Histoire sociale d’un engagement : Le Parti communiste français à Villeurbanne depuis l’après-guerre

Submergée par la vague rouge de 1935 lors de l’élection de Camille Joly à la mairie, Villeurbanne repassera aux mains des socialistes suite à la rupture de 1947. Plus grande ville de banlieue de France et deuxième ville de l’aire urbaine de Lyon en terme de population, Villeurbanne n’est pourtant pas une banlieue rouge. Au contraire, c’est sous le prisme du socialisme municipal que la gestion de la mairie fut le plus souvent analysée. Pourtant, le PC de Villeurbanne a servi à constituer un contre-pouvoir sur la gauche du PS, manquant parfois de rafler les élections comme en 1977. Lieu notable du communisme français, c’est à Villeurbanne que se déroule le congrès postérieur au plus gros succès d’avant-guerre du PCF. Encore aujourd’hui, une rue du quartier Saint-Jean porte les noms du candidat à l’élection municipale de 1977 et de son épouse, René et Lucette Desgrand.

Écrire l’histoire du PC de Villeurbanne, c’est donc éclaircir l’histoire du PCF depuis un point de vue local. Souligner les processus de recompositions militantes de la section d’une ville particulièrement frappée par la désouvriérisation permettrait donc de servir deux fins scientifiques fonctionnant ensemble. Tout d’abord, éclairer l’histoire d’une institution importante, lieu de promotion de la classe ouvrière et force révolutionnaire historique du XXe siècle. Parallèlement, cette monographie participerait d’approches plus récentes s’intéressant à la matérialité des réseaux communistes militants. Ici, ce n’est pas l’idéologie communiste qui sera analysée de manière hors-sol mais bien le collectif militant, et son évolution, qui seront resitués dans le contexte propre d’une ville ouvrière importante, au croisement de la mémoire ouvrière villeurbannaise et d’une sociologie de l’engagement communiste.

Ce travail s’inscrit dans une perspective locale visant à renseigner l’histoire villeurbannaise, et ce dans le cadre de la thématique de l’engagement mise en avant par le Rize pour cette année 2018-2019. Dans cette continuité, je souhaiterais également écrire des notices visant à publiciser mes recherches à travers l’encyclopédie en ligne “Le Rize+”. Ces notices biographiques pourraient aussi être utilisées afin d’enrichir le Maitron, dictionnaire du mouvement ouvrier, et ce par le biais de l’association Mémoire Rhône-Alpes, chargée de rédiger ces notices pour la région.

Les bornes chronologiques de cette recherche s’imposent en premier lieu en raison des archives qui datent essentiellement des années 1970. De plus, ces cinquante dernières années constituent le cadre important des métamorphoses du Parti communiste, d’abord contemporaines, puis postérieures au programme commun et à la désouvriérisation du parti et de la société française. Selon les archives découvertes au fil de la recherche, il est toujours possible que ce cadre chronologique s’élargisse.

Ludovic Rioux, Master 2 de science politique, Université Lyon 2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.