C.-R. de Nick Flynn, Another Bullshit Night in Suck, Faber & Faber, 2005

Dans le cadre des Assises Internationales du Roman 2012 (voir le précédent billet sur cet évènement), 10 doctorants ont été invités à composer un texte à la suite de leur lecture de l’un des trois ouvrages proposés.

Pour ma part, j’ai choisi l’ouvrage autobiographique de Nick Flynn intitulé Encore une nuit de merde dans cette ville pourrie, Folio, 2007, et dont le titre original est Another Bullshit Night in Suck. Les règles de l’exercice étaient souples car il s’agissait de produire un texte libre traitant de la mise en écriture de ce récit. Je vous présente ici mon texte qui relève du compte-rendu de lecture :

—————————

L’ouvrage de Nick Flynn laisse des traces qui semblent indélébiles. Cette plongée dans la réalité de la vie de sans abris étouffe parfois. L’avancée de ma lecture de son texte a été scandée par des moments de répulsion, et d’autres durant lesquels j’étais au contraire avide de continuer cette lecture en espérant toucher ainsi plus vite le fonds pour remonter à la surface. Or le texte de Nick Flynn n’est pas là pour rassurer. Ce n’est pas son objet. Il ne compose pas un récit dont la trame mènera à un dénouement heureux ou réconfortant pour le lecteur.  Il décrit le parcours d’une progressive déchéance bercée de fantasmes : fantasme du génie créateur permettant la reconnaissance de l’écrivain maudit, fantasme du mauvais coup qui permettra de se sortir d’une marginalisation qui semble inéluctable et fantasmes éthyliques.

L’alcool est  ici le filigrane poisseux de ce récit qui relate les parcours divergents d’un père et d’un fils pourtant amenés à se rencontrer. L’auteur suit ainsi un récit chronologique qu’il ponctue de chapitres qui jouent le rôle d’intermède théâtral, comme celui intitulé « Petit papa lear » flirtant avec l’absurde,  ou qui, au contraire, permettent en quatre pages de sentir l’expérience de la défonce par l’alcool. Le chapitre « La même chose » est dans ce sens remarquable car tout en exposant le champs lexical de l’alcool, l’auteur décrit le cheminement d’un alcoolique en terminant par : « Allez encore un. La même chose ».

La concision de l’écriture donne un rythme au récit et renforce la rudesse de la réalité décrite par l’auteur. Le texte « Tête la première » est pour moi l’un des plus efficaces de l’ouvrage. Composé seulement de cinq phrases, ce texte est pourtant celui qui rend le mieux compte de la réalité sociale des sans abris, de leur inscription dans la ville. L’auteur utilise ainsi l’expression « des points sur une carte ». Or cette représentation cartographique de la présence des sans abris, de ces résidents urbains sans toit, est signifiante car la production d’une carte est un acte de pouvoir qui ne prend en compte que le bâti et qui écarte de ce fait ces simples « points sur une carte ».

La ville portuaire de Boston n’apparaît pas en elle-même, elle n’est que la scène d’un drame social. Les espaces de la ville sont décrits uniquement au regard des protagonistes. Ils sont des points d’attache du récit, et de simples points d’attache pour ces exclus comme lorsque l’auteur décrit le rôle vital de la soufflerie de la bibliothèque l’hiver : « La soufflerie est une pièce pleine de chaleur mais sans murs. Mon père se trouve dans une pièce invisible dans la ville invisible. »

Boris de Rogalski Landrot



Citer ce billet
Rédaction (2012, 25 mai). C.-R. de Nick Flynn, Another Bullshit Night in Suck, Faber & Faber, 2005. Mémoires et Société. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rdwy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search