Rencontre intercommunautaire à Villeurbanne: La communication intercommunautaire entre la communauté asiatique et les immigrés non-asiatiques à Villeurbanne


Jusqu’aux années 1970, les mouvements ouvriers étaient puissants à Villeurbanne. Ouvriers locaux et immigrés de Villeurbanne ont connu les mouvements collectifs, indépendamment des origines culturelles. Les formes de solidarité unissaient de nombreux villeurbannais autour d’enjeux et d’objectifs communs, liés à la présence de l’industrie dans la ville. Les
communautés migrantes semblent aujourd’hui plus morcelées et moins connectées, du fait de l’évolution des formes de travail (petits commerces, emplois précaires et services) et les grandes structures d’action collective (syndicale) sont devenues moins puissantes. On peut donc se demander quelles communications intercommunautaires persistent, sous quelle forme et dans quels espaces.


Nous faisons l’hypothèse que les formes d’interaction entre groupes au sein de la société villeurbannaise sont pour partie dépendantes de l’action des institutions locales et du cadre urbain. Cette étude est donc aussi l’occasion d’étudier à l’échelle d’une ville la gestion de la diversité.


Nous étudierons des populations rarement évoquées dans les études consacrées à Villeurbanne, comme au plan national : les immigrés asiatiques. Cependant, les communautés vietnamienne, chinoise, cambodgienne et laotienne ont certainement contribué non seulement à la diversité culturelle et au développement villeurbannais mais aussi au niveau national culminant à la reconnaissance par l’État français comme la « minorité modèle à suivre ». Cependant, notamment à la suite de la pandémie du COVID19, ces communautés sont visiblement exposées à la marginalisation, voire aux préjugés racistes par les autres groupes immigrés 1 . Ce sujet va nous offrir une occasion d’évaluer en profondeur la gestion de la diversité de façon plus inclusive et globale.

Quelles sont les formes et les lieux des rencontres et des échanges intercommunautaires dans le contexte villeurbannais des années 1970s et 2020s? Comment cette pratique de communication intercommunautaire a-t-elle refaçonné les relations mutuelles entre les immigrés asiatiques et les autres immigrés villeurbannais? Villeurbanne a-t-elle connu l’émergence ou le déclin des acteurs collectifs asiatiques (associations, etc.) respectivement dans les années 1970s et 2020s? Pour quelles raisons ont-elles émergé ou disparu? Quelles étaient et sont les interventions des autorités municipales à l’égard de cette rencontre intercommunautaire notamment concernant les asiatiques? Quels impacts ont-elles eus? Comment réagissent les immigrés face à elles?

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Jinwoo SHIN est étudiant en deuxième année de master en Sciences Sociales, parcours Migration à l’École normale supérieure de Lyon.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.