L’histoire des jeunes filles de l’enseignement technique et professionnel à Villeurbanne entre 1930 et 1970

Andréa Korodowou-Katakpao

L’histoire de l’éducation, du travail et de l’histoire des femmes sont des terrains d’études d’une part qui connaissent une production active de la part des chercheur.euses et de l’autre qui a commencé son chemin autour des années 70. Pourtant la croisée de ces trois champs de recherche reste profondément incomplète, victime d’une cécité stéréotypée. Ce projet de recherche tend donc à faire l’histoire des jeunes filles de l’enseignement technique et professionnel à Villeurbanne entre 1930 et 1970 – date de création du premier cours d’enseignement technique dans ce bassin industriel jusqu’à la démocratisation de l’enseignement mixte.

Parler d’enseignement technique et professionnel nécessite une définition de ces termes qui peuvent paraître à la fois si évident et si flou. Il s’agit ici de cours visant à former les individus à un métier au sein du réseau scolaire. Ces cours sont souvent à la croisée de la théorie traditionnelle enseignée dans les écoles et la pratique par le biais de l’apprentissage. Cette instruction est, de plus, régie par de nombreuses lois qui trouvent leur fondement dans la loi Guizot de 1833 instaurant l’enseignement primaire supérieur. Véritables collèges du peuple[1] à une époque où seul 3% d’une tranche d’âge accède à l’enseignement secondaire, on y trouve généralement des matières spécifiques à l’industrie, du commerce et de l’agriculture.

Au gré des suppressions et des ajouts légaux, l’enseignement technique et professionnel est finalement encadré par la loi Goblet de 1886 qui en confirme le rôle et par la loi Astier de 1919 instaurant l’obligation de suivre une instruction pour tout jeune de moins de 18 ans et employé dans l’industrie ou le commerce. Une question se pose alors concernant les jeunes gens de Villeurbanne : où sont-ils formés ? Qu’apprennent-ils ? En effet, on remarque sans peine qu’il n’existe aucune école primaire supérieure, c’est-à-dire une école indépendante d’enseignement primaire supérieur, ni aucun cours complémentaire, qui sont quant à eux dépendant d’écoles primaires élémentaire. Et lorsque les garçons commencent à être formés, qu’en est-il des filles ? Que font-elles ? Où vont-elles ?

De la création du premier cours complémentaire de jeunes filles Villeurbannais en 1935 à l’obligation de la mixité imposée par la loi Haby de 1976 en passant par la création du Centre d’Apprentissage pour Jeunes Filles, ancêtre du Lycée des Métiers Marie Curie, il s’agira donc de comprendre les trajectoires et les parcours des filles de Villeurbanne et leurs formations.

[1] Briand, Jean-Pierre, et Jean-Michel Chapoulie. Les collèges du peuple: l’enseignement primaire supérieur et le développement de la scolarisation prolongée sous la Troisième République. 2e éd., Presses universitaires de Rennes, 2011.



Citer ce billet
Rédaction (2023, 14 février). L’histoire des jeunes filles de l’enseignement technique et professionnel à Villeurbanne entre 1930 et 1970. Mémoires et Société. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rdzh

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search