La prise en charge de la santé mentale des personnes exilées à Villeurbanne

Astrid Duperthuy

L’objectif principal de cette recherche est de comprendre les mécanismes sous-jacents à cette prise en charge et d’explorer son rôle au sein des pratiques d’accueil, en particulier dans des villes réputées « accueillantes », telles que Villeurbanne. Bien que plusieurs enquêtes démontrent le lien entre trouble psychique et parcours migratoire, notamment causé par la précarité liées aux conditions d’accueil, (Levecque & Van Rossem, 2015; Pannetier et al. 2017), la prise en charge de la santé mentale des publics exilés semble encore peu abordée dans les pratiques d’accueil. A travers une approche par la sociologie des institutions, du travail, et de l’action publique, cette enquête vise à mieux comprendre ce paradoxe.

Cette réflexion m’a conduit à m’intéresser à “L’Espace” à Villeurbanne. Créé par L’Orspere-Samdarra (observatoire s’intéressant au lien entre les questions de santé mentale et précarité), l’Espace est un lieu « d’accueil, d’échange et d’expression, qui vise à soutenir le lien social et la santé mentale pour toutes les personnes concernées par un parcours de migration ». Doté d’une équipe multilingue composée de psychologues et de médiateurs, l’Espace se trouve à la convergence des questions de prise en charge de la santé mentale et d’accueil. Bien qu’il ne soit pas un lieu de prise en charge directe, il propose un accueil psychosocial, axé sur l’écoute et l’orientation.

Après avoir définit l’Espace, en tant que structure, et ses spécificités, il s’agira également de dresser une cartographie des acteurs concernés par une telle prise en charge, qu’ils soient publics ou privé, appréhender comment ces divers acteurs interagissent entre eux, afin de mieux comprendre les enjeux et processus à l’œuvre autour de cette question sur le territoire villeurbannais (et ses alentours).

Pour approfondir ces questions, je prévois de travailler principalement avec des méthodes qualitatives, notamment en menant des observations participantes au sein de différentes structures, y compris l’Espace. Des entretiens seront également réalisés, en particulier avec les professionnels œuvrant dans ces structures, ainsi qu’avec le public, et les personnes impliquées dans la mise en œuvre des diverses politiques et pratiques d’accueil.

 

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Astrid Duperthuy est en Master 1 de Science Politique à l’université Lumière Lyon 2.”

La mosquée Othmane de Villeurbanne : un édifice au centre des enjeux de visibilisation et d’institutionnalisation de l’islam dans la ville

Mélissa Zidane

La mosquée Othmane de Villeurbanne a été construite à partir de 2004 et inaugurée en 2006. Elle prend place dans le paysage Villeurbannais dans une période de visibilité croissante de l’islam et des musulmans à plusieurs échelles. A l’échelle nationale, depuis l’affaire de Creil de 1989, l’islam est progressivement considéré par les autorités publiques comme un fait français visible avec lequel l’État et le reste de la société doivent composer. Dans le contexte local, la mosquée Othmane apparaît effectivement comme une matérialisation et une visibilisation dans le paysage Villeurbannais de la présence de cette religion.

Dans ce projet nous poserons plusieurs questions : Qu’est-ce qui a motivé un tel projet d’édification d’une mosquée ? Quels acteurs y ont participé ? Quelles oppositions et difficultés, ou au contraire encouragements, ont-ils pu rencontrer ? Nous chercherons aussi à comprendre quelles conséquences spatiales, sociales, politiques et culturelles ont eu l’ouverture d’un tel espace pour les musulmans et non musulmans qui fréquentent la ville.

Ce mémoire consiste alors en une socio-histoire de cet édifice qui veut mettre l’accent sur tous les acteurs ayant été témoins ou qui ont eu un rôle dans sa construction. On s’intéresse aux représentants religieux et politiques mais aussi aux croyants, ayant massivement participé au financement du projet, et aux habitants de la ville, croyants ou non, qui ont assisté à l’arrivée de la mosquée dans l’espace urbain.

