JdR 1 – Présentation d’Alexandre Rigal

Depuis bientôt un mois, j’ai la chance de participer au beau projet du RIZE. Je suis actuellement en master 2 en Urbanisme à l’Institut d’Urbanisme de Lyon. Auparavant j’ai été étudiant de Sciences Po Lyon pendant cinq ans. Depuis deux ans déjà, et le début de mon premier master 2 en communication, j’interroge les individus sur l’urbain. Quelles sont leurs représentations ? Leurs dérives ? Leurs lieux ? Leurs souvenirs ? Tous les matins et tous les soirs, chevauchant mon vélo, je parcoure Lyon et Villeurbanne, comme tout un chacun. Nous tous, tous les jours, nous créons notre bulle urbaine, notre propre bout de ville. Mais quelle est notre ville partagée ? Celle où nous résidons ? Celle où nous travaillons ? Faut-il être élu, joueur de foot ou de basket pour appartenir et représenter une ville ? Nous habitants, durables ou passagers, quelle est notre ville ?

Si je suis au RIZE, c’est pour réaliser mon mémoire sur l’espace urbain villeurbannais. Mon projet de recherche concerne l’espace quotidien que chacun construit dans ses déplacements. La mobilité est un moyen de questionner l’espace urbain, j’ai donc recoupé les thèmes de la nuit et de la mobilité en un seul projet de mémoire. Nos mobilités débordent les frontières villeurbannaises et nous fabriquons ainsi un territoire personnel. Pour réduire le sujet et rendre possible l’étude, je me concentre sur les activités nocturnes. La ville la nuit est un thème trop rare, et plein de charme. C’est pourquoi je fais dessiner des cartes mentales, des cartes des dérives individuelles dans l’urbain nocturne. A partir d’une feuille blanche A4, ils dessinent un déplacement et les lieux qu’ils ont fréquentés. On obtient ainsi une carte personnelle du Grand Lyon la nuit, avec pour seule contrainte le passage ou l’arrêt à Villeurbanne. A la fin, après avoir interrogé des visiteurs du RIZE, jeunes et moins jeunes, je réaliserai une synthèse de toutes les cartes dessinées, qui nous donnera une image de Villeurbanne la nuit, et des villes aux alentours. Ce Villeurbanne rassemblera un ensemble de souvenirs, d’émotions et de chemins, collectant chez l’habitant ou le visiteur les éclats de l’urbain nocturne. Se reposera alors la question : Quelle est notre ville ?

Pour en savoir plus,

Retrouvez moi en résidence au RIZE, sur Contre-ville ou sur le site du collectif Confluence.

Alexandre Rigal – jeune chercheur en résidence au RIZE


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.