Rencontre intercommunautaire à Villeurbanne: La communication intercommunautaire entre la communauté asiatique et les immigrés non-asiatiques à Villeurbanne


Jusqu’aux années 1970, les mouvements ouvriers étaient puissants à Villeurbanne. Ouvriers locaux et immigrés de Villeurbanne ont connu les mouvements collectifs, indépendamment des origines culturelles. Les formes de solidarité unissaient de nombreux villeurbannais autour d’enjeux et d’objectifs communs, liés à la présence de l’industrie dans la ville. Les
communautés migrantes semblent aujourd’hui plus morcelées et moins connectées, du fait de l’évolution des formes de travail (petits commerces, emplois précaires et services) et les grandes structures d’action collective (syndicale) sont devenues moins puissantes. On peut donc se demander quelles communications intercommunautaires persistent, sous quelle forme et dans quels espaces.


Nous faisons l’hypothèse que les formes d’interaction entre groupes au sein de la société villeurbannaise sont pour partie dépendantes de l’action des institutions locales et du cadre urbain. Cette étude est donc aussi l’occasion d’étudier à l’échelle d’une ville la gestion de la diversité.


Nous étudierons des populations rarement évoquées dans les études consacrées à Villeurbanne, comme au plan national : les immigrés asiatiques. Cependant, les communautés vietnamienne, chinoise, cambodgienne et laotienne ont certainement contribué non seulement à la diversité culturelle et au développement villeurbannais mais aussi au niveau national culminant à la reconnaissance par l’État français comme la « minorité modèle à suivre ». Cependant, notamment à la suite de la pandémie du COVID19, ces communautés sont visiblement exposées à la marginalisation, voire aux préjugés racistes par les autres groupes immigrés 1 . Ce sujet va nous offrir une occasion d’évaluer en profondeur la gestion de la diversité de façon plus inclusive et globale.

Quelles sont les formes et les lieux des rencontres et des échanges intercommunautaires dans le contexte villeurbannais des années 1970s et 2020s? Comment cette pratique de communication intercommunautaire a-t-elle refaçonné les relations mutuelles entre les immigrés asiatiques et les autres immigrés villeurbannais? Villeurbanne a-t-elle connu l’émergence ou le déclin des acteurs collectifs asiatiques (associations, etc.) respectivement dans les années 1970s et 2020s? Pour quelles raisons ont-elles émergé ou disparu? Quelles étaient et sont les interventions des autorités municipales à l’égard de cette rencontre intercommunautaire notamment concernant les asiatiques? Quels impacts ont-elles eus? Comment réagissent les immigrés face à elles?

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Jinwoo SHIN est étudiant en deuxième année de master en Sciences Sociales, parcours Migration à l’École normale supérieure de Lyon.

L’’intégration des femmes dans le processus de production musicale à Villeurbanne

Le projet de recherche s’intéresse à l’intégration des femmes dans le processus de production musicale à Villeurbanne.

Historiquement relayées à des positions subalternes dans les « mondes de l’art » (Becker, 1988), cette sous-représentation est aujourd’hui mise en lumière par les politiques publiques et des mesures sont désormais prises pour veiller à une meilleure intégration des femmes dans les milieux culturels et artistiques. Cependant, en 2021, selon l’Observatoire 2021 de l’égalité entre les femmes et les hommes dans la culture et la communication, les femmes représentent 17% des auteur.es-compositeur.rices de la Sacem, et 9% des compositeur.rices. D’autre part, elles représentent 7% des directeur.rices de SMAC et 9% des directeur.rices d’établissements public dans le domaine du spectacle vivant.

A Villeurbanne, alors que la ville et les institutions culturelles locales mettent aussi l’accent sur l’égalité femmes-hommes et que de nombreuses initiatives sont créées pour soutenir une meilleure intégration et représentation des femmes dans l’espace public, ce projet de recherche propose donc de comprendre comment celles-ci s’insèrent dans les « mondes » de la musique villeurbannais et d’étudier les pratiques sociales rattachées à cette intégration.

