Organisation du travail d’animation et socialisation genrée en accueil de loisirs

Cette enquête de terrain, réalisée en parallèle à la MJC de Villeurbanne et au centre social de la Ferrandière, a pour objectif d’analyser la manière dont l’organisation du travail d’animation contribue ou non à renforcer la socialisation genrée. La socialisation de genre, qui renvoie au processus par lequel les enfants apprennent les attentes sociales, les attitudes et les comportements typiquement associés aux garçons et aux filles, fait l’objet d’études de plus en plus nombreuses dans le milieu scolaire.

Au-delà de l’école, le rôle de la famille, des médias et des pairs dans cette socialisation est également particulièrement renseigné. En revanche, très peu d’études se consacrent aux accueils de loisirs qui sont pourtant des structures proches de l’école organisant également des activités éducatives sous une autre forme.

Mon étude se concentre sur la tranche d’âge des 6-11 ans qui correspond à la période précédant l’entrée dans la préadolescence, période durant laquelle la plupart des enfants fréquentent l’école élémentaire. Les accueils de loisirs ont généralement tendance à subdiviser cette tranche d’âge en deux groupes car les besoins ne sont pas exactement les mêmes : les 6-8 ans d’un côté et les 9-11 ans de l’autre. C’est une période de renforcement de l’identité sexuée[1] de l’enfant qui a tendance à s’identifier fortement aux personnes du même sexe du fait d’un mimétisme très développé. Les enfants entretiennent généralement une certaine forme de proximité avec les animateurs et animatrices qui sont des adultes (souvent jeunes) ne représentant pas l’autorité de la même manière que les parents ou les instituteurs et institutrices. Cette proximité peut être un terreau particulièrement favorable à l’identification et au mimétisme lorsque ces adultes sont pris pour « modèles » par les enfants.

La démarche méthodologique que j’ai choisi d’adopter, ancrée en sociologie du genre, combine trois entrées différentes et complémentaires. Des observations en accueils de loisirs, tout d’abord, durant des journées complètes (en vacances scolaires) et des mercredis après-midi hors vacances scolaires. Étant moi-même animatrice BAFA[2], j’ai pensé ces observations comme devant être de plus en plus participantes. Des entretiens ensuite, sont prévus avec les membres de l’équipe d’animation et de direction pour approfondir certaines questions. Des ateliers discussions avec les enfants, enfin, permettront de recueillir leurs points de vue en partant de dessins réalisés pour l’occasion. En croisant ces différentes entrées, l’objectif est de confronter les pratiques du terrain avec, à la fois, les discours des adultes et les représentations des enfants.

Parmi les sujets au cœur de cette étude on retrouve principalement la question de la division sexuée du travail et ses implications concrètes, la mixité et les différentes manières dont celle-ci peut-être envisagée ainsi que les enjeux liés à la transgression des normes de genre par rapport notamment aux codes hétérosexuels dominants. C’est finalement la question de l’existence d’une forme de « police de genre » en accueils de loisirs qui est posée…

[1]      Entendue comme la façon dont une personne ressent son appartenance à un groupe de sexe et construit un rapport singulier au genre (Véronique Rouyer).

[2] Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur.ice : diplôme permettant d’encadrer des enfants en accueils collectifs à titre non professionnel, de façon occasionnelle.

Julie Fraioli, Master 2 Inégalités et discriminations, Université Lyon 2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search