La mobilisation du patrimoine et de la mémoire sociale dans les projets urbains : le cas de l’Autre Soie

Mon sujet de recherche se situe dans le domaine du patrimoine industriel, de sa valorisation et de son impact social. Je m’intéresse plus spécialement aux espaces des mémoires dominées et leur appropriation par différents groupes sociaux ou groupes d’intérêt. Si l’on ne peut nier que le tourisme peut contribuer à la valorisation, il m’importe davantage de focaliser sur les moyens permettant la réappropriation de ces espaces mémoriels conçus comme des espaces de luttes (passées et actuelles) et de dominations sociales. L’appropriation des espaces de la mémoire des groupes dominés par ceux-là mêmes permet une certaine assise et visibilité sociale, qui n’est pas permise quand ces mêmes espaces sont appropriés par des acteurs déjà socialement dominants. Pour ce faire, je m’intéresse aux dynamiques spatiales et aux enjeux sociaux et culturels qui entourent l’appropriation de ces espaces.

Le rapport à l’espace est une entrée essentielle à la compréhension des phénomènes et rapports sociaux inhérents à un territoire. En effet, dans un espace il y a des personnes, une matérialité (des choses), et des choses qui se passent. Les espaces qui m’intéressent sont des espaces (des lieux, des milieux) industriels qui sont l’objet d’une relative désindustrialisation. Dans ce contexte, les processus qui m’intéressent sont les processus de patrimonialisation, qui participent à la visibilisation et à la légitimation de la mémoire d’un ou plusieurs groupes sociaux. Le réinvestissement d’éléments patrimoniaux (bâtiments, friches industrielles, …) fonctionne bien comme une forme d’appropriation de l’espace avec de nombreux enjeux sociaux et politiques qu’il s’agira alors de comprendre. Le patrimoine en France a longtemps été, avant tout, un patrimoine des élites dominantes, d’un discours institutionnel, qui a pu s’appuyer sur les travaux et les expertises des chercheur.es. Par ailleurs, des groupes et associations, aidés ou non par d’autres approches du patrimoine, induisent une tension, obligent à la discussion, initient en somme une lutte de sens et des significations. Il s’agit alors de comprendre cette dynamique socio spatiale et culturelle.

Le quartier Carré de Soie, et le réaménagement urbain dont il est l’objet, se présente comme un laboratoire de la ville durable. La mémoire des lieux prend une place primordiale dans ce projet. Les différents acteurs de celui-ci veulent en faire un outil privilégié du lien social et du vivre ensemble. En effet, si ce quartier est représentatif de l’épopée industrielle de l’agglomération lyonnaise, il est également représentatif d’une mémoire sociale très importante. Au-delà du patrimoine industriel et technique qu’il est nécessaire de mettre en avant, c’est également une mémoire de la solidarité ouvrière et de la migration provoquée par l’industrialisation qu’il s’agit de ne surtout pas effacer.

L’intérêt de se focaliser plus précisément sur le projet urbain de l’Autre Soie à Villeurbanne et dans le quartier du Carré de Soie est donc évident selon moi. Ce projet de réaménagement prend place sur une friche industrielle et dans un bâtiment hérité de l’histoire industrielle : le Foyer de Jeunes Filles Jeanne d’Arc. Il vise à la réhabilitation de ce bâtiment historique et à la construction de nouveaux bâtiments dont le but est d’accueillir des logements sociaux (allant du centre d’hébergement d’urgence à l’accession sociale), des bureaux d’entreprises de l’économie sociale et solidaire et également des lieux culturels et tiers lieux. Le projet est mené par le GIE La Ville Autrement, un groupement de bailleurs sociaux et le Centre Culturel Œcuménique de Villeurbanne qui veillera, quant à lui, à l’animation culturelle et au lien social durant la réalisation du projet et une fois celui-ci achevé.

Un tel projet sur un espace comme celui-ci est fort de sens. En effet, ces espaces de l’héritage industriel sont généralement réinvestis par des groupes déjà socialement dominants pour l’implantation d’entreprises, de nouveaux logements généralement inaccessible par leur prix aux classes les plus modestes ou encore par des acteurs culturels procédant à la muséification de ces lieux. Ainsi, on assiste dans ces cas-là à une véritable aseptisation de la mémoire industrielle. Ne ressort de ces réinvestissements que l’aspect monumental des lieux ou encore la mise en avant des seuls aspects productifs et techniques de l’industrialisation. Mes recherches tendant alors à étudier le réinvestissement d’un tel espace dans le cadre d’un projet social et culturel qui se décrit lui-même comme “innovant” et “inclusif”. Quelles actions sont développées pour mettre en valeur l’histoire et la mémoire des lieux ? De quelle manière sont-elles menées à bien et ancrées dans l’espace ? Et quels peuvent en être réellement les impacts sociaux ?

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Mathilde Pineau est en Master 2 de Géographie sociale (Culture politique et patrimoine) à Sorbonne Université.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.