Hommes et femmes dans l’immigration familiale algérienne: Le cas du Chaâba, Villeurbanne, 1954 – 1968

Le « bidonville » du Chaâba, situé dans le quartier de la Feyssine à Villeurbanne, a accueilli dans les années 1950 et 1960 une vingtaine de familles « algériennes » récemment arrivées en France métropolitaine. Durant cette période en effet, l’immigration nord-africaine vers la France se développe de manière massive, non seulement du fait des besoins de main-d’oeuvre en France métropolitaine mais aussi des conditions socio-économiques difficiles des habitants du département français d’Algérie. Bien qu’au début de la période cette immigration se caractérise majoritairement par des flux d’hommes seuls, l’arrivée et l’installation de familles se développent très rapidement et de manière croissante. Ainsi en ce sens, l’étude du Chaâba et de ses habitants permet d’approcher l’histoire de l’immigration des familles algériennes. Grâce aux témoignages d’ancien-ne-s habitant-e-s et d’acteurs « extérieurs » (directrice d’école, médecin…), et grâce à l’étude de registres matricules scolaires et de dossiers émanant du Bureau d’Hygiène de la ville de Villeurbanne, il est possible d’étudier les expériences migratoires des ancien-ne-s habitant-e-s du Chaâba en adoptant une perspective genrée. Cette étude a donc pour objectif d’explorer la diversité des expériences migrantes sous le prisme du genre. Comment le genre et les relations de genre pénètrent-ils les expériences migratoires ? Comment et pourquoi les Algériens et les Algériennes ont-ils vécu différemment leur migration et leur installation en France ? L’approche micro-historique permet de pouvoir analyser ensemble les différents éléments intervenant localement dans la formation des identités en croisant l’étude des différentes catégories de genre, de classe, d’âge et d’origine, et en étudiant l’habitat et les réseaux et relations interpersonnelles.

La recherche historique s’est souvent concentrée sur l’étude des travailleurs masculins immigrés nord-africains en adoptant un objet d’étude politique ou économique (liens avec la guerre d’indépendance algérienne, politiques d’immigration…). Du côté de la sociologie, les recherches ont souvent concerné l’étude de « la deuxième génération » et des questions « d’intégration ». Cette étude entend donc participer à compléter les recherches émergentes sur les femmes et les familles algériennes primo-arrivantes immigrées en France, encore trop peu visibles dans l’historiographie.

Soraya Bellaha, Master 2 en Histoire moderne et contemporaine, histoire des femmes et du genre, Lyon 2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.