Le quartier des Gratte-Ciel au prisme du genre

Depuis quelques décennies, des chercheur.es s’intéressent à un impensé des disciplines liées à l’urbanisme et l’architecture : le genre. La ville peut ainsi être lue comme un espace construit par des rapports sociaux de sexe qui évoluent en fonction des contextes sociaux et culturels (Coutras 1996). Ce prisme du genre permet de mettre au jour des mobilités sexuées différenciées dans la ville, comme le fait que les femmes traversent l’espace public alors que les hommes s’y posent plus volontiers. Il révèle l’existence de « murs invisibles » (Di Méo 2011) qui impactent les itinéraires des unes alors que les autres ne les perçoivent pas. Il prend en compte la division sexuée du travail et les inégalités dans la répartition des tâches domestiques qui engendrent des usages et des appréciations différenciés de la ville selon le sexe.

Analyser l’espace du point de vue du genre, c’est aussi interroger la dichotomie entre espace public et espace privé. Dans l’imaginaire collectif traditionnel, les hommes investissent l’espace public et politique alors que les femmes règnent en maîtresse de maison dans l’intimité du logis. Au XXème siècle, cette partition est largement mise à mal par l’accès massif des femmes au travail et le développement des loisirs, floutant ainsi des frontières a priori bien établies. C’est donc dans un continuum spatial, du logement à la rue, en passant par les parties communes que se jouent les rapports de genre.

Par leur statut de cœur de ville et de patrimoine urbain, les Gratte-Ciel de Villeurbanne constituent un terrain d’analyse passionnant à l’intersection de l’architecture et de la sociologie du genre. Inauguré en 1934,  le quartier est un produit de l’hygiénisme social et promet alors de changer la vie des ouvrier.es de Villeurbanne grâce à ses innovations sanitaires et architecturales comme le chauffage urbain,  les vide-ordures, et les terrasses en gradin de ses logements en hauteur qui garantissent ensoleillement et ventilation. Bordant l’avenue Henri Barbusse, les immeubles continuent aujourd’hui d’abriter près de 1500 locataires. Cette recherche est l’occasion de porter un nouveau regard sur ce quartier en se demandant comment vit-on aux Gratte-Ciel selon que l’on est un homme ou une femme ?

L’étude explorera les modes de vie, les aménagements, les sociabilités, les rapports au quartier ou encore les mobilités des habitant.es dans une perspective de genre. A l’échelle du logement, de l’immeuble et du quartier, il s’agira de voir comment les caractéristiques de l’espace peuvent cristalliser des rapports sociaux de sexe et inversement. La petitesse des appartements, la grandeur des circulations et des terrasses, l’apparente homogénéité des logements qui masque les disparités spatiales entre les appartements ou encore la structure des bâtiments qui permet de modifier le cloisonnement mais qui présente de faibles propriétés d’isolation acoustique sont-ils vécus par tou.te.s de la même façon ? L’espace des Gratte-Ciel peut-il être approprié par ses habitant.es de manière égalitaire ? A travers une analyse architecturale couplée à des entretiens semi-directifs avec des habitant.es du quartier, on tâchera ainsi d’illustrer le double mécanisme à l’œuvre entre genre et espace.

Laura Heyndrickx, Master 2 –Egalités FC, Université Lyon 2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search