La prise en charge de la santé mentale des personnes exilées à Villeurbanne

Astrid Duperthuy

L’objectif principal de cette recherche est de comprendre les mécanismes sous-jacents à cette prise en charge et d’explorer son rôle au sein des pratiques d’accueil, en particulier dans des villes réputées « accueillantes », telles que Villeurbanne. Bien que plusieurs enquêtes démontrent le lien entre trouble psychique et parcours migratoire, notamment causé par la précarité liées aux conditions d’accueil, (Levecque & Van Rossem, 2015; Pannetier et al. 2017), la prise en charge de la santé mentale des publics exilés semble encore peu abordée dans les pratiques d’accueil. A travers une approche par la sociologie des institutions, du travail, et de l’action publique, cette enquête vise à mieux comprendre ce paradoxe.

Cette réflexion m’a conduit à m’intéresser à “L’Espace” à Villeurbanne. Créé par L’Orspere-Samdarra (observatoire s’intéressant au lien entre les questions de santé mentale et précarité), l’Espace est un lieu « d’accueil, d’échange et d’expression, qui vise à soutenir le lien social et la santé mentale pour toutes les personnes concernées par un parcours de migration ». Doté d’une équipe multilingue composée de psychologues et de médiateurs, l’Espace se trouve à la convergence des questions de prise en charge de la santé mentale et d’accueil. Bien qu’il ne soit pas un lieu de prise en charge directe, il propose un accueil psychosocial, axé sur l’écoute et l’orientation.

Après avoir définit l’Espace, en tant que structure, et ses spécificités, il s’agira également de dresser une cartographie des acteurs concernés par une telle prise en charge, qu’ils soient publics ou privé, appréhender comment ces divers acteurs interagissent entre eux, afin de mieux comprendre les enjeux et processus à l’œuvre autour de cette question sur le territoire villeurbannais (et ses alentours).

Pour approfondir ces questions, je prévois de travailler principalement avec des méthodes qualitatives, notamment en menant des observations participantes au sein de différentes structures, y compris l’Espace. Des entretiens seront également réalisés, en particulier avec les professionnels œuvrant dans ces structures, ainsi qu’avec le public, et les personnes impliquées dans la mise en œuvre des diverses politiques et pratiques d’accueil.

 

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Astrid Duperthuy est en Master 1 de Science Politique à l’université Lumière Lyon 2.”



Citer ce billet
Rédaction (2024, 20 février). La prise en charge de la santé mentale des personnes exilées à Villeurbanne. Mémoires et Société. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vvbb

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search