Le travail de mémoire dans les quartiers de politique de la ville: le cas du projet “Monod-graphie” à Villeurbanne

Madeleine Paquette 

Ce mémoire de M2 vise à étudier le rôle des politiques culturelles et mémorielles dans les quartiers de politique de la ville au travers de l’exemple du projet « Monod-graphie » lancé par le RIZE pour l’année 2023-2024.

Depuis les années 2000, la montée en puissance de la politique de la ville s’est accompagnée de discours insistant sur la nécessité de développer des initiatives mémorielles dans les quartiers populaires. Ainsi, la loi Borloo 2003 comme la loi Lamy de 2014 mentionnent toutes les deux l’importance d’intégrer une dimension mémorielle aux divers projets de rénovation urbaine, surtout lorsque ces derniers impliquent des démolitions. Plus récemment encore, en décembre 2023, Emmanuel Macron a déclaré vouloir lancer un “chantier présidentiel” sur la question de la mémoire des quartiers populaires[1]. La question mémorielle est alors envisagée comme un moyen de pallier le traumatisme supposément induit par les démolitions. Mais au-delà de cela, certains acteurs[2] attribuent au « travail de mémoire » bien d’autres bienfaits dont celui de recréer du lien social, d’apaiser les tensions et conflits qui traverseraient les quartiers populaires, mais aussi de renouer les relations entre les habitants et les institutions de la république. À l’échelle nationale, ces préconisations sont largement restées de l’ordre du discours. Cependant, localement, plusieurs projets mettant en valeur la mémoire des habitants des QPV ont bien vu le jour, incluant généralement une forte dimension participative.

Le projet mené par le Rize dans le quartier Jacques Monod est alors un exemple particulièrement pertinent pour étudier le développement d’une politique mémorielle à l’intention des QPV. Au-delà de cela, l’histoire très singulière de cette cité, construite sur l’emplacement de l’ancien quartier Olivier de Serres, premier grand ensemble démoli en France, en fait un exemple d’autant plus intéressant. Alors que ce même territoire s’apprête de nouveau à vivre une phase de rénovation urbaine, quelle place est concédée à la mémoire des habitants ? Comment parle-t-on de cette mémoire ? Quels enjeux y a-t-il à la faire émerger ?

Au-delà de cela, l’étude de ce projet permet également de se pencher plus largement sur la manière dont se créent et se mettent en œuvre des projets culturels dans les QPV. Ce stage au sein du Rize permettant ainsi d’observer et d’étudier la fabrique de ce projet de l’intérieur, en immersion. Se fondant principalement sur des méthodes qualitatives, ce mémoire croisera un travail sur les archives locales, afin de retracer l’histoire de ce territoire, avec des observations et entretiens auprès des professionnels et des habitants engagés dans ce projet.

Pour ce faire, il s’agira ici de mobiliser à la fois la littérature très prolifique sur la politique de la ville, les quelques travaux de sociologie de la mémoire (notamment impulsés par des chercheuses comme Marie Claire Lavabre[3] ou encore Sarah Gensburger[4]) ainsi que la littérature scientifique sur les questions de participation citoyenne[5].

Madeleine Paquette est en deuxième année de master Métiers de la Recherche en Science Politique (Science Po Lille/Université de Lille). Elle réalise cette recherche sous la direction d’Anne-Cécile Douillet.


[1] Libération, le 9 décembre 2023 “Macron s’engage sur la mémoire des quartiers populaires et rode son récit anti-Cnews”

[2] C’est le cas du ministre François Lamy  en 2013 qui insiste dans la presse sur les supposés « bienfaits » de la mémoire dans les QPV (Libération, le 27 juin 2013 « Tribune de François Lamy: Dans les quartiers populaires, le pouvoir de la mémoire»)

[3] LAVABRE Marie-Claire, “Paradigmes de la mémoire”, Transcontinentales, n° 5, 2007, 139-147.

[4]  GENSBURGER Sarah, LEFRANC Sandrine, À quoi servent les politiques de mémoire ?Presses de Sciences Po, « Hors collection », Paris,  2017.

