Habiter les lieux-refuges : parcours résidentiels de femmes exilées à Villeurbanne

Camille Lassègue

Cette thèse abordera les « lieux-refuges » en tant qu’espaces d’habiter, de revendication et de construction d’une place dans la ville. Je désigne ici les logements, formels et informels, occupés notamment par des personnes en situation d’exil, notamment des squats et des centres d’hébergement. 

Cette approche permet d’envisager ces espaces et leurs habitant.es dans leur pratiques de transformation de la ville, collective et plurielle, à travers des pratiques d’habiter, de construction de réseaux urbains ou encore des mouvements de contestation. Il s’agira, à travers l’analyse des parcours, de comprendre les changements au sein des politiques sociales notamment d’accès à l’hébergement et au logement, tout en évoquant les stratégies et les luttes des personnes concernées pour faire avec ou faire face.

Malgré le caractère éphémère de ces lieux, ces pratiques laissent des traces mémorielles, qui peuvent inscrire ses habitant.es dans une mémoire de la ville et contribuer à légitimer leur présence. Basée sur une approche mélangeant différents médiums (photographie, vidéo, entretiens et observation filmante, traitement d’archives), cette thèse répond à plusieurs objectifs : comprendre et documenter les transformations actuelles de la mobilité et de l’espace urbain, s’inscrire dans une démarche engagée en donnant la parole aux populations invisibilisées et en produisant des images et des traces au plus proche du vécu, envisager l’anthropologie dans ses possibilités de transformation et de co-construction des savoirs et de mémoire.

Le terrain de recherche visera la ville de Villeurbanne, tout en s’étendant à la métropole lyonnaise.

Camille Lassègue, doctorante en anthropologie, Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains à Lyon.

 

Pratiques, transmissions et médiations des « danses d’ailleurs » à Villeurbanne

Raissa Batista Fonseca

Parce qu’immigrer revient à se mouvoir, parce que ce mouvement relève d’un déplacement culturel, les migrations concernent doublement les danses : en tant qu’objet culturel et forme de mobilité. Selon cette approche, les recherches actuelles en Anthropologie de la danse permettent de concevoir de façon nouvelle la mise en mouvement de la mémoire migratoire. Étudier la variété des pratiques des « danses d’ailleurs » dans une ville façonnée par l’immigration telle que Villeurbanne ouvre ainsi des perspectives pour mieux comprendre certains phénomènes d’emprunts, de transferts et de recomposition qui régissent l’identité – sans cesse mouvante – de la cité.

Comment les danses suivent-elles les déplacements migratoires ? Comment l’histoire des immigrations de la ville s’imprime-t-elle dans la pratique de la danse ? De quelles transmissions les danses sont-elles l’objet ?

Continuer la lecture de « Pratiques, transmissions et médiations des « danses d’ailleurs » à Villeurbanne »

Les Charpennes : un quartier d’une ville ouvrière (1900-1939)

Mathilde Delamare

Lyon-Les Charpennes Grande Rue, actuelle rue Gabriel Péri,
Carrier édit., 9×14 cm, 1904-1920 (AMV – 2 Fi 85)

Les Charpennes, héritant leur nom du latin « carpenum », charmille ou charme, jouxtant Lyon, sont situés à l’est des Brotteaux et au sud du Tonkin actuel. À la faveur de l’urbanisation de la rive gauche du Rhône marquée par la construction du pont Morand en 1784, ce quartier se développe de manière fulgurante dans la seconde partie du XIXe siècle, se transformant, comme le rappelle son étymologie, d’espace rural en espace urbanisé et, de plus, fortement industrialisé. Cette étude s’inscrit dans un cadre chronologique se déployant entre le tournant du XXe siècle et la veille de la Seconde Guerre mondiale – non seulement pour des raisons bibliographiques mais essentiellement en raison des nombreuses transformations que connaît ce quartier au cours de cette période. En effet, il est intéressant de constater comment ce quartier, dont l’occupation remonte à l’époque gallo-romaine, a évolué en fonction de ses acteurs et usages au regard de plus larges problématiques contemporaines et de ses fortes spécificités permettant de délimiter un espace cohérent.

Continuer la lecture de « Les Charpennes : un quartier d’une ville ouvrière (1900-1939) »

Organisation du travail d’animation et socialisation genrée en accueil de loisirs

Julie Fraioli

Cette enquête de terrain, réalisée en parallèle à la MJC de Villeurbanne et au centre social de la Ferrandière, a pour objectif d’analyser la manière dont l’organisation du travail d’animation contribue ou non à renforcer la socialisation genrée. La socialisation de genre, qui renvoie au processus par lequel les enfants apprennent les attentes sociales, les attitudes et les comportements typiquement associés aux garçons et aux filles, fait l’objet d’études de plus en plus nombreuses dans le milieu scolaire.