Le concept de « monde » permettra ainsi de rendre compte des multiples lieux dévolus à la musique et à la culture dans son ensemble à Villeurbanne, tout en permettant d’outrepasser les limites propres au territoire géographique et de s’intéresser à des structures des alentours.

La méthodologie, qui se veut majoritairement qualitative et composée d’observations directes et d’entretiens, permettra de donner la parole aux acteur.rices locaux.ales et de rendre compte des « expériences de vie quotidienne des individus en tentant de mieux comprendre les pratiques sociales dans lesquelles elles s’insèrent » (Gérin-Lajoie, 2006, p.73).

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Agathe Rochet est en Master 1 de Sociologie à l’Université de Jean Monnet – Saint Etienne.

 

Concilier patrimoine et renouvellement urbain : le cas du quartier de l’Amande


Mon sujet de recherche s’inscrit dans l’élaboration du projet Carré de Soie, situé sur les communes de Villeurbanne et de Vaulx-en-Velin. Il s’agit d’un projet stratégique pour la Métropole de Lyon, débuté en 2009 et qui se conclura à l’horizon 2030. Il vise à créer une nouvelle centralité au sein d’un territoire délaissé de la première couronne de l’agglomération lyonnaise. Le renouveau de ce secteur, marqué par la présence de grands tènements industriels, s’appuie sur la volonté d’y établir une mixité d’usages associant habitat et activités économiques. À l’instar des projets de renouvellement urbain, ce projet d’envergure doit composer avec un contexte local spécifique, celui du quartier de l’Amande, délimité par la rue de la Soie et la rue Decomberousse. Du fait de son passé, le quartier de l’Amande offre un héritage industriel existant encore aujourd’hui et qui tend à être conservé en l’état dans l’avenir. Le projet Carré de Soie entend donc concilier ses convictions métropolitaines aux intérêts locaux du secteur.


Le rapport à l’espace est une entrée essentielle afin de comprendre les phénomènes et rapports sociaux dans un territoire. En effet, un espace contient une matérialité, des individus et des dynamiques, dont une place attachment1. Les espaces constituant mon terrain de recherche ont fait l’objet d’une désindustrialisation durant les années 1970. Dans ce contexte, souvent relatif à un phénomène de tabula rasa2, le processus qui m’intéresse est celui de la patrimonialisation. Il participe à la fabrication du patrimoine ainsi que la visibilisation et la légitimation de la mémoire d’un ou plusieurs groupes sociaux. Le réinvestissement d’éléments patrimoniaux en résulte une certaine forme d’appropriation de l’espace avec de nombreux enjeux sociaux et politiques qu’il s’agira alors de comprendre.


Un renouvellement urbain impliquant un espace comme celui-ci est fort de sens. En effet, ces espaces qui relèvent de l’héritage industriel sont généralement réinvestis par des groupes socialement dominants. De ce fait, la muséification de ces lieux ou bien même l’aseptisation de la mémoire ouvrière sont d’autant d’enjeux qui émanent de cette régénération urbaine. Mes recherches tendent alors à étudier le renouvellement urbain d’un tel espace dans le cadre d’un projet métropolitain qui se décrit lui-même comme « attentif aux traces du passé » et qui « intègre l’histoire du territoire dans les nouveaux projets ». Comment arriver à transmettre « l’âme du quartier » aux nouveaux habitants ? Il y a non seulement une histoire à créer ensemble, entre les anciens et les nouveaux habitants, mais aussi une prise de conscience de la mémoire héritée en postulant qu’elle est le bien commun à partager entre les différentes générations qui habitent le quartier de l’Amande.

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Lorenzo Bigaran est en Master 2 de Géographie (Gestion des territoires et développement local) à l’Université Jean Moulin Lyon 3.


1 Entendue comme un lien affectif entre des personnes et des lieux spécifiques (Carmen Hidalgo et Bernardo Hernandez, 2001).


2 Une démarche de rupture et de table rase avec le passé, entraînant alors un phénomène, voire un risque de dépatrimonialisation (Edith Fagnoni, 2015).

