Changer le travail pour changer le monde ? Étude d’une Société Coopérative et Participative (SCOP) villeurbannaise

L’objectif de ce mémoire de Master 1 de Science Politique est de réaliser une recherche portant sur les modalités d’un engagement à la fois professionnel et écologique au sein d’une Société Coopérative et Participative (SCOP) spécialisée dans le domaine de la transition énergétique.  

Travailler au sein d’une telle SCOP relève ainsi d’un double engagement : l’un coopératif et l’autre écologique. Cette thématique de « l’engagement » est celle dans laquelle s’inscrira ce travail au sein du Rize. En effet, les acteurs de ces entreprises semblent à la fois avoir opté pour une organisation singulière de leur travail (ou du moins un statut particulier de leur entreprise) ainsi que pour une activité engagée dans le sens d’un changement dans les manières de produire et de consommer l’énergie. Mon actuel questionnement principal est donc double : qu’est-ce qui explique que des individus cherchent à la fois à modifier leurs manières de travailler et à s’engager dans la transition énergétique au quotidien ? Plus globalement, cette recherche vise à analyser les conditions sociales dans lesquelles des individus vont chercher à concilier engagement professionnel et engagement civique, pour une cause d’intérêt général, celle de l’écologie, thématique qui a déjà pu intéresser le Rize, à travers l’exposition de 2017, La graine et le bitume.

Villeurbanne semble par ailleurs avoir une spécificité à ce sujet : la ville compte de nombreuses SCOP, opérant dans divers secteurs d’activité, et sur la dizaine de SCOP spécialisées dans la transition énergétique de la région Auvergne Rhône-Alpes, deux se trouvent à Villeurbanne. Ceci m’amène à préciser mon actuelle question de recherche, en ajoutant une nouvelle interrogation : existe-t-il une spécificité villeurbannaise qui expliquerait l’implantation de ce type d’entreprise ? C’est ainsi que je compte mener une recherche en rapport direct avec la thématique du Rize « S’engager à Villeurbanne ».

L’entreprise étudiée, Graff Climat[1], est un bureau d’études et de conseils constitué de quatorze personnes, dont les professions vont du consultant en environnement et développement durable à l’ingénieur écologue en passant par le chargé d’études écologue ou encore l’assistante comptable et RH. Cette entreprise propose d’intervenir à tous les stades de projets aussi bien liés à l’urbanisme qu’à la biodiversité ou encore à l’évaluation stratégique et environnementale.

A partir d’une analyse sur l’histoire et le fonctionnement de cette structure, je chercherai à comprendre ce qui fonde le choix du modèle coopératif sur le secteur énergétique. Il s’agira dans un premier temps de s’intéresser à la SCOP en elle-même, en menant une sociologie de celles et ceux qui sont engagés dans le projet, à travers des entretiens semi-directifs avec les membres de la coopérative, des observations de leurs activités quotidiennes et l’analyse des documents d’entreprise (statuts juridiques, rapports économiques et financiers, compte-rendu de réunions etc…).  

Dans le cadre de ce mémoire, je m’intéresserai aussi aux éventuels liens entre cette SCOP et les divers acteurs locaux.  Il s’agira d’analyser ce qui rend possible sur un territoire particulier l’implantation de structures de ce type. Aussi, après avoir mené un travail sur la SCOP elle-même, j’aurai pour objectif de comprendre les liens qu’elle entretient avec son environnement immédiat, le territoire de Villeurbanne. Il s’agira ici de s’intéresser aux éléments contextuels qui rendent possibles l’installation et le développement de telles entreprises : les liens avec des acteurs locaux (associations, structures de financement, municipalité…) et les dispositifs de politiques publiques qui pourraient faciliter l’installation de SCOP, ainsi que les acteurs politiques qui pourraient être sensibilisés à cette question.

Ce travail sera aussi pour moi l’occasion de mettre en lumière via le Rize des entreprises villeurbannaises singulières, porteuses d’engagements à la fois économiques, sociaux et environnementaux.

Julien Charreton, Master 1 de science politique, Université Lyon 2


[1] Le nom a été anonymisé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.