[5] CARREL, Marion. Faire participer les habitants ? Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires. ENS Éditions, Lyon, 2013.

A l’intersection du genre, de la race et de la classe : ce que les parcours nous disent

Le 14 décembre 2023 s’est tenue au Rize une table ronde intitulée “A l’intersection du genre, de la race et de la classe : ce que les parcours nous disent”, en présence de 4 chercheuses :
Nadia Mounchit, Saphia Doumenc, Camille Lassègue, Aliénor Wagner-Coubès.

En voici l’enregistrement complet ! 

Cliquez ici : Audioblog – A l’intersection du genre, de la classe et de la race : Ce que les parcours nous disent (arteradio.com)

A cette occasion, les anciennes et actuelle chercheuses du Rize se sont retrouvées pour croiser leurs regards sur les parcours professionnels, migratoires, résidentiels et matrimoniaux de femmes de Villeurbanne. Les récits et analyses de ces trajectoires nous éclairent sur la pluralité de leurs luttes,  stratégies, perspectives d’émancipation et d’autonomie. L’occasion d’échanger sur les formes que prennent ces parcours féminins et sur les termes qui permettent de les restituer. 

Saphia Doumenc est docteure en science politique et post doctorante à l’Ires (institut de recherche économiques et sociales) depuis 2022. Sa thèse réalisée au Rize a cherché à comprendre comment des femmes a priori éloignées du champ syndical, des femmes de ménage très dominées socialement, se saisissent néanmoins de cet outil et ont recours à des grèves -parfois très longues. 
Thématiques de recherche : travail et emploi, action collective et syndicalisme des classes populaires, attention portée aux trajectoires migratoires et aux différents rapports sociaux de genre de classe et de race qui se jouent.

Nadia Mounchit  est docteure en sociologie, membre associée au Centre Max Weber. Sa thèse réalisée au Rize a porté sur les effets de la migration sur les parcours conjugaux de femmes émigrées d’Afrique de l’Ouest et centrale installées en France, à Villeurbanne. 
Thématiques de recherche : Sociologie des migrations / Genre et migration / rapports de pouvoir dans la sphère familiale.

Camille Lassègue est doctorante en anthropologie au Rize et au LADEC (Université Lumière Lyon 2). Sa thèse porte sur  les parcours résidentiels de femmes exilées à Villeurbanne.
Thématique de recherche : genre, habiter, exil, luttes sociales, droit au logement, ville, mémoire.

 Aliénor Wagner-Coubès est doctorante en Histoire au Rize et rattachée à l’Université Gustave Eiffel et au laboratoire ACP . Sa thèse porte sur le quartier des Gratte-Ciel, situé dans le centre de Villeurbanne. 
Thématiques de recherche : histoire sociale, habiter, logement populaire, logement social, ville

Bonne écoute !

 

Restitution publique le Mardi 27 juin à 18h30 : Que cherche-t-on au Rize ?

MARDI 27 JUIN 2023

18:30-20:30 – tout public – GRATUIT

Depuis le début de l’année 2023, l’équipe du pôle recherche du Rize est composée d’une équipe de  six chercheuses. Leurs travaux s’intéressent au territoire villeurbannais et portent sur les parcours de femmes exilées, la formation professionnelle féminine, l’architecture des bâtiments publics, l’accès à la santé des personnes LGBTQIA+, le quartier des Gratte-Ciel.

Lors de cette restitution, elles aborderont particulièrement la question des approches du genre en présentant les résultats de leurs recherches. L’occasion de proposer de nouveaux regards sur la ville, de déconstruire certaines idées reçues ou de leur donner du contexte historique.

 La présentation publique dans l’amphithéâtre sera suivie d’un temps convivial d’échanges et d’ateliers au café.

image : Melba Roy Mouton

Parcours migratoires des Ukrainiennes exilées à Villeurbanne

Joséphine Brive

L’objectif de mon projet de recherche est de mieux appréhender les parcours migratoires des Ukrainiennes exilées à Villeurbanne depuis le 24 février 2022, et d’analyser les mises en récit qu’elles en font.

