Le travail de mémoire dans les quartiers de politique de la ville: le cas du projet “Monod-graphie” à Villeurbanne

Madeleine Paquette 

Ce mémoire de M2 vise à étudier le rôle des politiques culturelles et mémorielles dans les quartiers de politique de la ville au travers de l’exemple du projet « Monod-graphie » lancé par le RIZE pour l’année 2023-2024.

Depuis les années 2000, la montée en puissance de la politique de la ville s’est accompagnée de discours insistant sur la nécessité de développer des initiatives mémorielles dans les quartiers populaires. Ainsi, la loi Borloo 2003 comme la loi Lamy de 2014 mentionnent toutes les deux l’importance d’intégrer une dimension mémorielle aux divers projets de rénovation urbaine, surtout lorsque ces derniers impliquent des démolitions. Plus récemment encore, en décembre 2023, Emmanuel Macron a déclaré vouloir lancer un “chantier présidentiel” sur la question de la mémoire des quartiers populaires[1]. La question mémorielle est alors envisagée comme un moyen de pallier le traumatisme supposément induit par les démolitions. Mais au-delà de cela, certains acteurs[2] attribuent au « travail de mémoire » bien d’autres bienfaits dont celui de recréer du lien social, d’apaiser les tensions et conflits qui traverseraient les quartiers populaires, mais aussi de renouer les relations entre les habitants et les institutions de la république. À l’échelle nationale, ces préconisations sont largement restées de l’ordre du discours. Cependant, localement, plusieurs projets mettant en valeur la mémoire des habitants des QPV ont bien vu le jour, incluant généralement une forte dimension participative.

Le projet mené par le Rize dans le quartier Jacques Monod est alors un exemple particulièrement pertinent pour étudier le développement d’une politique mémorielle à l’intention des QPV. Au-delà de cela, l’histoire très singulière de cette cité, construite sur l’emplacement de l’ancien quartier Olivier de Serres, premier grand ensemble démoli en France, en fait un exemple d’autant plus intéressant. Alors que ce même territoire s’apprête de nouveau à vivre une phase de rénovation urbaine, quelle place est concédée à la mémoire des habitants ? Comment parle-t-on de cette mémoire ? Quels enjeux y a-t-il à la faire émerger ?

Au-delà de cela, l’étude de ce projet permet également de se pencher plus largement sur la manière dont se créent et se mettent en œuvre des projets culturels dans les QPV. Ce stage au sein du Rize permettant ainsi d’observer et d’étudier la fabrique de ce projet de l’intérieur, en immersion. Se fondant principalement sur des méthodes qualitatives, ce mémoire croisera un travail sur les archives locales, afin de retracer l’histoire de ce territoire, avec des observations et entretiens auprès des professionnels et des habitants engagés dans ce projet.

Pour ce faire, il s’agira ici de mobiliser à la fois la littérature très prolifique sur la politique de la ville, les quelques travaux de sociologie de la mémoire (notamment impulsés par des chercheuses comme Marie Claire Lavabre[3] ou encore Sarah Gensburger[4]) ainsi que la littérature scientifique sur les questions de participation citoyenne[5].

Madeleine Paquette est en deuxième année de master Métiers de la Recherche en Science Politique (Science Po Lille/Université de Lille). Elle réalise cette recherche sous la direction d’Anne-Cécile Douillet.


[1] Libération, le 9 décembre 2023 “Macron s’engage sur la mémoire des quartiers populaires et rode son récit anti-Cnews”

[2] C’est le cas du ministre François Lamy  en 2013 qui insiste dans la presse sur les supposés « bienfaits » de la mémoire dans les QPV (Libération, le 27 juin 2013 « Tribune de François Lamy: Dans les quartiers populaires, le pouvoir de la mémoire»)

[3] LAVABRE Marie-Claire, “Paradigmes de la mémoire”, Transcontinentales, n° 5, 2007, 139-147.

[4]  GENSBURGER Sarah, LEFRANC Sandrine, À quoi servent les politiques de mémoire ?Presses de Sciences Po, « Hors collection », Paris,  2017.

[5] CARREL, Marion. Faire participer les habitants ? Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires. ENS Éditions, Lyon, 2013.



Citer ce billet
Rédaction (2024, 6 février). Le travail de mémoire dans les quartiers de politique de la ville: le cas du projet “Monod-graphie” à Villeurbanne. Mémoires et Société. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vrlb

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search