Pratiques, transmissions et médiations des « danses d’ailleurs » à Villeurbanne

Parce qu’immigrer revient à se mouvoir, parce que ce mouvement relève d’un déplacement culturel, les migrations concernent doublement les danses : en tant qu’objet culturel et forme de mobilité. Selon cette approche, les recherches actuelles en Anthropologie de la danse permettent de concevoir de façon nouvelle la mise en mouvement de la mémoire migratoire. Étudier la variété des pratiques des « danses d’ailleurs » dans une ville façonnée par l’immigration telle que Villeurbanne ouvre ainsi des perspectives pour mieux comprendre certains phénomènes d’emprunts, de transferts et de recomposition qui régissent l’identité – sans cesse mouvante – de la cité.

Comment les danses suivent-elles les déplacements migratoires ? Comment l’histoire des immigrations de la ville s’imprime-t-elle dans la pratique de la danse ? De quelles transmissions les danses sont-elles l’objet ?

En considérant les relations entre science et citoyenneté mises en jeu par un tel projet, une approche participative et collaborative me semble indispensable. Cela implique, de mettre en œuvre une forme de médiation en faveur de synergies locales ; je souhaite par conséquent orienter mes recherches en vue de l’élaboration d’outils visant à favoriser la circulation des pratiques de ces « danses du monde » à Villeurbanne.

Selon une approche pluridisciplinaire convoquant à la fois Anthropologie, Sciences de l’éducation, et Danse – comme pratique et champ d’étude –, ce travail suivra deux étapes successives. Il s’agira dans un premier temps d’établir une cartographie des pratiques actuelles des « danses d’ailleurs » à Villeurbanne à partir du répertoire des écoles, associations, institutions culturelles, projets et évènements divers tournés vers ces types de danses. Selon une méthodologie immersive, cette première étape sera complétée non seulement par la réalisation d’observations participatives et d’entretiens avec divers acteurs du secteur mais aussi par l’expérience de l’apprentissage de certaines de ces danses. Dans un deuxième temps, il s’agira d’élaborer, en collaboration avec les acteurs intéressés, des outils et/ou actions de médiations qui permettent de valoriser la singularité de cette forme mouvante de patrimoine migratoire. Autrement dit, ce travail prétend, à sa mesure, contribuer à l’insertion de la recherche scientifique, conçue à partir de la notion même de médiation, au cœur du tissu social.

Raissa Batista Fonseca, master 2 Anthropologie, parcours « nouveaux modes de médiation », Université Lyon 2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search