Continuer la lecture de « Organisation du travail d’animation et socialisation genrée en accueil de loisirs »

Le quartier des Gratte-Ciel au prisme du genre

Laura Heyndrickx

Depuis quelques décennies, des chercheur.es s’intéressent à un impensé des disciplines liées à l’urbanisme et l’architecture : le genre. La ville peut ainsi être lue comme un espace construit par des rapports sociaux de sexe qui évoluent en fonction des contextes sociaux et culturels (Coutras 1996). Ce prisme du genre permet de mettre au jour des mobilités sexuées différenciées dans la ville, comme le fait que les femmes traversent l’espace public alors que les hommes s’y posent plus volontiers. Il révèle l’existence de « murs invisibles » (Di Méo 2011) qui impactent les itinéraires des unes alors que les autres ne les perçoivent pas. Il prend en compte la division sexuée du travail et les inégalités dans la répartition des tâches domestiques qui engendrent des usages et des appréciations différenciés de la ville selon le sexe.

Analyser l’espace du point de vue du genre, c’est aussi interroger la dichotomie entre espace public et espace privé. Dans l’imaginaire collectif traditionnel, les hommes investissent l’espace public et politique alors que les femmes règnent en maîtresse de maison dans l’intimité du logis. Au XXème siècle, cette partition est largement mise à mal par l’accès massif des femmes au travail et le développement des loisirs, floutant ainsi des frontières a priori bien établies. C’est donc dans un continuum spatial, du logement à la rue, en passant par les parties communes que se jouent les rapports de genre.

Par leur statut de cœur de ville et de patrimoine urbain, les Gratte-Ciel de Villeurbanne constituent un terrain d’analyse passionnant à l’intersection de l’architecture et de la sociologie du genre. Inauguré en 1934,  le quartier est un produit de l’hygiénisme social et promet alors de changer la vie des ouvrier.es de Villeurbanne grâce à ses innovations sanitaires et architecturales comme le chauffage urbain,  les vide-ordures, et les terrasses en gradin de ses logements en hauteur qui garantissent ensoleillement et ventilation. Bordant l’avenue Henri Barbusse, les immeubles continuent aujourd’hui d’abriter près de 1500 locataires. Cette recherche est l’occasion de porter un nouveau regard sur ce quartier en se demandant comment vit-on aux Gratte-Ciel selon que l’on est un homme ou une femme ?

Continuer la lecture de « Le quartier des Gratte-Ciel au prisme du genre »

Histoire sociale d’un engagement : le Parti communiste français à Villeurbanne depuis l’après-guerre

Ludovic Rioux

Submergée par la vague rouge de 1935 lors de l’élection de Camille Joly à la mairie, Villeurbanne repassera aux mains des socialistes suite à la rupture de 1947. Plus grande ville de banlieue de France et deuxième ville de l’aire urbaine de Lyon en terme de population, Villeurbanne n’est pourtant pas une banlieue rouge. Au contraire, c’est sous le prisme du socialisme municipal que la gestion de la mairie fut le plus souvent analysée. Pourtant, le PC de Villeurbanne a servi à constituer un contre-pouvoir sur la gauche du PS, manquant parfois de rafler les élections comme en 1977. Lieu notable du communisme français, c’est à Villeurbanne que se déroule le congrès postérieur au plus gros succès d’avant-guerre du PCF. Encore aujourd’hui, une rue du quartier Saint-Jean porte les noms du candidat à l’élection municipale de 1977 et de son épouse, René et Lucette Desgrand.

Écrire l’histoire du PC de Villeurbanne, c’est donc éclaircir l’histoire du PCF depuis un point de vue local. Souligner les processus de recompositions militantes de la section d’une ville particulièrement frappée par la désouvriérisation permettrait donc de servir deux fins scientifiques fonctionnant ensemble. Tout d’abord, éclairer l’histoire d’une institution importante, lieu de promotion de la classe ouvrière et force révolutionnaire historique du XXe siècle. Parallèlement, cette monographie participerait d’approches plus récentes s’intéressant à la matérialité des réseaux communistes militants. Ici, ce n’est pas l’idéologie communiste qui sera analysée de manière hors-sol mais bien le collectif militant, et son évolution, qui seront resitués dans le contexte propre d’une ville ouvrière importante, au croisement de la mémoire ouvrière villeurbannaise et d’une sociologie de l’engagement communiste.

Continuer la lecture de « Histoire sociale d’un engagement : le Parti communiste français à Villeurbanne depuis l’après-guerre »

Changer le travail pour changer le monde ? Étude d’une Société Coopérative et Participative (SCOP) villeurbannaise

Julien Charreton

L’objectif de ce mémoire de Master 1 de Science Politique est de réaliser une recherche portant sur les modalités d’un engagement à la fois professionnel et écologique au sein d’une Société Coopérative et Participative (SCOP) spécialisée dans le domaine de la transition énergétique.  