La semaine de l’Anthropocène au Rize

Du lundi 24 janvier 2022 au dimanche 30 janvier 2022

Anthropocène

Définition

“Ce que l’on propose de nommer « Anthropocène », c’est ce moment historique qui s’ouvre après 1945 avec l’enclenchement de la phase de l’urbanisation généralisée de la planète lors duquel il devient incontestable que les activités humaines ont des impacts de plus en plus forts sur les systèmes biophysiques. On observe, partout, ces bouleversements tout à la fois globaux et locaux. À tel point que l’habitabilité de la terre pour les humains et les non humains est mise en question.”

Michel Lussault, géographe, professeur à l’ENS de Lyon, directeur de l’École urbaine de Lyon.

Université ouverte sur le changement global

Pour sa 4ème édition, qui s’est déroulée du 24 au 30 janvier 2022, l’École Urbaine de Lyon a organisé la semaine « À l’École de l’Anthropocène » : une Université ouverte, sensible, citoyenne sur le changement global, au titre de « Villeurbanne 2022, capitale française de la culture » et sera accueillie dans l’un de ses lieux emblématiques, Le Rize.

Les soirées au Rize

Lundi 24 janvier

SCIENCES ET MACHINES : UNE GÉNÉALOGIE CONCEPTUELLE DE LA GRANDE ACCÉLÉRATION
Lundi 24 janvier 2022 – 17h30 à 18h30 
Par Pablo Jensen, physicien, et chercheur CNRS au Laboratoire de physique de l’École normale supérieure de Lyon.

ALLOCUTION D’ALONDRA NELSON, INVITÉE D’HONNEUR

Lundi 24 janvier 2022- 21h à 22h30

Alondra Nelson (Dr) est la directrice adjointe de la section « Science et Société » du Bureau de la politique scientifique et technologique de la Maison Blanche. Elle est la toute première personne à occuper ce poste, et son rôle est d’apporter une expertise en sciences sociales – avec une attention particulière portée aux problèmes d’inégalités sociales – pour accompagner la stratégie et les politiques fédérales en matière de science et technologie.

QU’EST-CE QU’UNE TERRE HABITABLE ?
Lundi 24 janvier 2022- 21h à 22h30
Avec :
– Muriel Gandelin (France), docteure en Préhistoire récente, et archéologue spécialiste de la période Néolithique.
– Isabelle Daniel (France), minéralogiste, géologue, et professeure en Sciences de la Terre à l’Université Lyon 1.
– Axelle Grégoire (France), architecte.
Animé par : Michel Lussault (France), géographe et directeur de l’École urbaine de Lyon.

ANTHROPOCÈNE ÂGE DU DESASTRE ? PETITE HISTOIRE DES CATASTROPHES TECHNOLOGIQUES ET INDUSTRIELLES
Mardi 25 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Alfonso Pinto, chercheur en géographie et études culturelles.

Mardi 25 janvier

ANTHROPOCÈNE ET HABITABILITÉ À TRAVERS LE PRISME DE LA PLANÉTOLOGIE. DANS LE TEMPS ET L’ESPACE, UNE TERRE INHABITABLE, UN AILLEURS QUI LE SERAIT ?
Mardi 25 janvier 2022- 19h à 20h
Par Patrick Thollot, professeur agrégé à l’École normale supérieure de Lyon.


À LA CONQUÊTE DE L’ESPACE : DROIT, POLITIQUE ET IMAGINATION

Mardi 25 janvier 2022- 20h30 à 22h
Avec :
– Kim Stanley Robinson (États-Unis), auteur de science-fiction.
– Isabelle Sourbès-Verger (France), géographe, chercheur au CNRS, et spécialiste des politiques spatiales.
– Alice Gorman (Australie), archéologue de l’espace.
Animé par :
– Michel Lussault (France), géographe et directeur de l’École urbaine de Lyon.
– Vincent Veschambre (France), professeur de sciences sociales et directeur du Rize.

