De l’exil à l’engagement associatif local : le cas de l’Association France-Amérique latine (AFAL) et de son implantation à Villeurbanne (1979-2015)

Mon projet de recherche s’inscrit dans une démarche croisant des logiques d’histoire et de mémoire. Il est centré sur l’histoire de l’immigration latino-américaine à Villeurbanne, à travers le prisme d’une association engagée, l’association France-Amérique latine (AFAL).

Cette association est fondée en 1979 par des exilés des dictatures d’Amérique latine (notamment chilienne), mais aussi par des Français alertés par la situation dramatique des pays de la région. Plusieurs motivations conduisent à sa création. D’abord, la volonté de conserver la mémoire des dictatures et du traumatisme qu’elles ont causé aux exilés forcés de quitter leur pays natal. Puis la volonté de mettre en place des actions dans le but de sensibiliser les habitants de Villeurbanne et de l’agglomération lyonnaise à la situation politique, économique et sociale de l’Amérique latine. Enfin, la volonté d’agir pour la région, en soutenant associations et projets de solidarité directement sur place, sans intermédiaire.

Prendre cette association comme objet d’étude inscrit ce mémoire à la croisée de plusieurs histoires. D’abord l’histoire de l’Amérique latine, et d’un contexte socio-politique particulier, qui conduit à un exil massif des populations, dont une partie vient trouver refuge en Europe et en particulier en France. Ensuite, il s’agit d’un sujet d’histoire de l’immigration, dans la mesure où l’arrivée des populations latino-américaines conduit les autorités nationales, puis locales, à adapter les politiques d’accueil jusqu’alors inappropriées à un exil extra-européen. Enfin, cette étude participe de l’histoire de l’engagement politique et associatif, dans la mesure où à partir d’un exil qui se voulait temporaire, on en vient à s’engager dans la vie politique, militante et associative locale, en fondant une association qui existe depuis presque quarante ans.

Ainsi, le but de ce travail est de montrer comment, à partir d’une situation de déracinement, d’exil, on en vient à s’implanter durablement dans un lieu nouveau, à s’engager par la vie associative dans l’espace dans lequel on arrive. Il s’agit également de mettre à jour un contexte particulier à différentes échelles qui explique la durée de vie exceptionnelle de l’association en comparaison d’autres « petites » associations d’anciens réfugiés chiliens en France. Dans le courant de cette idée, je veux rendre compte de l’évolution dans le temps de l’AFAL, et ce, en la mettant en perspective de l’évolution du contexte politique, associatif et militant local, national et latino-américain, mais aussi en la mettant en perspective des dynamiques propres des membres qui la composent et l’animent, des conflits qu’ils ont pu avoir, des problèmes qu’ils ont pu rencontrer dans la gestion ou l’organisation de l’association.

Pour atteindre ces objectifs, différentes sources peuvent être mobilisées. Les archives de l’association ont été récemment déposées au Rize à Villeurbanne seront complétées de témoignages oraux de membres et de sympathisants de l’AFAL. Certaines archives de la préfecture du Rhône, mais aussi certains fonds des archives du service des associations de Villeurbanne, enrichiront également ce travail.

Adrien Miachon, Master 2 Histoire contemporaine, Lyon 3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.