Concilier patrimoine et renouvellement urbain : le cas du quartier de l’Amande


Mon sujet de recherche s’inscrit dans l’élaboration du projet Carré de Soie, situé sur les communes de Villeurbanne et de Vaulx-en-Velin. Il s’agit d’un projet stratégique pour la Métropole de Lyon, débuté en 2009 et qui se conclura à l’horizon 2030. Il vise à créer une nouvelle centralité au sein d’un territoire délaissé de la première couronne de l’agglomération lyonnaise. Le renouveau de ce secteur, marqué par la présence de grands tènements industriels, s’appuie sur la volonté d’y établir une mixité d’usages associant habitat et activités économiques. À l’instar des projets de renouvellement urbain, ce projet d’envergure doit composer avec un contexte local spécifique, celui du quartier de l’Amande, délimité par la rue de la Soie et la rue Decomberousse. Du fait de son passé, le quartier de l’Amande offre un héritage industriel existant encore aujourd’hui et qui tend à être conservé en l’état dans l’avenir. Le projet Carré de Soie entend donc concilier ses convictions métropolitaines aux intérêts locaux du secteur.


Le rapport à l’espace est une entrée essentielle afin de comprendre les phénomènes et rapports sociaux dans un territoire. En effet, un espace contient une matérialité, des individus et des dynamiques, dont une place attachment1. Les espaces constituant mon terrain de recherche ont fait l’objet d’une désindustrialisation durant les années 1970. Dans ce contexte, souvent relatif à un phénomène de tabula rasa2, le processus qui m’intéresse est celui de la patrimonialisation. Il participe à la fabrication du patrimoine ainsi que la visibilisation et la légitimation de la mémoire d’un ou plusieurs groupes sociaux. Le réinvestissement d’éléments patrimoniaux en résulte une certaine forme d’appropriation de l’espace avec de nombreux enjeux sociaux et politiques qu’il s’agira alors de comprendre.


Un renouvellement urbain impliquant un espace comme celui-ci est fort de sens. En effet, ces espaces qui relèvent de l’héritage industriel sont généralement réinvestis par des groupes socialement dominants. De ce fait, la muséification de ces lieux ou bien même l’aseptisation de la mémoire ouvrière sont d’autant d’enjeux qui émanent de cette régénération urbaine. Mes recherches tendent alors à étudier le renouvellement urbain d’un tel espace dans le cadre d’un projet métropolitain qui se décrit lui-même comme « attentif aux traces du passé » et qui « intègre l’histoire du territoire dans les nouveaux projets ». Comment arriver à transmettre « l’âme du quartier » aux nouveaux habitants ? Il y a non seulement une histoire à créer ensemble, entre les anciens et les nouveaux habitants, mais aussi une prise de conscience de la mémoire héritée en postulant qu’elle est le bien commun à partager entre les différentes générations qui habitent le quartier de l’Amande.

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Lorenzo Bigaran est en Master 2 de Géographie (Gestion des territoires et développement local) à l’Université Jean Moulin Lyon 3.


1 Entendue comme un lien affectif entre des personnes et des lieux spécifiques (Carmen Hidalgo et Bernardo Hernandez, 2001).


2 Une démarche de rupture et de table rase avec le passé, entraînant alors un phénomène, voire un risque de dépatrimonialisation (Edith Fagnoni, 2015).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.