Mercredi 26 janvier

DÉSIR DE CAMPAGNE : DE NOUVELLES FAÇONS DE VIVRE ET DE TRAVAILLER EN MILIEU RURAL
Mercredi 26 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Claire Delfosse, géographe.

QUELLE PLACE POUR LA BIODIVERSITÉ DANS L’ANTHROPOCÈNE ?
Mercredi 26 janvier 2022- 19h à 20h
Par Bernard Kaufmann, maître de conférences en biologie.

SEXE, GENRE ET ANTHROPOCÈNE : L’ANTHROPOCÈNE A-T-IL UN SEXE ?
Mercredi 26 janvier 2022- 20h30 à 22h
Avec :
– Marta Segarra (Espagne/France), philosophe.
– Thierry Hoquet (France), philosophe.
– Quimera Rosa (Espagne), Laboratoire artistique de recherche et d’expérimentation sur identités, corps et technosciences.

Jeudi 27 janvier

RUPTURES À L’ÈRE DE L’ANTHROPOCÈNE : LA PERSONNIFICATION DE LA NATURE
Jeudi 27 janvier 2022- 12h30 à 13h30
Par Philippe Billet, professeur agrégé de droit

ESTHÉTIQUES DU CARE POUR L’ANTHROPOCÈNE
Jeudi 27 janvier 2022- 16h à 17h
Par María Grace Salamanca, doctorante en philosophie

ADAPTATIONS ARCHITECTURALES THROUGH UN VIDE ANTHROPOCÈNE. LE CAS CHINOIS COMME POINT DE DÉPART EMPIRIQUE
Jeudi 27 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Jérémy Cheval, coordinateur du pôle formation à l’École Urbaine de Lyon, architecte et chercheur.

Vendredi 28 janvier

LA DÉCOLONISATION DES SAVOIRS UNIVERSITAIRES À L’HEURE DE L’ANTHROPOCÈNE : ORIGINES, TENSIONS ET ESPOIRS
Vendredi 28 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Karine Vanthuyne, professeure agrégée d’anthropologie, directrice du Groupe de recherche interdisciplinaire sur les territoires de l’extractivisme (GRITE) et titulaire d’une chaire en enseignement universitaire à l’Université d’Ottawa.

HISTOIRE DES REPRÉSENTATIONS DES ESPACES-MONDES URBAINS. FORMES CONTEMPORAINES D’APPAREIL DE CAPTURE [IMAGINAIRE CONTEMPORAIN ET RÉCIT]
Samedi 29 janvier 2022- 15h à 16h
Par Kader Mokaddem, professeur de philosophie et d’esthétique à l’École supérieure d’Art et de Design de Saint-Étienne (ESADSE-Cité du design).

L’AIR : UNE MATIÈRE PREMIÈRE DE L’URBAIN ?
Dimanche 30 janvier 2022- 16h à 17h
Par Michel Lussault, géographe, professeur à l’École normale supérieure de Lyon.

Débats

LA COSMOGONIE COMME NOUVEAU PARADIGME DU DESIGN
Vendredi 28 janvier 2022- 19h à 20h
Avec Sename Koffi Agbodjinou (Togo), architecte et anthropologue.

ICI ET DEMAIN : LE COMMUN, LE FUTUR, LA JEUNESSE
Dimanche 30 janvier 2022- 17h30 à 19h
Avec :
– Marina Garcés (Espagne), philosophe.
– Feda Wardak (Pakistan/France), architecte-constructeur et chercheur indépendant.
– un·e représentant de Youth for Climate
Animation :
– Michel Lussault, géographe, directeur de l’École urbaine de Lyon

Veille sur la changement global

EN VEILLE SUR LE CHANGEMENT GLOBAL #61 : janvier 2021

Habiter les Gratte-Ciel de Villeurbanne : Des origines (années 1930) à nos jours

Ce travail de thèse portera sur les Gratte-ciel de Villeurbanne, quartier construit de 1927 à 1934.

