Les Charpennes : un quartier d’une ville ouvrière (1900-1939)

Lyon-Les Charpennes Grande Rue, actuelle rue Gabriel Péri,
Carrier édit., 9×14 cm, 1904-1920 (AMV – 2 Fi 85)

Les Charpennes, héritant leur nom du latin « carpenum », charmille ou charme, jouxtant Lyon, sont situés à l’est des Brotteaux et au sud du Tonkin actuel. À la faveur de l’urbanisation de la rive gauche du Rhône marquée par la construction du pont Morand en 1784, ce quartier se développe de manière fulgurante dans la seconde partie du XIXe siècle, se transformant, comme le rappelle son étymologie, d’espace rural en espace urbanisé et, de plus, fortement industrialisé. Cette étude s’inscrit dans un cadre chronologique se déployant entre le tournant du XXe siècle et la veille de la Seconde Guerre mondiale – non seulement pour des raisons bibliographiques mais essentiellement en raison des nombreuses transformations que connaît ce quartier au cours de cette période. En effet, il est intéressant de constater comment ce quartier, dont l’occupation remonte à l’époque gallo-romaine, a évolué en fonction de ses acteurs et usages au regard de plus larges problématiques contemporaines et de ses fortes spécificités permettant de délimiter un espace cohérent.

Nous pouvons résumer l’approche choisie en trois principaux axes. Le premier s’attache aux mémoires urbaines de ce quartier, à travers l’attention accordée à son maillage spatial ainsi qu’à son architecture. Cet espace, qui avait déjà été fortement remanié à la suite des inondations successives du Rhône et en particulier celle de 1856, connaît encore une vaste transformation au début du XXe siècle coïncidant avec un fort accroissement de la population, de nouvelles problématiques industrielles, un urbanisme naissant et s’affirmant comme discipline ainsi qu’avec un souci hygiéniste sincère, le tout dans un contexte d’intense innovation technique. Il s’agit ainsi d’étudier le type de construction choisie, l’amplification du bâti mais aussi tout ce qui relève de la voirie et des infrastructures sociales et urbaines et, par conséquent, des politiques et de la législation urbaines.

Le deuxième axe concerne la population des Charpennes, haut lieu de l’identité ouvrière présente à Villeurbanne ayant de surcroît bénéficié du mouvement migratoire en pleine augmentation et diversification à cette époque, conséquence tant des aléas contemporains que de la politique migratoire menée par la France. Cette population contribue à façonner la vie et le caractère de ce lieu, constitué de nombreuses associations et agrémenté de rencontres variées, propres à ce quartier et encouragées par la politique conduite par la municipalité de Villeurbanne.

Enfin, l’aspect économique est le dernier grand thème de ce travail, étant fondamental pour ce quartier dont la croissance est principalement liée à l’industrie et plus spécifiquement au secteur textile qui présente aux Charpennes quelques singularités, à savoir celles d’une présence industrielle ancienne comprenant la persistance de petites unités textiles dont les figures de proue sont les tullistes.

Les principales sources mobilisées pour ce travail sont les recensements de population pour les douze rues[1]formant le « triangle » ancien des Charpennes – facilement reconnaissable sur les cartes – , les comptes-rendus des conseils municipaux de Villeurbanne, de nombreux et divers documents figurés (cartes postales, photographies, cadastre, cartes et plans), les deux revues La construction lyonnaise et Le peuple de Lyon, des traités d’urbanisme contemporains de la période étudiée ainsi que des sources orales.

Ainsi, l’objectif de ce travail est de réaliser une monographie de faubourg, d’en constater l’évolution au travers des transformations urbaines, architecturales et sociales de ce territoire mais bien aussi, par voie de conséquence, des évolutions économiques, techniques et politiques.

[1] À savoir la Grande rue des Charpennes, la route de Vaulx, la rue des Charmettes, la rue du Célibataire (rue Hector Berlioz), la rue de l’Égalité (rue Georges Bussière), la rue Jubin, la rue de la Madeleine (Rue Pierre Larousse), la rue Melzet, la rue de Milan, la rue Neuve (rue Francis de Pressensé) et la petite rue Neuve (rue Eugène Manuel) ainsi que la place des Charpennes (place Wilson).

Mathilde Delamare, Master 2 en Histoire contemporaine, Université Lumière – Lyon 2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search