Ancrée dans l’actualité de la guerre en Ukraine, cette recherche vise à replacer au centre les récits des exilées (qui représentent, avec leurs enfants, 80% de tous les exilé·es en provenance d’Ukraine accueilli·es dans le Rhône d’après la Préfecture) et à interroger l’impact de l’accueil des Ukrainiennes sur la mémoire locale villeurbannaise. Cet objet de recherche permettra ainsi de comprendre le rôle que jouent les conditions d’accueil dans les inflexions des parcours migratoires des exilées ukrainiennes. Pour cela, j’étudierai les modalités d’accueil à Villeurbanne, les conditions matérielles d’arrivée, les difficultés rencontrées, les types de réseaux mobilisés, les relations avec les proches restés en Ukraine et les interrogations relatives à la question du retour au pays.

Je compte mettre en œuvre des méthodes sociologiques et majoritairement qualitatives: des observations directes dans les associations accueillant des Ukrainien·nes, une ethnographie numérique dans les groupes d’entraide sur les réseaux sociaux, et des entretiens qui permettront d’appréhender les mises en récit de l’expérience migratoire.

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Joséphine Brive est en Master 2 Affaires Internationales et Espaces Post-Soviétiques à Sciences Po Bordeaux.

 

Les inégalités d’accès à la santé des personnes LGBTQI+ à Villeurbanne

Céline Mimault

Mon sujet de recherche porte sur les inégalités d’accès à la santé des personnes LGBTQI+ à Villeurbanne. Il s’agira d’interroger la dynamique du territoire sur la réappropriation des politiques publiques et de voir comment les différentes structures publiques ou privées qui composent l’accès à la santé à Villeurbanne constituent le moteur d’une action publique de la ville.

Ce projet permettra de rendre compte des différents types d’inégalités à la santé qui sont spécifiques aux minorités de genre et/ou d’orientation sexuelle. La définition de la santé dans cette recherche se fera sur le champ de la santé mentale et de la prévention à la sexualité. Les enquêtes territoriales sur ces thèmes sont quasiment inexistantes, pourtant la mauvaise prise en charge de la santé mentale ou psychologique génère des incapacités et possiblement des handicaps. Les travaux sur la santé mentale émergent doucement en France et il est important de croiser ces travaux avec une sociologie de l’action publique pour permettre d’accéder à de nouvelles connaissances concernant les données de santé et de penser par la suite des évolutions adaptées aux particularités de ces publics. Les personnes LGBTQI+ se trouvent en surreprésentation dans les études sur la santé mentale ainsi que sur les statistiques de violences intrafamiliales, sociétales et au travail desquels peuvent ainsi découler des mécanismes d’exclusion et d’isolement qui font que l’accès à la santé peut être mal adapté.

Cette enquête se fera en partenariat avec le Planning Familial de Villeurbanne comme terrain d’observation mais aussi auprès d’autres structures afin de s’approcher au maximum de tous les types de populations concernées de Villeurbanne. Le projet étant alors d’aller voir les établissement médicaux, médicaux-sociaux, les associations, les entreprises (qui œuvrent sur ces questions) mais aussi les collectifs politisés, certains non formels, afin de rendre compte de l’articulation des acteur·ices les un·es aux autres au sein de la ville. La méthodologie d’enquête se basera sur les données d’information sur le terrain et sur une vingtaine d’entretiens. L’analyse des données tiendra compte de la spécificité des publics car les identités LGBTQI+ sont multiples, certaines vivant des problématiques liées à l’identité de genre, d’autres sur l’orientation sexuelle mais aussi en pensant les cumuls de facteurs selon la précarité économique (ou non), la racisation, les parcours migratoires, l’état de santé physique ou encore l’âge.