Travailler au sein d’une telle SCOP relève ainsi d’un double engagement : l’un coopératif et l’autre écologique. Cette thématique de « l’engagement » est celle dans laquelle s’inscrira ce travail au sein du Rize. En effet, les acteurs de ces entreprises semblent à la fois avoir opté pour une organisation singulière de leur travail (ou du moins un statut particulier de leur entreprise) ainsi que pour une activité engagée dans le sens d’un changement dans les manières de produire et de consommer l’énergie. Mon actuel questionnement principal est donc double : qu’est-ce qui explique que des individus cherchent à la fois à modifier leurs manières de travailler et à s’engager dans la transition énergétique au quotidien ? Plus globalement, cette recherche vise à analyser les conditions sociales dans lesquelles des individus vont chercher à concilier engagement professionnel et engagement civique, pour une cause d’intérêt général, celle de l’écologie, thématique qui a déjà pu intéresser le Rize, à travers l’exposition de 2017, La graine et le bitume.

Continuer la lecture de « Changer le travail pour changer le monde ? Étude d’une Société Coopérative et Participative (SCOP) villeurbannaise »

Les mutations du droit des collectivités territoriales à travers l’accueil des migrant·e·s

Lison Leneveler

Si les mouvements migratoires de ces dernières années sont assimilés à un phénomène dit de « crise » auquel les pouvoirs publics souhaitent répondre urgemment, la « crise migratoire » semble cacher bien d’autres maux. En raison de nombreux conflits polymorphes qui secouent le continent africain et le flanc est de l’Europe, de nombreuses personnes contraintes au départ se dirigent vers les pays européens, réputés États de droit. Ces derniers alors engagés à différents niveaux disposent de plusieurs outils conventionnels pour accueillir. Ce sont toutefois des politiques européennes d’immigration basées sur des logiques de fermeture et de sécurité sciemment choisies qui continuent d’affecter les droits et libertés fondamentaux.

A première vue, les collectivités territoriales peuvent sembler ne pas être des acteurs de premier plan dans l’accueil des migrant·e·s. Pour autant ce sont bien elles qui grâce à des logiques d’adaptation et de proximité, sont susceptibles de se mobiliser qu’elles agissent dans un contexte guidé par la stratégie utilitariste de l’État ou qu’elles témoignent d’une volonté politique d’initiatives. En effet, récemment liées au « démantèlement » de la jungle de Calais et à la relocalisation des migrant·e·s vers différents centres d’accueil et d’orientation, comme à l’existence de camps de migrant·e·s auto-installé·e·s, ces questions préoccupent aujourd’hui l’échelon local.

Continuer la lecture de « Les mutations du droit des collectivités territoriales à travers l’accueil des migrant·e·s »

De l’exil à l’engagement associatif local : le cas de l’Association France-Amérique latine (AFAL) et de son implantation à Villeurbanne (1979-2015)

Adrien Miachon

Mon projet de recherche s’inscrit dans une démarche croisant des logiques d’histoire et de mémoire. Il est centré sur l’histoire de l’immigration latino-américaine à Villeurbanne, à travers le prisme d’une association engagée, l’association France-Amérique latine (AFAL).

Continuer la lecture de « De l’exil à l’engagement associatif local : le cas de l’Association France-Amérique latine (AFAL) et de son implantation à Villeurbanne (1979-2015) »

En quête d’informations. Le programme de rétablissement des liens familiaux de la Croix-Rouge

Charlie Duperron

De la Méditerranée, en passant par la mer Égée, aux côtes Atlantique ou encore aux bordures terrestres de l’Europe, les situations ne manquent pas aujourd’hui pour témoigner les épreuves auxquelles les migrants sont confrontés pour traverser des espaces qui s’érigent comme autant d’obstacles à franchir. Les politiques sécuritaires et le renforcement des contrôles aux frontières s’avèrent inefficaces pour éviter les circulations et dissuader les traversées, permettant de constater à quel point ces déplacements sont devenus des épreuves de survie et parfois, associés à des drames. Dans ce contexte où le déplacement est synonyme de risques, de danger et de séparation, se mettent en place quelques dispositifs d’aide à la recherche des personnes désignées comme disparues. Je me propose d’étudier plus particulièrement le programme de Rétablissement des Liens Familiaux (RLF) au sein de la Croix-Rouge1 et notamment le travail d’accompagnement et de suivi des personnes en recherche d’informations de leur(s) proche(s).

Continuer la lecture de « En quête d’informations. Le programme de rétablissement des liens familiaux de la Croix-Rouge »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search