Ce quartier a été conçu pour devenir le centre-ville de la commune. Il est constitué de 1400 logements destinés aux ouvrier·es, de locaux commerciaux, d’une centrale téléphonique, d’une centrale de chauffage, d’un nouvel hôtel de ville, et d’un palais du travail (théâtre, salles de réunion, dispensaire, piscine). C’est une architecture moderne aux hauteurs ambitieuses qui est choisie pour ce programme, réalisé par l’architecte Môrice Leroux. Pour permettre sa mise en place, une société à économie mixte, actions publiques et privées est créée en 1931  : la Société Villeurbannaise d’Urbanisme.

L’initiative d’un tel projet est issue de la volonté du maire socialiste, Lazare Goujon et de la situation de Villeurbanne. La ville est alors fortement industrialisée et la population ouvrière, qui a très rapidement augmenté au début du XXème siècle, souffre de mal logement. C’est aussi un moyen d’affirmer l’indépendance de Villeurbanne face à Lyon, qui a tenté jusqu’en 1903 de l’annexer. Ce quartier s’inscrit dans une politique socialiste, laïque et hygiéniste.

Aujourd’hui les Gratte-Ciel sont l’emblème de Villeurbanne, ils font centre et sont devenus un quartier animé, dont l’attrait a fait augmenter le prix du foncier alentour.

Dans cette thèse d’histoire sociale, sera explorée la question de l’habiter. C’est le peuplement des Gratte-Ciel qui est au cœur de la recherche. La sociologie des habitant·es, des usagèr·es ainsi que les commerces et professions libérales installés dans le quartier seront étudiés. Ce travail d’histoire sociale devrait permettre de mesurer les ruptures et les continuités du peuplement, les usages sociaux du quartier et les modalités d’insertion de la population dans la ville.
Cela conduira aussi à étudier l’impact de la conjoncture économique, politique, culturelle et sociale sur un espace restreint : un quartier.

Pour observer ces phénomènes, la chronologie travaillée s’étend des débuts du quartier (1930) jusqu’au XXIème siècle.

La méthodologie historique permettra d’évaluer les évolutions de la sociologie du quartier et offrira une approche comparative avec d’autres exemples de quartiers populaires en France et plus largement en Europe.

Il s’agira de construire une démographie historique des Gratte-Ciel mais aussi d’étudier la manière dont les habitants produisent le quartier à l’échelle politique et sociale de la commune. Plaçant l’expérience habitante au centre des recherches, considérant les résident·es et usagèr·es comme expert·es.

La question de la valorisation patrimoniale d’un quartier ouvrier toujours habité sera également l’un des axes de recherche. On pourra réfléchir aux liens entre les habitant·e·s et ce statut de « monuments vivants » que revêtent leurs logements. Il faut évaluer les possibilités culturelles du quartier, tout en respectant celles et ceux qui y vivent.

Aliénor Wagner-Coubès, doctorante en histoire, Laboratoire ACP (analyse comparée des pouvoirs) Université Gustave Eiffel

« Espaces et mémoires : la douleur à l’épreuve de l’oubli »

Quatrième séance du séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”, en présence de Dominique Chevalier, maîtresse de conférences HDR en géographie à l’Université Claude Bernard Lyon 1, chercheure à EVS et Anne Hertzog, maîtresse de conférences en géographie à l’Université de Cergy-Pontoise, chercheuse au laboratoire MRTE. Cette séance est discutée par Vincent Veschambre, directeur du Rize, chercheur à EVS.
 

« Mémoires (de lutte) de classes : de l’héritage à la patrimonialisation »

Troisième séance du séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”, en présence de Michelle Zancarini-Fournel, professeure émérite d’histoire contemporaine (histoire des femmes et du genre), chercheuse au LARHRA et de Thomas Zanetti, maître de conférences en géographie urbaine à l’Université Lyon 3, chercheur à EVS. Séance discutée par Morane Chavanon, post-doctorante EHESS au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

 

Approche géographique des dynamiques commerciales du cours Tolstoï à Villeurbanne

Le projet de recherche s’inscrit en continuité de l’exposition « Résultats des courses »[i] au cœur d’un axe de circulation majeur de la commune de Villeurbanne : le cours Tolstoï.

