Habiter les Gratte-Ciel de Villeurbanne : Des origines (années 1930) à nos jours

Ce travail de thèse portera sur les Gratte-ciel de Villeurbanne, quartier construit de 1927 à 1934.

Ce quartier a été conçu pour devenir le centre-ville de la commune. Il est constitué de 1400 logements destinés aux ouvrier·es, de locaux commerciaux, d’une centrale téléphonique, d’une centrale de chauffage, d’un nouvel hôtel de ville, et d’un palais du travail (théâtre, salles de réunion, dispensaire, piscine). C’est une architecture moderne aux hauteurs ambitieuses qui est choisie pour ce programme, réalisé par l’architecte Môrice Leroux. Pour permettre sa mise en place, une société à économie mixte, actions publiques et privées est créée en 1931  : la Société Villeurbannaise d’Urbanisme.

L’initiative d’un tel projet est issue de la volonté du maire socialiste, Lazare Goujon et de la situation de Villeurbanne. La ville est alors fortement industrialisée et la population ouvrière, qui a très rapidement augmenté au début du XXème siècle, souffre de mal logement. C’est aussi un moyen d’affirmer l’indépendance de Villeurbanne face à Lyon, qui a tenté jusqu’en 1903 de l’annexer. Ce quartier s’inscrit dans une politique socialiste, laïque et hygiéniste.

Aujourd’hui les Gratte-Ciel sont l’emblème de Villeurbanne, ils font centre et sont devenus un quartier animé, dont l’attrait a fait augmenter le prix du foncier alentour.

Dans cette thèse d’histoire sociale, sera explorée la question de l’habiter. C’est le peuplement des Gratte-Ciel qui est au cœur de la recherche. La sociologie des habitant·es, des usagèr·es ainsi que les commerces et professions libérales installés dans le quartier seront étudiés. Ce travail d’histoire sociale devrait permettre de mesurer les ruptures et les continuités du peuplement, les usages sociaux du quartier et les modalités d’insertion de la population dans la ville.
Cela conduira aussi à étudier l’impact de la conjoncture économique, politique, culturelle et sociale sur un espace restreint : un quartier.

Pour observer ces phénomènes, la chronologie travaillée s’étend des débuts du quartier (1930) jusqu’au XXIème siècle.

La méthodologie historique permettra d’évaluer les évolutions de la sociologie du quartier et offrira une approche comparative avec d’autres exemples de quartiers populaires en France et plus largement en Europe.

Il s’agira de construire une démographie historique des Gratte-Ciel mais aussi d’étudier la manière dont les habitants produisent le quartier à l’échelle politique et sociale de la commune. Plaçant l’expérience habitante au centre des recherches, considérant les résident·es et usagèr·es comme expert·es.

La question de la valorisation patrimoniale d’un quartier ouvrier toujours habité sera également l’un des axes de recherche. On pourra réfléchir aux liens entre les habitant·e·s et ce statut de « monuments vivants » que revêtent leurs logements. Il faut évaluer les possibilités culturelles du quartier, tout en respectant celles et ceux qui y vivent.

Aliénor Wagner-Coubès, doctorante en histoire, Laboratoire ACP (analyse comparée des pouvoirs) Université Gustave Eiffel


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.