Habiter les lieux-refuges : réseaux urbains et traces mémorielles

 

Cette thèse abordera les « lieux-refuges » en tant qu’espaces d’habiter, de revendication et de construction d’une place dans la ville. Je désigne ici les logements, formels et informels, occupés notamment par des personnes en situation d’exil : Centres d’Accueil des Demandeurs d’Asile (CADA), squats, réseaux d’hébergement solidaire… Pour Michel Agier, « On oublie trop que le refuge est une des manières d’accéder à la ville, voire de faire ville » (Agier, 2011).

Cette approche permet d’envisager ces espaces et leurs habitant.es dans leur potentiel de transformation de la ville et de production d’une mémoire urbaine, collective et plurielle, à travers des pratiques d’habiter, de construction de réseaux urbains ou encore des mouvements de contestation. En effet, malgré le caractère éphémère de ces lieux, ces pratiques laissent des traces mémorielles, qui peuvent inscrire ses habitant.es dans une mémoire de la ville et contribuer à légitimer leur présence. Basée sur une approche collaborative innovante, mélangeant différents médiums (photographie, vidéo, entretiens et observation filmante, traitement d’archives), cette thèse répond à plusieurs objectifs : comprendre et documenter les transformations actuelles de la mobilité et de l’espace urbain, s’inscrire dans une démarche engagée en donnant la parole aux populations invisibilisées et en produisant des images et des traces au plus proche du vécu, envisager l’anthropologie dans ses possibilités de transformation et de co-construction des savoirs et de mémoire.

Le terrain de recherche visera la ville de Villeurbanne, tout en s’étendant à la ville de Lyon dans une perspective comparative. Les deux axes envisagés traiteront des traces mémorielles des lieux-refuges depuis les années 1990 et des processus de « faire mémoire » des résidant.es des lieux actuels à travers des projets collaboratifs. Ils seront articulés autour de la question de la mémoire comme outil de construction d’une place dans la ville, pour ces populations, et d’analyse des processus de « faire ville » et de cohabitation.

Camille Lassègue, doctorante en anthropologie, Laboratoire d’Anthropologie Des Enjeux Contemporains à Lyon

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.