Les commerces étudiés sont des activités en bas d’immeuble proposant des services et produits divers et variés tels que la coiffure, des légumes, des plats cuisinés ou encore des services de téléphonie ou de transfert d’argent. Nous nous intéressons particulièrement aux commerces « spécialisés » se distinguant par une identité religieuse, linguistique, géographique régionale ou nationale.

Les commerces du cours Tolstoï sont touchés par des mutations socio-économiques conjoncturelles. La crise sanitaire n’a pas épargné l’activité des commerces dont certains tournent au ralenti ou sont fermés depuis un an. Le cours Tolstoï est l’objet d’une campagne de rachat de locaux commerciaux par la mairie dans le but de redynamiser et de diversifier le cours. La disparition des petits commerces est enfin liée à une concurrence accrue avec les centres commerciaux périphériques.

Cela revient à interroger l’utilité publique de ces commerces et leur caractère nécessaire dans l’approvisionnement et la vie quotidienne de certaines populations. Cette interrogation s’accompagnera d’une étude critique des notions de commerce « ethnique » et de commerce « exotique » au travers l’identification des clients et de leurs nationalités. La question de la sociabilité est d’ailleurs particulièrement intéressante dans le contexte sanitaire actuel marqué par le couvre-feu et un troisième confinement, l’interdiction de rassemblement et la fermeture de bars, cafés et restaurants. Ce mémoire a enfin pour ambition d’enrichir les connaissances du Rize sur sa thématique chère qui est l’immigration à Villeurbanne.

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Joséphine Mariquivoi est en Master 1 de géographie « gestion des territoires et développement local » à l’Université Jean Moulin – Lyon 3.

[i]  Programmation 2019-2020

La mobilisation du patrimoine et de la mémoire sociale dans les projets urbains : le cas de l’Autre Soie

Mon sujet de recherche se situe dans le domaine du patrimoine industriel, de sa valorisation et de son impact social. Je m’intéresse plus spécialement aux espaces des mémoires dominées et leur appropriation par différents groupes sociaux ou groupes d’intérêt. Si l’on ne peut nier que le tourisme peut contribuer à la valorisation, il m’importe davantage de focaliser sur les moyens permettant la réappropriation de ces espaces mémoriels conçus comme des espaces de luttes (passées et actuelles) et de dominations sociales. L’appropriation des espaces de la mémoire des groupes dominés par ceux-là mêmes permet une certaine assise et visibilité sociale, qui n’est pas permise quand ces mêmes espaces sont appropriés par des acteurs déjà socialement dominants. Pour ce faire, je m’intéresse aux dynamiques spatiales et aux enjeux sociaux et culturels qui entourent l’appropriation de ces espaces.

Le rapport à l’espace est une entrée essentielle à la compréhension des phénomènes et rapports sociaux inhérents à un territoire. En effet, dans un espace il y a des personnes, une matérialité (des choses), et des choses qui se passent. Les espaces qui m’intéressent sont des espaces (des lieux, des milieux) industriels qui sont l’objet d’une relative désindustrialisation. Dans ce contexte, les processus qui m’intéressent sont les processus de patrimonialisation, qui participent à la visibilisation et à la légitimation de la mémoire d’un ou plusieurs groupes sociaux. Le réinvestissement d’éléments patrimoniaux (bâtiments, friches industrielles, …) fonctionne bien comme une forme d’appropriation de l’espace avec de nombreux enjeux sociaux et politiques qu’il s’agira alors de comprendre. Le patrimoine en France a longtemps été, avant tout, un patrimoine des élites dominantes, d’un discours institutionnel, qui a pu s’appuyer sur les travaux et les expertises des chercheur.es. Par ailleurs, des groupes et associations, aidés ou non par d’autres approches du patrimoine, induisent une tension, obligent à la discussion, initient en somme une lutte de sens et des significations. Il s’agit alors de comprendre cette dynamique socio spatiale et culturelle.

