Construire des catégories

Comment met-on les gens dans des cases, selon quels critères, avec quelles précautions ?

En sciences sociales, et particulièrement quand on retrace l’histoire d’individus, nous sommes constamment amenés à construire des catégories, à former des groupes pour appréhender un bout de société. Dès l’intitulé de nos sujets, nous constituons des catégories. Ce sont « les ouvriers », « les Espagnols », « les enfants d’immigrés », ou encore « les habitants de Villeurbanne ». En les nommant, nous en faisons implicitement des groupes cohérents, voire homogènes. Les chercheurs mettent constamment les individus dans des cases même s’ils essaient la plupart du temps de s’en défaire. Les processus de catégorisation sont inéluctables, ils sont d’usage au quotidien et participent de notre compréhension du monde. Si l’on ne peut s’en défaire entièrement, il est malgré tout intéressant de comprendre comment sont construites les catégories, par qui et dans quel but.

Il y a les catégories que l’on construit et celles que l’on utilise. La plupart du temps, on utilise des catégories construites par d’autres et pour d’autres usages.

On peut prendre en exemple la catégorie du national. Étudiant les parcours migratoires du personnel d’une usine de Villeurbanne, la nationalité est un des premiers critères que j’utilise pour distinguer les différents individus. Or sa définition est fluctuante en fonction de qui l’édicte. Prenons l’exemple d’Amar B. né en 1901 à Collo, dans le département de Constantine. En 1930, il fut embauché à l’usine textile J.B Martin de Villeurbanne. Devant la loi, il était Français. Cependant, pour l’usine, monsieur B. était de « nationalité algérienne ». Pour les statistiques départementales, il était comptabilisé dans la « main-d’œuvre coloniale et étrangère ». Au recensement de 1931, dans la case « nationalité », les recenseurs de l’époque qualifiaient les Constantinois tantôt de « Français », de « sujet français », d’« Algérien », de « Kabyle », de « musulman », ou encore d’« indigène ». On ne sait pas comment Amar B. définissait lui-même sa nationalité.

Catégorie administrative, catégorie identitaire, la nationalité joue un rôle important dans la vie des individus. Bien qu’inscrite dans un cadre législatif, la démarcation qui sépare un « Français » d’un « étranger » se révèle être poreuse. Les droits des Français et des étrangers ne sont pas les mêmes dans la France de l’entre-deux-guerres, en terme de liberté de circulation, de citoyenneté, d’accès au marché du travail. Que se passe-t-il lorsqu’on est à la fois Français et étranger ? Comment, dans une recherche, faire usage de ces catégories à géométrie variable ?

Les chercheurs participent à la construction de catégories pour répondre à leurs propres questionnements. Les « catégories socioprofessionnelles » en sont un bon exemple. Construites par l’État au XIXe siècle pour normaliser les recensements, elles agrègent un métier et un statut social. Utilisées en sciences sociales au XXe, elles sont devenues un moyen de découper la société française. Diffusées dans l’ensemble de la société, ces catégories sont passées dans le langage courant, on parle par exemple « des cadres ». Des historiens ont employé ces catégories pour parler de la société du XVIIIe. Or parler d’ « ouvrier » au XVIIIe siècle, cela n’a pas le même sens qu’au XIXe ou au XXe siècle. Les catégories d’analyse anachroniques sont parfois utiles pour comprendre le passé avec nos mots d’aujourd’hui. En fonction de la question posée, certaines catégories peuvent s’avérer plus pertinentes que d’autres.

Il y a la façon dont on s’autodéfinit, et dont les autres nous définissent. En 1930, Amar B. se déclarait « tourneur » de profession, il était « manœuvre » pour l’administration. Une catégorie se construit par inclusion d’individus et exclusion d’autres. Les catégories construites par l’administration ou par les penseurs ont été parfois rejetées, parfois revendiquées par les premiers concernés. Elles sont souvent le fruit de plusieurs acteurs. En sciences sociales, on essaye alors de mettre à jour le contexte d’élaboration de chaque catégorie, qui l’a construite et pourquoi. Ces questions trouvent rarement une réponse définitive. En revanche, elles ont le mérite d’ouvrir sur d’autres questionnements. Pour reprendre l’exemple de la nationalité d’Amar B, on se demande notamment quel est le poids de la nationalité au quotidien. Un Villeurbannais et un Breton se sentent-ils plus proches qu’un Piémontais et un Savoyard ?

En prenant en compte les processus de co-construction des catégories et leur porosité, on réalise que chaque individu est enserré dans une multitude de cases. Si dans nos recherches, la multiplication des critères et des définitions ne permet pas de supprimer les catégories, elle permet au moins de nuancer et complexifier le regard.

Manon Duret


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.