terrains d’étude différents, ce travail insistera également sur la dimension spatiale de ce qui rend possible la/les mobilisation(s).

Afin de saisir d’éventuelles spécificités territoriales, il semble intéressant de mettre en perspective le terrain villeurbannais avec un terrain secondaire, la ville de Marseille. À Villeurbanne, les personnes constituant l’échantillon de la recherche sont relativement peu mobilisées, ce qui laisse davantage de place à la reproduction des dominations, tandis qu’à Marseille où les mobilisations s’organisent de manière régulière et récurrente depuis la fin de l’année 2015, les dominations sont à la fois davantage repérées et dénoncées. Or en termes de représentativité sociologique, la configuration villeurbannaise semble être plus ordinaire et, donc, plus illustrative des logiques de domination au sein desquelles les travailleuses et les travailleurs précaires se trouvent pris. Ainsi, cette enquête multi-située permettra de renseigner le cas ordinaire de Villeurbanne par une mise en perspective avec un phénomène extra‑ordinaire : la mobilisation de femmes et d’hommes (moins nombreux) de ménage à Marseille.

Cette enquête est menée auprès de femmes et hommes de ménage ayant dans leur trajectoire professionnelle rencontré la possibilité d’un engagement syndical. En proposant de suivre ces travailleuses et ces travailleurs durant plusieurs années (l’enquête de terrain a débuté en avril 2016), je souhaite, dans une perspective générique, décrire les conditions locales de possibilité et de non possibilité de l’engagement politique – entendu au sens large du concept – en milieu social précaire.

En effet, le secteur du nettoyage est emblématique de la précarisation du travail et de l’emploi : socialement dévalorisé, il repose sur une division sexuelle et ethnique du travail. Les salarié·e·s du nettoyage subissent, du fait de la tertiarisation et des processus d’externalisation, des temps partiels décalés et des conditions de travail pénibles la plupart du temps non reconnues comme telles. Souvent signés faute de mieux, les temps partiels imposent à ces salarié·e·s une véritable “violence économique”.

J’ai choisi une entrée par l’engagement syndical de certain·e·s de ces travailleur·e·s en considérant le recours au syndicat comme une ressource à la fois symbolique et matérielle pour faire face à la précarité. Mais, si cette recherche propose de décrire les processus menant certains individus (partageant des situations de travail identiques) à s’engager dans une action collective, dans une posture comparative, il apparaît crucial pour décrire comment certain·e·s s’engagent, de décrire également comment d’autres ne s’engagent pas ou s’engagent ailleurs ou dans autre chose. Ainsi, je souhaite identifier d’autres types de ressources (associatives, familiales, religieuses etc.) pouvant jouer comme autant de manière de composer avec cette précarité.

L’enquête a privilégié une démarche ethnographique. En effet, j’ai d’abord été embauchée à Villeurbanne en tant que « chargée de développement » pour une durée de six mois au sein d’un syndicat spécialisé dans la défense juridique de travailleuses et travailleurs précaires : la CNT-Solidarité Ouvrière. Cette immersion sur le terrain a permis de mener une véritable observation participante et de glaner un maximum d’informations sur la configuration syndicale et salariale. La méthode repose donc sur plusieurs matériaux d’enquête : l’observation multi-située des salariés en diverses situation (permanences syndicales, piquets de grèves, audiences prud’homales, manifestations, négociations avec les employeur·e·s, etc.) mais également la pratique d’entretiens répétés dans le temps[1].

[1]En tout, ce sont quarante et une personnes travaillant dans le secteur du nettoyage qui ont été rencontrées et plus de soixante entretiens enregistrés ont été menés auxquels s’ajoutent de nombreuses discussions informelles et une dizaine d’entretiens réalisés auprès des juristes et des salarié·e·s du syndicat. 

Saphia Doumenc, doctorante en Science politique, Université Lyon 2 (Triangle/LEST)