L’histoire des jeunes filles de l’enseignement technique et professionnel à Villeurbanne entre 1930 et 1970

Andréa Korodowou-Katakpao

L’histoire de l’éducation, du travail et de l’histoire des femmes sont des terrains d’études d’une part qui connaissent une production active de la part des chercheur.euses et de l’autre qui a commencé son chemin autour des années 70. Pourtant la croisée de ces trois champs de recherche reste profondément incomplète, victime d’une cécité stéréotypée. Ce projet de recherche tend donc à faire l’histoire des jeunes filles de l’enseignement technique et professionnel à Villeurbanne entre 1930 et 1970 – date de création du premier cours d’enseignement technique dans ce bassin industriel jusqu’à la démocratisation de l’enseignement mixte.

Parler d’enseignement technique et professionnel nécessite une définition de ces termes qui peuvent paraître à la fois si évident et si flou. Il s’agit ici de cours visant à former les individus à un métier au sein du réseau scolaire. Ces cours sont souvent à la croisée de la théorie traditionnelle enseignée dans les écoles et la pratique par le biais de l’apprentissage. Cette instruction est, de plus, régie par de nombreuses lois qui trouvent leur fondement dans la loi Guizot de 1833 instaurant l’enseignement primaire supérieur. Véritables collèges du peuple[1] à une époque où seul 3% d’une tranche d’âge accède à l’enseignement secondaire, on y trouve généralement des matières spécifiques à l’industrie, du commerce et de l’agriculture.

Au gré des suppressions et des ajouts légaux, l’enseignement technique et professionnel est finalement encadré par la loi Goblet de 1886 qui en confirme le rôle et par la loi Astier de 1919 instaurant l’obligation de suivre une instruction pour tout jeune de moins de 18 ans et employé dans l’industrie ou le commerce. Une question se pose alors concernant les jeunes gens de Villeurbanne : où sont-ils formés ? Qu’apprennent-ils ? En effet, on remarque sans peine qu’il n’existe aucune école primaire supérieure, c’est-à-dire une école indépendante d’enseignement primaire supérieur, ni aucun cours complémentaire, qui sont quant à eux dépendant d’écoles primaires élémentaire. Et lorsque les garçons commencent à être formés, qu’en est-il des filles ? Que font-elles ? Où vont-elles ?

De la création du premier cours complémentaire de jeunes filles Villeurbannais en 1935 à l’obligation de la mixité imposée par la loi Haby de 1976 en passant par la création du Centre d’Apprentissage pour Jeunes Filles, ancêtre du Lycée des Métiers Marie Curie, il s’agira donc de comprendre les trajectoires et les parcours des filles de Villeurbanne et leurs formations.

[1] Briand, Jean-Pierre, et Jean-Michel Chapoulie. Les collèges du peuple: l’enseignement primaire supérieur et le développement de la scolarisation prolongée sous la Troisième République. 2e éd., Presses universitaires de Rennes, 2011.

Appel à projet : Villeurbanne en partage

Résidence de chercheur·se(s) et d’artiste(s)

Le Rize et la Direction régionale des affaires culturelles Auvergne-Rhône-Alpes (service ethnologie) ont souhaité s’associer en 2021 pour mettre en place une expérimentation de recherche-création sur le territoire villeurbannais permettant d’explorer de nouvelles formes d’enquêtes et d’interventions artistiques et scientifiques dans l’espace urbain en lien avec les thématiques portées par le Rize. Ce dispositif est reconduit pour la saison culturelle 2023-2024.


La résidence a pour objectif premier de mobiliser des habitants et habitantes acteurs et actrices de leur territoire autour de démarches créatives et expérimentales, afin d’exprimer un rapport sensible à leur ville, de l’appréhender et de se l’approprier différemment. Une démarche qui contribue ainsi à la construction de récits partagés sur Villeurbanne.
Dans cet appel à projet, le terme « habitant·e » est entendu comme suit : tout acteur ou actrice du territoire villeurbannais, toute personne qui le traverse ou le transforme, y réside, y travaille, y étudie, y pratique des activités de loisirs…


La résidence se déploie sur une période de 12 mois : de juillet 2023 à juin 2024.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search