Le quartier Carré de Soie, et le réaménagement urbain dont il est l’objet, se présente comme un laboratoire de la ville durable. La mémoire des lieux prend une place primordiale dans ce projet. Les différents acteurs de celui-ci veulent en faire un outil privilégié du lien social et du vivre ensemble. En effet, si ce quartier est représentatif de l’épopée industrielle de l’agglomération lyonnaise, il est également représentatif d’une mémoire sociale très importante. Au-delà du patrimoine industriel et technique qu’il est nécessaire de mettre en avant, c’est également une mémoire de la solidarité ouvrière et de la migration provoquée par l’industrialisation qu’il s’agit de ne surtout pas effacer.

L’intérêt de se focaliser plus précisément sur le projet urbain de l’Autre Soie à Villeurbanne et dans le quartier du Carré de Soie est donc évident selon moi. Ce projet de réaménagement prend place sur une friche industrielle et dans un bâtiment hérité de l’histoire industrielle : le Foyer de Jeunes Filles Jeanne d’Arc. Il vise à la réhabilitation de ce bâtiment historique et à la construction de nouveaux bâtiments dont le but est d’accueillir des logements sociaux (allant du centre d’hébergement d’urgence à l’accession sociale), des bureaux d’entreprises de l’économie sociale et solidaire et également des lieux culturels et tiers lieux. Le projet est mené par le GIE La Ville Autrement, un groupement de bailleurs sociaux et le Centre Culturel Œcuménique de Villeurbanne qui veillera, quant à lui, à l’animation culturelle et au lien social durant la réalisation du projet et une fois celui-ci achevé.

Un tel projet sur un espace comme celui-ci est fort de sens. En effet, ces espaces de l’héritage industriel sont généralement réinvestis par des groupes déjà socialement dominants pour l’implantation d’entreprises, de nouveaux logements généralement inaccessible par leur prix aux classes les plus modestes ou encore par des acteurs culturels procédant à la muséification de ces lieux. Ainsi, on assiste dans ces cas-là à une véritable aseptisation de la mémoire industrielle. Ne ressort de ces réinvestissements que l’aspect monumental des lieux ou encore la mise en avant des seuls aspects productifs et techniques de l’industrialisation. Mes recherches tendant alors à étudier le réinvestissement d’un tel espace dans le cadre d’un projet social et culturel qui se décrit lui-même comme “innovant” et “inclusif”. Quelles actions sont développées pour mettre en valeur l’histoire et la mémoire des lieux ? De quelle manière sont-elles menées à bien et ancrées dans l’espace ? Et quels peuvent en être réellement les impacts sociaux ?

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Mathilde Pineau est en Master 2 de Géographie sociale (Culture politique et patrimoine) à Sorbonne Université.

Collectif Solidarités Cusset : actions et mouvements solidaires des Villeurbannais

Le terme solidarité a pris une dimension toute particulière au cours de cette dernière année et vient s’ajouter à de longues et complexes histoires de mobilisations sociales.

Les recherches en science politique tentent de saisir les conditions temporelles, géographiques et sociales qui permettent l’émergence de ces solidarités aussi diverses que les individus qui les mettent en place. Par cette approche, le principe de solidarité revendiquée par le Collectif Solidarités Cusset est un objet d’étude qui permet à la fois de rendre compte des volontés des Villeurbannais et des particularités politiques de Villeurbanne.

De quelles façons s’exercent ces solidarités ? Dans quels lieux ? Par qui, pour qui, avec qui ? Quels projets émergent de ces solidarités ? Quels enjeux existent dans et autour du Collectif ? Autant de questions qui permettront de dessiner les contours des mobilisations sociales de Cusset construisant l’identité de Villeurbanne.

Le fonctionnement autogestionnaire du Collectif et son occupation dans un bâtiment renommé « l’Île Égalité » participe à la construction d’un projet commun aux priorités particulières des habitants et militants du Collectif, révélant l’histoire des mobilisations collectives de Cusset.

En suivant des projets du Collectif Solidarités Cusset mettant les habitants de Villeurbanne comme acteur-ices, l’influence de ces mobilisations citoyennes permettent de remettre au cœur de la cité des formes de démocraties alternatives, concourant au futur de Villeurbanne. Cette étude de terrain me permettra d’observer et de participer à la mise en place de liens, d’événements, de mise en relation des personnes engagées – dans des collectifs citoyens, associations ou institutions locales, transformant Cusset en terre de solidarités.

Par une enquête de terrain immersive et participative au prisme de méthodologie de science politique recroisant l’interactionnisme – pour analyser en finesse les relations se créant autour de projets communs – et de théories matérialistes pour rendre saillantes les problématiques constitutives de politiques publiques de Villeurbanne, je tenterai de valoriser les parcours de solidarités de Cusset.

Comprendre les enjeux sociaux dans lesquels s’inscrit le Collectif Solidarités Cusset doit mettre en lumière les spécificités de ce quartier et in fine, permettre de retracer les mémoires des solidarités de Villeurbanne.

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Anne Abelé est en Master 1 de sciences politiques à l’Université Lumière Lyon 2.

Habiter les lieux-refuges : réseaux urbains et traces mémorielles

 

Cette thèse abordera les « lieux-refuges » en tant qu’espaces d’habiter, de revendication et de construction d’une place dans la ville. Je désigne ici les logements, formels et informels, occupés notamment par des personnes en situation d’exil : Centres d’Accueil des Demandeurs d’Asile (CADA), squats, réseaux d’hébergement solidaire… Pour Michel Agier, « On oublie trop que le refuge est une des manières d’accéder à la ville, voire de faire ville » (Agier, 2011).

Cette approche permet d’envisager ces espaces et leurs habitant.es dans leur potentiel de transformation de la ville et de production d’une mémoire urbaine, collective et plurielle, à travers des pratiques d’habiter, de construction de réseaux urbains ou encore des mouvements de contestation. En effet, malgré le caractère éphémère de ces lieux, ces pratiques laissent des traces mémorielles, qui peuvent inscrire ses habitant.es dans une mémoire de la ville et contribuer à légitimer leur présence. Basée sur une approche collaborative innovante, mélangeant différents médiums (photographie, vidéo, entretiens et observation filmante, traitement d’archives), cette thèse répond à plusieurs objectifs : comprendre et documenter les transformations actuelles de la mobilité et de l’espace urbain, s’inscrire dans une démarche engagée en donnant la parole aux populations invisibilisées et en produisant des images et des traces au plus proche du vécu, envisager l’anthropologie dans ses possibilités de transformation et de co-construction des savoirs et de mémoire.

Le terrain de recherche visera la ville de Villeurbanne, tout en s’étendant à la ville de Lyon dans une perspective comparative. Les deux axes envisagés traiteront des traces mémorielles des lieux-refuges depuis les années 1990 et des processus de « faire mémoire » des résidant.es des lieux actuels à travers des projets collaboratifs. Ils seront articulés autour de la question de la mémoire comme outil de construction d’une place dans la ville, pour ces populations, et d’analyse des processus de « faire ville » et de cohabitation.

Camille Lassègue, doctorante en anthropologie, Laboratoire d’Anthropologie Des Enjeux Contemporains à Lyon

 

“L’enfance des adultes : primes socialisations et mémoires sociales”

Frédérique Giraud (CERLIS) et Margot Delon (CENS) présentent leurs travaux de recherche lors de la deuxième séance du séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”. Cette séance est discutée par Thibault Ducloux (CMH). 

Séance inaugurale du séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”

Vous pouvez réécouter en podcast la première séance du séminaire “ACM” lors de laquelle nous avons eu le plaisir d’entendre Vincent Veschambre, directeur du Rize et membre du laboratoire EVS ainsi que Marie-Claire Lavabre, directrice de recherche au CNRS et spécialiste des questions mémorielles.